Aller au contenu principal

Chicorée : début de récolte en demi-teinte

Effectuée dans des sols particulièrement secs, la première partie de la campagne d’arrachage est rendue difficile dans la plupart des bassins de production.

En fonction des territoires, les rendements régionaux varient entre 20 à 57 tonnes par hectare.
En fonction des territoires, les rendements régionaux varient entre 20 à 57 tonnes par hectare.
© D. R.



Les mois de juin, juillet et août ont été particulièrement chauds cette année. Il n’est parfois tombé aucune précipitation entre début juin et début août dans certaines parcelles. «Les chicorées ont mis du temps à pousser, indique Yannick Delourme, responsable agronomique de l’interprofession de la chicorée de France. Les couvertures de rang se sont faites aux alentours de la fin juin pour le secteur d’Orchies ou la Somme et plus vers le 21 juillet pour la zone de production du littoral.» Les trente parcelles prélevées en août par l’interprofession présentaient des poids en recul d’environ 2 tonnes par hectare vis-à-vis de la campagne 2017 à la même date. «La différence est liée à la taille des racines qui sont plus allongées en raison des fortes chaleurs, ajoute le technicien. Les racines pivotantes sont allées chercher de l’eau en profondeur».
Les premiers arrachages, exécutés dans des sols secs, ont commencé «avec difficulté» pour la sécherie Sonodé à Saint-Pierre-Brouck (59),
qui a ouvert la semaine du 17 septembre. «Comme en 2016, les conditions de récolte de début septembre ne sont pas faciles, explique Yannick Delourme. La racine de chicorée est très profonde et peut se briser rapidement.» Les 21 à 46 mm d’eau tombés le week-end du 22 et 23 septembre ont permis de débuter les arrachages le lundi 24 septembre, dans de bonnes conditions, dans tous les autres secteurs des Hauts-de-France. La météo a ensuite été clémente pour le démarrage de la sécherie Leroux qui a ouvert durant cette même semaine.

Un rendement moyen de 42-43 t/ha
Les prélèvements réalisés fin août et début septembre annonçaient 23,5 % de matière sèche (MS). «La moyenne de la richesse a gagné quasiment 1 point après les pluies, car la chicorée n’était pas assez mûre auparavant, souligne Yannick Delourme. Elle augmente très légèrement pour arriver à 24,48 % de MS la semaine du 8 octobre, mais les parcelles se dessèchent à nouveau depuis quelques jours.» Les difficultés d’arrachage pourraient recommencer s’il ne pleut pas suffisamment dans les jours à venir, notamment dans les terres sablo-argileuses du littoral. «Dans cette zone, les contrats sont déficitaires en moyenne pour le moment, informe le spécialiste. Les contrats pour les secteurs de Solesmes-Valenciennes et au nord-est de Cambrai sont honorés pour cette semaine.» Dans la Somme, les contrats sont aussi à l’équilibre.
En fonction des territoires, les rendements varient entre 20 à 57 t/ha, corrigés à la MS. Le rendement moyen atteint 42-43 t/ha.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde