Aller au contenu principal

Chez ce polyculteur-éleveur, tout un système tourné vers l’agriculture régénérative

Chez Franck Dehondt, à Lucheux, l’élevage laitier est au service des cultures, et inversement. L’agriculteur s’est tourné vers l’agriculture régénérative il y a quatre ans. Il a récemment intégré un groupe pilote initié par General Mills pour aller plus loin dans ces pratiques. 

Une terre qui s’érode, des vivaces qui se développent et des rendements qui plafonnent. Ces problématiques ont poussé Franck Dehondt, polyculteur et éleveur laitier de Lucheux, près de Doullens, à se tourner vers les techniques de l’agriculture régénérative en 2018. «Mon objectif a toujours été de conserver, voire d’améliorer la fertilité du sol. J’ai diversifié davantage mes cul-tures, et je réfléchis aux couverts d’interculture les plus efficaces. Je n’ai presque pas labouré depuis vingt ans. J’utilise des techniques de travail simplifié, et un peu de semis direct», explique-t-il. 

Récemment, avec neuf autres fermes, il a intégré un projet pilote pour développer ces pratiques, initié par l’usine Häagen-Dazs de General Mills, à Tilloy-lès-Mofflaines (62), que livre sa coopérative Prospérité fermière. Les dix fermes sont suivies par le BTPL (bureau technique de promotion laitière). «Il s’agit d’éleveurs de différents profils, avec des contraintes et des objectifs différents. Confronter leurs points de vue est enrichissant pour le groupe», commente Guillaume Tant, ingénieur agronome du BTPL qui anime le projet pilote. 

L’enjeu commun est cependant partagé : aller vers une agriculture plus économe du point de vue de l’empreinte carbone. «Le but est d’identifier des freins et de mettre des leviers en place pour les lever.» Un premier audit a été réalisé en 2022. Le prochain le sera en 2027, pour mesurer les progrès. Pour Franck Dehondt, déjà bien avancé sur la réduction de l’empreinte carbone de son exploitation, la motivation est celle d’aller plus loin encore. «Pour cela, j’ai besoin de compétences. Le travail de groupe est un vrai moteur.» Plusieurs pistes de travail sont identifiées. «J’aimerais mieux valoriser mes effluents d’élevage, améliorer encore la vie des sols, et mieux gérer l’enherbement.» 

 

Fertile association du colza

Parmi les actions déjà mises en place, Franck Dehondt pratique la culture du colza associé avec des féveroles et du trèfle. Les intérêts sont multiples. Premièrement, cela permettrait d’améliorer la nutrition azotée et le fonctionnement du colza. En se dégradant, les légumineuses restituent une partie de l’azote accumulé à l’automne. L’enracinement du colza est aussi amélioré. «Je table sur 3 qx/ha de rendement en plus, et d’une économie de 30 U d’azote.» Avec cette technique, la concurrence de la culture vis-à-vis des adventices devrait être améliorée, grâce à une biomasse bien développée. Les légumineuses pourraient même provoquer un effet leurre auprès des ravageurs, comme le charançon du bourgeon terminal et la grosse altise. Enfin, la fertilité du sol est améliorée. «Le couvert offre un travail du sol par les racines, et il se nourrit aussi de toute la vie microbienne qui se développe autour.»

 

Une litière qui vaut de l’or

Autre exemple, l’éleveur accorde un soin particulier à son fumier. «La fertilisation c’est de l’or», acquiesce Guillaume Tant. Avant chaque paillage de son bâtiment qui héberge une soixantaine de vaches, Franck Dehondt répand un peu de bactéries qu’il a multipliées dans un local prévu pour cela, isolé et chauffé à 34°C pendant dix jours. Comptez entre 15 et 50 €/1 000 l, pour un mois de paillage. Ces bactéries de fermentation digèrent les déchets du bétail. Les bénéfices sont nombreux : «La surface de la litière reste sèche beaucoup plus longtemps. Je cure tous les deux mois, contre quinze jours auparavant.» L’ambiance dans le bâtiment est améliorée, grâce aux rejets d’ammoniac très limités. «Ça se ressent sur la santé des vaches. Il y a moins de problèmes de mammites, moins de problèmes de cellules, et aussi moins de problèmes pulmonaires.» 

Ces bactéries sont aussi répandues sur le fumier une fois exporté pour une meilleure fermentation. Ce tas de fumier est lui-même bichonné, puisqu’il est bâché. «Ça limite très fortement la perte des jus», assure-t-il. Cette tâche, qui peut paraître très contraignante, est bénéfique. «On peut perdre jusqu’à 60 % d’ammoniac (azote organique) et de potasse en un hiver de stockage en bout de champ. À 1 € l’unité de potasse, le bâchage permet 15 à 20 000 € d’économie», image Guillaume Tant. Se retrousser les manches peut valoir le coup. 

 

Le pâturage tournant pour une meilleure autonomie

L’autonomie alimentaire fait partie des préoccupations de Franck Dehondt. Depuis trois ans, l’éleveur a largement développé le pâturage tournant dynamique pour son troupeau. 9 ha semé d’un mélange suisse (ray-grass, trèfle, fétuque, fléole, dactyle, pâturin) sont divisés en 28 parcs, soit 15 ares/VL. L’objectif est une valorisation de l’herbe le plus tôt possible au printemps et le plus tard possible à l’automne, selon la pousse de l’herbe et la portance du sol. «La vitesse de rotation est dicté par la vitesse de la pousse de l’herbe, note-t-il. Le stade 3 feuilles déclenche le pâturage. Il offre le meilleur équilibre entre rendement et valeur alimentaire.» Les vaches seront retirées du parc avant qu’elles n’attaquent la gaine du brin d’herbe. À ce stade, la plante se régénère grâce à la photosynthèse et ne puise pas dans ses racines. Même en année sèche, l’éleveur voit un intérêt dans cette pratique. «Il y a toujours un moment de l’année où l’herbe pousse.» L’éleveur a trouvé le fonctionnement qui correspond à son système et à sa philosophie. D’autres éleveurs du groupe pilote qu’il a intégré s’orientent vers d’autres systèmes.

 

Six principes clés

L’agriculture régénérative est employée à toutes les sauces. Pour Guillaume Tant, ingénieur agronome du BTPL
qui anime le projet pilote, si les pratiques peuvent être adaptées à chaque système, six principes sont cependant définis : 
- une diminution du travail du sol, «sans qu’il ne soit forcément totalement supprimé»
- une diversification des cultures dans l’assolement
- une couverture du sol la plus longue possible
- la conservation d’une racine vivante le plus longtemps dans l’année
- l’intégration des animaux dans le système
- l’articulation des ateliers pour une meilleure cohérence
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde