Aller au contenu principal

Confinement : le producteur local, alternative au supermarché

Pour stopper l’épidémie de Covid-19, il faut bannir le contact avec d’autres personnes. Les agriculteurs qui vendent en direct invitent donc à éviter les grandes surfaces et à faire des provisions chez eux.

Les agriculteurs qui vendent en direct s’adaptent à la situation. À la FermOgoût, les amplitudes horaires du magasin sont allongées pour éviter la foule.
Les agriculteurs qui vendent en direct s’adaptent à la situation. À la FermOgoût, les amplitudes horaires du magasin sont allongées pour éviter la foule.
© FermOgout

«Citoyens, plutôt que de vous entasser dans des centres commerciaux nids à microbes, faites vos courses chez les agriculteurs en vente directe : des produits frais, et moins de contact !» Voilà le message que les exploitants locaux font passer à la population, soumise à un confinement depuis ce mardi midi, via les réseaux sociaux. Il est possible, en effet, de sortir faire ses courses, mais autant limiter la foule. Dans la Somme, les agriculteurs qui vendent en direct s’organisent pour continuer de satisfaire leurs clients.
Olivier Halluin, gérant des Primeurs fermières, à Heudicourt, espère pouvoir maintenir le service minimum, malgré la trentaine de salariés qui pourraient être impactés par le confinement (ma-ladie, garde d’enfants…). Carottes, pommes de terre, poireaux, oignons, betteraves rouges, céleris et choux sont encore vendus à cette saison. «Nous pouvons toujours ouvrir le magasin et aller au marché. Je pense qu’il est plus sécurisé pour les gens de venir dans des petites structures comme chez nous, ou au marché à l’air libre, plutôt que dans un supermarché.»
À la FermOgoût, à Saint-Fuscien, Grégoire Leleu a fait le choix d’augmenter les amplitudes d’ouverture du magasin à la ferme pour vendre ses produits laitiers. «Nous évitons ainsi de concentrer trop de clients d’un coup. Pour eux, c’est aussi un confort.» Du stock ? Il en a à écouler, puisque la majeure partie de ses clients ont annulé les commandes : restaurants, établissements scolaires… «Je perds 60 % de mon chiffre d’affaires. Mars est le seul mois de l’année sans vacances scolaires, alors c’est un coup très dur. Le pire se fera sentir en mai, si nous reprenons l’activité, car les charges vont repartir en hausse alors que nous n’aurons pas de rentrée d’argent.» Pour limiter la casse, il n’y a plus qu’à espérer que les clients soient au rendez-vous à la ferme, ou au magasin de producteurs Esprit fermier, à Glisy, dans lequel il vend ses produits. Toutes les mesures d’hygiène sont appliquées : désinfection des rayons et des caisses, lavage de mains… Comme Grégoire Leleu, les autres producteurs seront en capacité de fournir plus, sans rupture de stock.

Le drive a la cote
D’autres formes de commercialisation rencontrent un vif succès en cette période de crise. Éric Rougegrez, à la tête de la Charcuterie fermière de la chapelle, à Beauval, a vu ses ventes en drive doubler depuis l’annonce du confinement. «J’ai été surpris en voyant cela ce matin (mardi matin, ndlr). Nous livrons à plusieurs points fixes et les clients viennent chercher leur colis tout fait. Ils doivent trouver ce système sécurisant car il limite le contact.»
Guillaume Bleuet, lui, voit en cet épisode de crise l’occasion de «développer de nouvelles pratiques de commercialisation, comme la vente en ligne.» Il n’est pas encore impacté car il produit des asperges et des fraises à Chuignes, dont la saison n’a pas encore débuté. Mais il le sera si la période de confinement se prolonge, puisqu’il livre notamment les établissements scolaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde