Aller au contenu principal

Circuits courts : Somme-produit-locaux est devenu Approlocal

La plateforme d’achat de produits locaux s’est régionalisée. Le nouveau site était présenté au forum Somme-produits locaux au Domaine de Moismont, à Vron, ce 2 octobre.

Le forum était organisé chez Bernard Nicolaï, au Domaine de Moismont. 
L’occasion de visiter le verger écoresponsable et bio.
Le forum était organisé chez Bernard Nicolaï, au Domaine de Moismont.
L’occasion de visiter le verger écoresponsable et bio.
© A. P.



Une commande en sept clics et en deux minutes. Céline Rivet l’assure, «la nouvelle plateforme en ligne de l’ex-Somme-produits locaux, désormais nommée Approlocal, est simple et rapide d’utilisation».
«L’objectif était de lever les barrières pour les producteurs frontaliers des départements de la Région», explique la responsable de la plateforme à la Chambre d’agriculture de la Somme, ce 2 octobre, au forum Somme-produits locaux organisé au Domaine de Moismont.
Voilà une initiative qu’attendait impatiemment Christelle Fromentin, de la Laiterie de la baie, à Ponthoile. «Je suis à 30 km de Montreuil (62) et je sais qu’il y a de la demande en produits laitiers dans le secteur», se réjouit-elle. L’éleveuse vend 10 % des yaourts, crème fraîche, beurre, ou encore fromage blanc qu’elle transforme via Somme-produit locaux. «J’espère qu’Approlocal va me permettre de développer ce chiffre.»
Nathalie Forestier et Sabine Dupont, respectivement responsable des achats et magasinière au lycée du Vimeu de Friville-Escarbotin, étaient justement venues en éclaireuses. «Nous venons voir si les produits proposés peuvent entrer dans notre budget de 2,50 par repas. Nous pensons que les fruits et les légumes pourraient être commandés régulièrement. Cela semble plus compliqué pour la viande. Pour un bœuf bourguignon, par exemple, nous avons besoin de huit cents pièces !»

Le secret du chef
Patrice Marié, chef cuisinier du collège Gabrielle-Marie Scellier d’Airaines a trouvé la solution. Lui s’approvisionne sur Somme-produits locaux depuis sa création. «23 % de nos achats se font désormais en local», annonce-t-il fièrement. Objectif 13 % d’approvisionnement local fixé par le Département (qui soutient Somme-produits locaux) largement dépassé, donc. Et la viande fait partie des commandes : bœuf, veau, porc, volaille... Comment gère-t-il le budget de 2 € maximum par repas ? «Pour le bœuf, nous fonctionnons avec quatre autres collèges du coin et nous achetons une bête entière.» Surtout, le professionnel a changé sa manière de travailler. «Nous achetons de moins grosses quantités de viande. 100 g de bourguignon par élève suffisent au lieu de 150 g autrefois.» Les élèves en ont toujours autant dans l’assiette : «Je cuis tout à basse température et les pièces restent bien plus grosse. Et, puisque la viande est de qualité, elle ne perd pas toute son eau comme de la viande industrielle.» Ajoutez à cela une réflexion sur la réduction du gaspillage - «les élèves se servent eux-mêmes, ils prennent conscience de la quantité dont ils ont besoin» - et les coûts sont encore réduits.
Pour Patrice Marié, la cuisine des produits locaux est «un vrai plaisir». Il apprécie aussi les liens qu’il tisse avec les producteurs. «Les chefs cuisiniers des collectivités et établissements scolaires et les agriculteurs forment désormais une grande famille. Ce lien social est une vraie réussite», terminait Didier Lefebvre, responsable restauration des collèges au Département.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde