Aller au contenu principal

Comment Le Paraclet devient l’école du rucher

Une dotation offerte par la Fondation du Crédit agricole Brie Picardie à l’association Symbiose Somme va permettre l’installation d’un parcours de biodiversité et d’un rucher-école sur le site du lycée agricole du Paraclet.

Le pot de miel offert à chacun des participants à la remise d’un chèque à l’association Symbiose Somme n’est pas encore celui des ruches installées sur le site du lycée agricole du Paraclet, mais cela sera possible prochainement. Vendredi dernier, la Fondation du Crédit agricole Brie Picardie, la direction du lycée, le GDSA et les responsables de Symbiose (Chambre d’agriculture, FDSEA, JA, FRSEA Hauts-de-France, fédération des chasseurs, GDSA) se sont en effet retrouvés pour sceller un partenariat majeur devant permettre l’installation d’un rucher-école et d’un parcours de biodiversité. À la clé, pour Symbiose, un chèque de 30 000 € et forcément, beaucoup de gratitude envers son bienfaiteur du jour. Président de la FRSEA Hauts-de-France et du lycée du Paraclet, Laurent Degenne a ainsi adressé ses remerciements «pour avoir choisi Symbiose et le lycée». Du côté de la Fondation du Crédit agricole, représentée par son président Philippe de Waal, on explique que si le projet porté par Symbiose a été retenu, «c’est parce qu’il est innovant dans le domaine environnemental et fédérateur». «Pour que la Fondation apporte son aide à un projet, il faut que ce soit quelque chose de spécial», a-t-il ajouté. 

 

Lieu d’échange et de formation

Les missions attendues du rucher-école et de son parcours de biodiversité sont multiples : de la production (de miel et d’abeilles) d’abord, la mise en place d’expérimentations et des séquences de formation et de sensibilisation auprès de différents publics (agriculteurs, apiculteurs, chasseurs, scolaires, grand public). Derrière ces outils, une idée «force», celle de «valoriser la complémentarité entre l’agriculture, les pollinisateurs et les pratiques agricoles vertueuses», a souligné Simon Catteau, agriculteur à Sailly-Laurette et président de Symbiose. L’installation des ruches sur un site dédié devait avoir lieu dans les prochains jours, et de manière progressive. L’objectif est d’en installer une trentaine d’ici 2024. Celles-ci seront accompagnées de ruchettes pour développer les colonies d’abeilles. Côté «biodiversité», des efforts seront aussi réalisés pour aménager un parcours profitable à la fois à la petite faune – dont les pollinisateurs – et accessible au grand public. «On veut que ce soit un lieu d’échange», défend Simon Catteau. Dans cet espace, des tests et des expérimentations seront réalisés afin d’implanter des espèces en bandes qui serviront à «compléter le bol alimentaire des hôtes». Et servir ensuite de support et de vitrine pour un développement au-delà du site du Paraclet. Vu comme cela, les bonnes pratiques ne demandent qu’à essaimer.

 

Un site destiné à devenir pilote dans l’élevage d’abeilles VSH

Si l’on connait plutôt bien la première cause de mortalité des abeilles – le varroa -, les méthodes de lutte contre ce parasite qui se nourrit de leur hémolymphe et perce leur cuticule sont moins connues. L’une des réponses pourrait venir de l’abeille VSH. Celle-ci est issue d’un travail de sélection génétique. Au fil de cette sélection, des apiculteurs ont en effet découvert que cette abeille VSH a développé une capacité à éliminer un couvain infecté en choisissant de sacrifier des nymphes vivantes mais parasitées pour éviter l’émergence d’abeilles moins fonctionnelles. On parle alors d’une fonction «hygiénique». L’un des objectifs du rucher-école sera d’élever des abeilles VSH pour développer des essaims «résilients» et permettre ainsi aux apiculteurs samariens de réduire l’utilisation de produits phytopharmaceutiques pour l’entretien de leurs ruches. «Ce rucher-école doit être un réservoir expérimental pour les apiculteurs du département, résume-t-on chez Symbiose. Ils pourront ainsi bénéficier des travaux de recherche sur le site et de la station VSH pour développer des cheptels d’abeilles résistantes.» Regardée de près pour sa capacité à lutter contre le varroa, l’abeille VSH le sera parce qu’elle produit également… du miel. Ou comment faire «d’une pierre, deux coups». 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Marc Fesneau
Marc Fesneau pour remplacer Julien Denormandie à l'Agriculture au gouvernement ?
Les discussions pour la constitution du premier gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne se poursuivent.
Festival agriculture picardie maritime
Abbeville prépare aussi son édition des « retrouvailles »
D’ici vendredi soir, les installations pour l’accueil du dixième Festival de l’agriculture en Picardie maritime devraient être…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Aurélie Thaureau et Nicolas Portois (FDC 80) entourant Jean-Philippe Hermant, l’un des utilisateurs réguliers de la barre d’effarouchement en dépôt dans le canton d’Ailly-sur-Noye.
Faire place nette de gibier avant la fauche
Les cinq fédérations des chasseurs des Hauts-de-France ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde