Aller au contenu principal

Emploi
Comme Sodeleg, des entreprises agroalimentaires recrutent

Du 6 au 10 novembre, la troisième édition de la Semaine nationale pour l’emploi agroalimentaire en Hauts-de-France est l’occasion pour les entreprises du secteur de se faire connaître et de recruter.

Sodeleg donne régulièrement la chance à ses salariés saisonniers de rejoindre ses effectifs pour occuper des fonctions d’opérateurs ou de conducteurs de ligne après avoir été formés au sein de l’entreprise.
© Sodeleg

Chez Sodeleg, l’entreprise axonaise spécialisée dans la transformation de l’oignon à Athies-sous-Laon, trouver des collaborateurs n’est pas forcément synonyme de difficulté, mais participer à la Semaine pour l’emploi agroalimentaire en Hauts-de-France est d’abord une manière de «se faire connaître» et de préparer l’avenir. Le 9 novembre, Sodeleg ouvrira ses portes pour une visite à destination des demandeurs d’emploi, étudiants et professionnels de l’orientation avec Proch’Info Formation. 

Pour Julie Vanucci, responsable RH de l’entreprise, cette opération permet en effet «de repérer de futurs collaborateurs». Au travers de cette initiative*, il s’agit de montrer que l’agroalimentaire recrute et forme. En 2022, on estime à 45 000 le nombre de salariés dans le secteur agroalimentaire en Hauts-de-France. Les projets de recrutement en 2023 se chiffrent quant à eux à un peu plus de 6 800. 

Jusqu’à 150 salariés en poste

Pour faire tourner ses lignes de fabrication, Sodeleg emploie de manière pérenne environ 80 salariés, mais son effectif peut monter jusqu’à 150 pour la pleine période de déshydratation des oignons ; soit de mi-juillet à mi-décembre. Ce besoin de renfort est assuré par des travailleurs saisonniers que Sodeleg recrute dans un périmètre géographique proche, sans trop de difficultés. «Nous avons la chance d’avoir des saisonniers qui reviennent d’une année sur l’autre. Ils connaissent l’entreprise, le métier et sont rapidement opérationnels», se réjouit Mme Vanucci. Ce que l’entreprise cherche principalement ? «Des opérateurs et des conducteurs de lignes». Pour les premiers, dont la tâche ne nécessite pas de compétences particulières ni de diplôme, les missions consistent au tri des légumes, à des tâches de nettoyage, de conditionnement… En ce qui concerne les postes de conducteurs de ligne, les exigences sont plus fortes. Pour l’un comme pour l’autre, «on demande d’abord un strict respect des bonnes pratiques d’hygiène étant donné que nous sommes une entreprise agroalimentaire». 

Fidélité et stabilité

Au sein de Sodeleg, où des formations internes comme externes sont proposées, l’évolution de carrière est possible, assure Julie Vanucci : «On peut entrer dans l’entreprise comme opérateur et évoluer vers un poste de conducteur de ligne». Quand l’entreprise doit recruter, elle cherche d’abord au sein de son effectif de salariés saisonniers une personne pouvant être intéressée par un emploi à temps complet. Peu confrontée au turn-over de ses salariés, la priorité pour l’entreprise est d’abord de palier les départs en retraite : «Nos salariés sont d’une manière générale fidèles. Bon nombre d’entre eux sont là depuis les débuts de l’entreprise, en 1984. C’est le signe que l’on y est bien, et c’est grâce à eux que l’entreprise a pu se développer», constate la responsable RH. Et d’assurer qu’ils sont «les meilleurs ambassadeurs» d’une entreprise solide – elle réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 33 millions d’euros –, leader européen dans son secteur d’activité et quatrième au niveau mondial.

*Toutes les infos sur les événements proposés dans le cadre de la Semaine de l’emploi agroalimentaire sur www.lagrorecrute.fr/hauts-de-France

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde