Aller au contenu principal

Chez les Rougegrez, le cochon se raconte du porcelet au boudin

La charcuterie fermière Rougegrez, à Beauval, est une habituée de Plaine en fête. À chaque édition, elle propose les produits transformés de son élevage de porcs, de moutons et de bœufs, au marché du terroir.

Voilà plus de vingt ans qu’Éric Rougegrez a ouvert sa charcuterie fermière, à Beauval. À Plaine en fête, ses recettes ont toujours du succès. 
© A. P.

Éric Rougegrez, éleveur avant tout, s’est mis à la charcuterie par nécessité. Mais très vite, cette activité est devenue une passion. «La porcherie de 860 places a accueilli jusqu’à 80 truies lorsque nous étions naisseurs-engraisseurs. Mais en 1999, nous avons été très touchés par la crise du porc. Transformer et vendre en direct était une solution pour y faire face», confie-t-il. Le magasin à la ferme, à Beauval, a ouvert en 2002 et a rapidement fait sa renommée.
Aujourd’hui, les porcelets naissent à quelques centaines de mètres, chez un cousin naisseur, et arrivent vers quatre semaines chez Éric. «Certains sont tués porcelets. Les autres sont élevés environ sept mois pour atteindre 100 kg de carcasse.» Un poids hors norme qui correspond aux attentes de ses clients. «Les gens veulent des grosses côtes et des grosses tranches de jambon». Les clients cherchent aussi la proximité, offerte par cette exploitation membre du réseau Bienvenue à la ferme depuis le début, et de la traçabilité. Or ici, tous les animaux sont nourris avec les productions de l’exploitation de 50 ha (blé, escourgeon, colza, maïs et 6 ha de prairies).
Depuis plus de vingt ans, la charcuterie familiale a su conserver sa clientèle. Son secret : «les recettes sont toujours les mêmes, puisque c’est toujours moi aux fourneaux», rit le bon vivant. Pâté, rillettes et autres saucissons sont d’une qualité constante. Mais l’homme sait aussi innover, avec des saveurs qui sortent de l’ordinaire. «Une de mes spécialités, c’est le boudin, blanc comme noir. Selon les années, j’en propose au champagne, aux saint-Jacques, au piment, au foie-gras…» Les expériences ne fonctionnent pas toujours. «J’ai mis un moment à mettre au point une recette de boudin blanc au chocolat, pour Pâques. Au final, ce n’était pas bon», plaisante-t-il. Éric aime aussi s’adapter au terroir. Mon fils, Guillaume, s’occupe de la vente aux marchés. Il fait notamment celui du Crotoy, alors je prépare des chipolatas aux salicornes quand c’est la saison.  Dans la vitrine, la viande de charolaises et de brebis, elles aussi élevées et découpées sur place, complète la gamme. Les recettes seront perpétuées, puisque la fille d’Éric, Amélie, s’est aussi associée à l’entreprise, et se sent à l’aise en cuisine. 

Toujours plus de diversification

Les efforts de la famille subissent néanmoins les effets de la crise sanitaire. «On a bien vendu au détail lors du premier confinement. Mais depuis, c’est très calme.» Trois porcelets d’ordinaire dégustés dans les fêtes familiales ont été vendus cette année, contre une cinquantaine d’ordinaire. «On a loupé les marchés de Noël, et les gens sont toujours frileux à l’idée de se réunir en nombre. Même les marchés sont calmes. Les gens sont partis en vacances.» Les Rougegrez sont aussi impactés par l’absence d’abattoirs locaux. «Depuis que celui de Montdidier a fermé, l’abattoir de l’Arbret (62), a une vingtaine de km, est débordé par les bovins. Il ne peut plus prendre les porcs et les brebis, donc je dois les conduire à Fruges, à 50 km, quatre nuits pas semaine.»  Du temps et des frais de transport supplémentaires.
Les Rougegrez ne baissent cependant pas les bras. «Nous mettons en route une activité traiteur. Se diversifier nous a toujours réussi !» Le marché du terroir de Plaine en fête, auquel ils participent à chaque édition, devrait aussi redonner du baume au cœur. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde