Aller au contenu principal

Comment sauver les betteraves de la jaunisse ?

Le plan national de Recherche et Innovation pour trouver des solutions alternatives aux néonicotinoïdes (NNI) opérationnelles contre la jaunisse de la betterave sucrière, était présenté ce 22 septembre, à Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

L’hyméroptère parasitoïde pond son œuf à l’intérieur du puceron. Celui-ci se fait dévorer de l’intérieur par la larve.
L’hyméroptère parasitoïde pond son œuf à l’intérieur du puceron. Celui-ci se fait dévorer de l’intérieur par la larve.
© D. R.

L’hyménoptère parasitoïde sauvera-t-il les betteraves de la jaunisse virale ? Cet insecte prédateur du puceron vert est une des pistes envisagées dans le plan national de Recherche et Innovation pour trouver des solutions alternatives aux néonicotinoïdes (NNI) opérationnelles contre la jaunisse de la betterave sucrière, présenté ce 22 septembre, à Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Depuis le 8 août, l’Inrae et l’ITB planchent sur ce dossier, mais les moyens de lutte alternatifs aux NNI font partie de la recherche depuis plusieurs années déjà. Mais Philippe Mauguin, président directeur général d’Inrae et Alexandre Quillet, président de l’ITB, préviennent : «Il n’existera pas de solution équivalente aux NNI, mais il s’agira d’un panel de meilleurs possibles. La recherche doit se poursuivre pour que la filière betterave puisse continuer d’exister après 2024, date à laquelle la dérogation pour l’utilisation de NNI prend fin.» Le plan bénéficie d’un financement public additionnel de 7 millions d’euros sur trois ans, pour un montant global supérieur à 20 M€ avec les co-financements d’INRAE, de l’ITB et des semenciers.

Il repose sur quatre grands axes : l’amélioration de la compréhension de la situation sanitaire, l’identification et la démonstration des solutions à l’échelle de la culture, l’identification et la démonstration des solutions de régulation à l’échelle de l’environnement des plantes, des cultures et des paysages, et la transition vers un modèle économique durable.

Parmi les pistes : les progrès génétiques, boostés par les résultat du programme Aker (cf.p.19), associés à un travail agronomique important. «Il nous faut notamment construire une mosaïque paysagère permettant de réduire la pression en bioagresseurs, explique philippe Mauguin. Des bandes mellifères, par exemple, attirent les régulateurs.» Les chercheurs misent beaucoup sur l’hyméroptère parasitoïde : un insecte qui pond son œuf à l’intérieur du puceron. Celui-ci se fait dévorer de l’intérieur par la larve. «La recherche doit permettre de préciser quelles espèces de plantes intriduire, où, sur quelle surface, avec quelle conduite…»

Entre 500 et 1 000 ha de parcelles betteravières doivent servir de test chaque année. Au-delà des betteraves, la modification des paysages agricoles bénéficiera à toutes les cultures (colza, pommes de terre, blé et orge) également sensibles à des viroses véhiculées par des pucerons.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde