Aller au contenu principal

Chemins ruraux : baisser l’usage des phytos : c’est possible

Agriculteur dans le Pas-de-Calais, Bertrand Vaast travaille à la réduction des phytos.

Bertrand Vaast  : «Les bords de chemins ne doivent pas être traités.»
Bertrand Vaast : «Les bords de chemins ne doivent pas être traités.»
© F. G.



Maire d’Heuchin et agriculteur à Fontaine-les-Boulans, dans le Pas-de-Calais, Bertrand Vaast peste souvent contre les agriculteurs qui, après la moisson, ont tendance à passer plus près des chemins ruraux lorsqu’ils traitent, voire, pire encore,  traitent les bords de champs. Alors, certes, «si nous n’arrivons pas à supprimer les pesticides, il est possible de diminuer fortement leur usage. De toute façon, on a une demande sociétale, il faut y aller», affirme l’agriculteur. Que ce soit au champ ou sur les chemins ruraux, c’est un même combat qui doit être mené, selon lui.
Installé depuis 1988 dans une exploitation de  130 ha, il cultive du blé, de l’orge, du colza, un peu de betteraves, de la féverole et du maïs grain. Membre du réseau Dephy, il est passé au désherbage mécanique depuis dix ans. «J’étais démotivé par mon métier. J’en avais marre de prendre mon pulvé et d’écouter les conseils des techniciens, qui sont aussi là pour vendre les produits. J’avais envie de replonger dans l’agronomie, de me remettre à quatre pattes pour observer mon sol et d’arrêter de faire du 100 % chimique», confie Bertrand Vaast. Autre raison : le chasseur qu’il est se rend compte que la présence des perdrix se raréfie. Pour lui, nul doute, la rémanescence des produits phytos tuant les insectes, les oiseaux n’ont plus aucune raison de venir.

Changement de braquet
Avec sa Cuma, il achète une grande herse étrille de 12 m de large, une houe rotative de 6 m et une bineuse. L’objectif est le même pour tous : diminuer les traitements chimiques. Mais l’utilisation de ces matériels se révèle tout sauf simple. «Il a fallu du temps pour apprendre à bien se servir de tous ces matériels, qui demandent plus de technicité», se souvient-il. Outre le désherbage mécanique, il travaille aussi sur le mélange de semences de céréales plus résistantes aux maladies et à la verse, les engrais et sur des rotations de cultures plus longues. Résultat : «On dépense moins d’argent, car les phytos sont de plus en plus chers. Je fais une économie de 15 000 e pour la ferme, toutes cultures confondues par an. Ce que je ne quantifie pas, en revanche, c’est le temps de travail passé, qui est beaucoup plus important.» Côté rendements de ses cultures, il n’a pas à rougir. En ne traitant pas le colza, son rendement a été de 40 qx/ha cette année et 48 qx/ha l’année précédente, soit un peu moins que les rendements obtenus par ses voisins agriculteurs.

Chemins ruraux : un atout environnemental
Une autre façon de travailler, c’est aussi ce qu’il a choisi pour l’entretien des chemins ruraux, qui bordent quasiment toutes ses parcelles. «Je fais en sorte de ne pas travailler trop près des chemins et, en tant que maire, je me bats contre les agriculteurs qui le font», insiste Bertrand Vaast. Il fait aussi très attention à conserver la largeur des chemins ruraux, soit six mètres, avec une bande de roulement de trois mètres, et à laisser un mètre de chaque côté, même si, en principe, c’est un mètre cinquante qu’il devrait laisser. Chaque année, il plante également 150 mètres de haies avec la Fédération départementale des chasseurs du Pas-de-Calais. «Il y a d’autres endroits où j’ai carrément arrêté de cultiver le long des chemins ruraux pour mettre des haies», ajoute l’agriculteur. C’est lui qui s’occupe d’entretenir tous les chemins ruraux qui bordent ses parcelles. L’entretien consiste essentiellement à un débroussaillage une fois par mois.
S’il se soucie autant des chemins ruraux, c’est parce qu’ils sont une ressource précieuse pour la biodiversité et pour la beauté des paysages. «C’est aussi une façon, pour moi, de répondre aux attentes environnementales et de retrouver une faune et une flore qui tendent à disparaître», conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde