Aller au contenu principal

Concours littéraire : et si vous osiez le Prix de littérature en picard ?

Et si vous deveniez écrivain ? Mais pas n’importe lequel : un écrivain bien d’chez nous ! L’Agence régionale de la langue picarde a ouvert le Prix de littérature en picard 2019.

Un, deux, troés, ch’est parti ! Prenez un stylo, quelques feuilles de papier et, surtout, toute l’imagination dont vous disposez. Vous voilà prêts pour participer au Prix de littérature en picard 2019, qu’organise l’Agence régionale de la langue picarde.
Ce prix, qui tire ses racines du prix Goncourt de la nouvelle dans les années 1990, «est l’occasion de montrer la richesse de la création littéraire en picard», explique l’Agence régionale de la langue picarde. Et de rappeler qu’«aujourd’hui, quatre cents auteurs écrivent régulièrement en picard.» Jusqu’à soixante-dix auteurs ont participé à ce prix, ouvert à toutes celles et tous ceux qui écrivent en picard.

(Très) vieille langue picarde
Le patois est-il toujours à la mode ? Première règle, ne dites pas «patois», mais bien «langue» picarde. «Le terme “patois“ est péjoratif, défend Olivier Engelaere, président de l’Agence régionale de la langue picarde. Il n’y a qu’à lire la définition qu’en fait le dictionnaire pour s’en rendre compte ! Notre travail est justement de modifier cette image.»
Il faut dire que notre langue locale a une certaine valeur. «Aucune autre région aussi proche de Paris n’a conservé sa langue. Qui plus est, le picard se parle et s’écrit, depuis toujours, voire même plus longtemps que le français.» La vitalité du Picard est néanmoins menacée. «La transmission familiale se fait moins, et la langue n’est pas enseignée à l’école,» se désole Olivier Engelaere.
D’où l’intérêt d’un tel prix. En pratique, la forme littéraire est libre, aucune orthographe n’est imposée, et le ch’timi, le rouchi ou le patois du Nord, soit toutes les variantes du picard, sont acceptées. Pour la forme, elle est aussi très libre. Nouvelles, extraits de romans, poèmes en prose, petites pièces de théâtre et pourquoi pas un conte ? Deux seules contraintes : le texte ne doit jamais avoir été publié et il doit être court (pas plus de 36 000 signes, ce qui est déjà pas mal). Le concours favorise bien sûr la qualité des écrits, mais aussi l’originalité des thèmes abordés.

L’émotion avant tout
Et parce que «ch’est point la mer à boère», un prix «espécial» sera décerné aux écrits sur le thème de la mer. Nous invitons à «prendre la vague et à laisser flotter l’imagination sur ce sujet», précise l’Agence régionale de la langue picarde. Le cri d’une mouette, un bateau à la dérive, une bouteille à la mer, autant de sujets qui peuvent avoir le vent en poupe pour retenir l’intérêt du jury, composé de dix personnes.
Parmi les membres, des experts, comme Bernard Sinoquet, le responsable de la maison Jules Verne, et Julie Auger, spécialiste américaine du Picard. «Leurs attentes sont très diverses, confie Olivier Engelaere. Certains sont attachés à la qualité de la langue, et s’assureront que le mot soit utilisé dans le bon sens, d’autres seront plus sensibles à la littérature. Mais tous seront certainement sensibles à l’émotion que le texte va provoquer, renforcée par l’utilisation du Picard.»
A la clé ? Ein’belle cagnotte ! Ce concours est doté d’un premier prix de 200 €, d’un deuxième et troisième prix de respectivement 120 et 70 €. Les textes primés seront publiés et les auteurs récompensés seront invités à venir lire leur texte lors d’une soirée littéraire organisée à la Maison Jules Verne, le 4 mai, à Amiens. On a hâte d’entendre ché carabistoules.

Informations pratiques

Les personnes désirant concourir doivent envoyer leur texte pour le 4 mars 2019 au plus tard, à l’adresse suivante : Agence régionale de la langue picarde, Prix de littérature en picard, 4 rue Lamarck, 80000 Amiens.
Le règlement complet du Prix de littérature en picard est disponible sur simple demande auprès de SCP Margolle-Barbet, huissiers de Justice associés, à l’adresse suivante : SCP Margolle-Barbet, maître Jérôme Barbet, 4 rue du Général Leclerc, 80000 Amiens.

Plus de précisions en nous contactant : contact@languepicarde.fr ou 03 22 71 17 00

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde