Aller au contenu principal

Pour Claire Guéry, les chèvres sont « des animaux attachants et curieux »

À Berneuil-sur-Aisne, dans l’Oise, Claire Guéry s’est lancée dans l’élevage de chèvres sur la petite exploitation familiale. Son projet est de vendre des produits laitiers, mais aussi de transmettre son amour des animaux.

Cette éleveuse vend ses produits au sein de son exploitation mais aussi  dans certaines Amap à Compiègne et à Chiry-Ourscamp. Vous pouvez retrouver toutes les informations sur la page Facebook Ferme du Mont de Berneuil.
Cette éleveuse vend ses produits au sein de son exploitation mais aussi dans certaines Amap à Compiègne et à Chiry-Ourscamp. Vous pouvez retrouver toutes les informations sur la page Facebook Ferme du Mont de Berneuil.
© Dorian Alinaghi

Après un bac pro en travaux paysagers et un bac pro agricole, cette jeune fille unique s’est installée en 2015 sur l’exploitation familiale avec 25 chèvres laitières. «Je voulais à un moment donné reprendre l’exploitation de mes parents. Plusieurs pistes de réflexions ont été abordées. J’ai pensé à faire du maraîchage, mais je suis plus une amoureuse des bêtes que du végétal donc je me suis tournée vers les chèvres», explique Claire Guéry. Dorénavant, elle s’occupe de 46 chèvres laitières avec pour objectif d’atteindre les 70 pour en vivre correctement.  «Je n’ai pas souhaité me lancer dans l’élevage bovin car il s’agit d’un plus gros gabarit. Les installations sont différentes, notamment les barrières de contentions. Avec la chèvre, tout est plus réduit et c’est un animal très attachant qui est proche de l’homme. De plus, dans notre secteur, il y a peu d’éleveurs de chèvres donc cela permet de faire découvrir cet animal et ses produits», souligne-t-elle.

Claire Guéry élève deux races de chèvres, la Saanen et l’Alpine. Elle a préféré faire des croisements pour allier la qualité et la production de lait des Saanen à la rusticité des Alpines. «Les croisées sont également moins sensibles aux maladies, aux virus et aux bactéries», ajoute-t-elle. Les chèvres sont attachantes, et facile à manipuler, elles produisent un excellent lait qui est très digeste. On trouve, par ailleurs, de nombreux inconvénients. Il faut beaucoup de têtes dans un troupeau pour pouvoir produire du lait et donc du fromage en suffisance. Les cabris, surtout les mâles, sont difficiles à placer et la viande de chèvre n’est pas très reconnue en France.» 

 

Une aventure remplie d’amour

La ferme du Mont de Berneuil se veut accueillante et familiale. Au sein de son exploitation, on trouve un point de vente afin de proposer aux consommateurs des produits locaux, de qualité et produits sur place. Parmi les fromages de chèvre, du frais, du frais aromatisé, des demi-secs, des secs, des cendrés, des faisselles, des Tarti’chèvres, des tommes… Mais aussi du poulet, coq, pintade, poule, dinde, chapon. Et de la pomme de terre de consommation, œufs fermiers et des caissettes de viande de porc. Une vraie boutique a été aménagée pour les amoureux du local. «Lors du premier confinement, les ventes ont explosé. Cependant, le deuxième a été plus faible avec moins de ventes. Sauf que l’on a trouvé un certain retour de la part de la clientèle concernant la consommation des produits locaux. Les personnes peuvent visiter l’exploitation pour voir les chèvres. C’est plaisant de voir ce comportement et de se faire complimenter sur son savoir-faire», confie Claire Guéry. 

L’éleveuse collecte, au pic de lactation, 145 litres de lait par jour pour produire 280 petits crottins de type chavignol. Mais Claire Guéry ne veut pas s’arrêter là, et a de nombreux projets en tête pour faire évoluer son exploitation. «Nous sommes en conversion biologique pour l’ensemble de la ferme donc c’est déjà un bon point (rire). On a converti 15 hectares pour pouvoir, cette année, nourrir les chèvres. De plus, je souhaiterais me faire agréer ferme pédagogique. Nous faisons déjà des accueils scolaire et périscolaire, mais nous voulons montrer le travail au sein de l’exploitation et le bien-être que nous apportons à nos animaux», conclut Claire Guéry.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde