Aller au contenu principal

Confinement : le producteur local, alternative au supermarché

Pour stopper l’épidémie de Covid-19, il faut bannir le contact avec d’autres personnes. Les agriculteurs qui vendent en direct invitent donc à éviter les grandes surfaces et à faire des provisions chez eux.

Les agriculteurs qui vendent en direct s’adaptent à la situation. À la FermOgoût, les amplitudes horaires du magasin sont allongées pour éviter la foule.
Les agriculteurs qui vendent en direct s’adaptent à la situation. À la FermOgoût, les amplitudes horaires du magasin sont allongées pour éviter la foule.
© FermOgout

«Citoyens, plutôt que de vous entasser dans des centres commerciaux nids à microbes, faites vos courses chez les agriculteurs en vente directe : des produits frais, et moins de contact !» Voilà le message que les exploitants locaux font passer à la population, soumise à un confinement depuis ce mardi midi, via les réseaux sociaux. Il est possible, en effet, de sortir faire ses courses, mais autant limiter la foule. Dans la Somme, les agriculteurs qui vendent en direct s’organisent pour continuer de satisfaire leurs clients.
Olivier Halluin, gérant des Primeurs fermières, à Heudicourt, espère pouvoir maintenir le service minimum, malgré la trentaine de salariés qui pourraient être impactés par le confinement (ma-ladie, garde d’enfants…). Carottes, pommes de terre, poireaux, oignons, betteraves rouges, céleris et choux sont encore vendus à cette saison. «Nous pouvons toujours ouvrir le magasin et aller au marché. Je pense qu’il est plus sécurisé pour les gens de venir dans des petites structures comme chez nous, ou au marché à l’air libre, plutôt que dans un supermarché.»
À la FermOgoût, à Saint-Fuscien, Grégoire Leleu a fait le choix d’augmenter les amplitudes d’ouverture du magasin à la ferme pour vendre ses produits laitiers. «Nous évitons ainsi de concentrer trop de clients d’un coup. Pour eux, c’est aussi un confort.» Du stock ? Il en a à écouler, puisque la majeure partie de ses clients ont annulé les commandes : restaurants, établissements scolaires… «Je perds 60 % de mon chiffre d’affaires. Mars est le seul mois de l’année sans vacances scolaires, alors c’est un coup très dur. Le pire se fera sentir en mai, si nous reprenons l’activité, car les charges vont repartir en hausse alors que nous n’aurons pas de rentrée d’argent.» Pour limiter la casse, il n’y a plus qu’à espérer que les clients soient au rendez-vous à la ferme, ou au magasin de producteurs Esprit fermier, à Glisy, dans lequel il vend ses produits. Toutes les mesures d’hygiène sont appliquées : désinfection des rayons et des caisses, lavage de mains… Comme Grégoire Leleu, les autres producteurs seront en capacité de fournir plus, sans rupture de stock.

Le drive a la cote
D’autres formes de commercialisation rencontrent un vif succès en cette période de crise. Éric Rougegrez, à la tête de la Charcuterie fermière de la chapelle, à Beauval, a vu ses ventes en drive doubler depuis l’annonce du confinement. «J’ai été surpris en voyant cela ce matin (mardi matin, ndlr). Nous livrons à plusieurs points fixes et les clients viennent chercher leur colis tout fait. Ils doivent trouver ce système sécurisant car il limite le contact.»
Guillaume Bleuet, lui, voit en cet épisode de crise l’occasion de «développer de nouvelles pratiques de commercialisation, comme la vente en ligne.» Il n’est pas encore impacté car il produit des asperges et des fraises à Chuignes, dont la saison n’a pas encore débuté. Mais il le sera si la période de confinement se prolonge, puisqu’il livre notamment les établissements scolaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde