Aller au contenu principal

Comment planter plus d’arbres dans les champs

L’État, la Région Hauts-de-France, les Agences de l’eau Artois-Picardie et Seine-Normandie et l’OFB accompagnement via des dispositifs spécifiques les agriculteurs dans leurs projets de plantation de haies et d’agroforesterie.

Pour plus de détails, retrouvez les informations et les documents relatifs à l’appel à projet ouvert aux agriculteurs :  https://europe-en-hautsdefrance.eu/appels-a-projets/
Pour plus de détails, retrouvez les informations et les documents relatifs à l’appel à projet ouvert aux agriculteurs : https://europe-en-hautsdefrance.eu/appels-a-projets/ 
© Pixabay

Pour accompagner l’agriculture des Hauts-de-France dans la transition agroécologique et climatique, cela implique «des transitions» dixit la préfecture de région, le Conseil régional des Hauts-de-France et les Agences de l’eau Artois-Picardie et Seine-Normandie et autant dire que chacun a décidé de ne pas y aller par quatre chemins. Pour y arriver, ces organisations préconisent en effet de massifier la plantation «d’infrastructures agroécologiques comme les haies et les arbres au sein des parcelles agricoles», et y consacrent des moyens financiers conséquents. Ceux-ci sont mobilisables via deux dispositifs. Le premier est un appel à manifestation d’intérêt (AMI) ouvert entre le 23 mars et le 25 avril qui doit permettre à «des structures agissant dans les territoires au plus près des agriculteurs de susciter des projets de plantation et de les accompagner» de bénéficier de fonds publics pour réaliser leur mission. Le second dispositif est un appel à projets ouvert aux agriculteurs pour les soutenir dans leurs investissements de plantation, qu’il s’agisse de haies ou de projets d’agroforesterie. 

 

Deux dates-butoir

Ouvert depuis le 10 mai dernier, cet appel à projet est «harmonisé»  à l’échelle des Hauts-de-France. Opéré par la Région Hauts-de-France, il décline les mesures des Programmes de développement rural (PDR) Nord - Pas-de-Calais et Picardie et mobilise des financements notamment de la Région, de l’État et des agences de l’eau (Artois - Picardie et Seine - Normandie). Deux dates limites de dépôt des dossiers : les 9 juillet 2021 et 8 octobre 2021. «Les agriculteurs pourront, s’ils le souhaitent, s’appuyer sur les structures d’accompagnement identifiés par l’AMI régional pour les accompagner dans leurs projets, en plus des structures d’accompagnement habituelles», précisent les partenaires du dispositif.

 

Projets de plantation en 2021 et 2022

Si chacun de ces partenaires s’impliquent dans l’un comme dans l’autre dispositif, c’est parce que «les haies et les arbres jouent en effet de nombreux rôles agronomiques et environnementaux» : protection et efficience de la ressource en eau, lutte contre l’érosion des sols et les inondations, amélioration du bien-être animal, développement des habitats d’espèces et notamment d’insectes pollinisateurs et d’auxiliaires des cultures, contribution à l’identité et diversité des paysages. Ils permettent également «une diversification de la production : production fruitière, de bois d’œuvre ou de bois énergie». 

En résumé, rapportent l’État, la Région et les Agences de l’eau – l’Office français de la biodiversité (OFB) apporte quant à lui son expertise technique -, «implanter des haies ou des arbres au sein d’un système agricole est un engagement technique et économique des agriculteurs méritant d’être encouragé, soutenu et accompagné». Et de conclure en soulignant que «les actions soutenues concernent les projets de plantation dès l’automne 2021 et en 2022».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Pour un échantillon de producteurs suivis par le groupe Carré, les charges de structure se montent à 1 098 €/ha en 2021.
Céréales : des charges de structure bien encombrantes
Depuis 2018, le groupe de négoce Carré réalise un suivi des coûts de production chez plusieurs de ses clients agriculteurs pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde