Aller au contenu principal

Conjoint collaborateur : indispensable pour les travaux de l’exploitation

Moins de 20 % des conjointes sont affiliées en qualité de conjointe collaboratrice dans l’exploitation. On assiste à une désaffection des jeunes pour ce statut dont l’orientation se fait plutôt vers un statut d’exploitante ou de salariée. Mais plusieurs milliers participent aux travaux sans être déclarées.

Le statut de conjointe collaboratrice à titre principal ou secondaire doit être souscrit dès son implication dans l’exploitation familiale, peu importe la forme de contribution apportée par l’épouse, la partenaire ou la concubine.
Le statut de conjointe collaboratrice à titre principal ou secondaire doit être souscrit dès son implication dans l’exploitation familiale, peu importe la forme de contribution apportée par l’épouse, la partenaire ou la concubine.
© D. R.

Le conjoint qui travaille dans l’exploitation occasionnellement n’a pas de statut. Et faute d’adhésion et de cotisations versées, le conjoint n’est pas assuré en cas de maladie professionnelle, d’invalidité ou d’accident à l’exploitation. Généralement, le statut de conjoint collaborateur est exercé par les épouses, ce qui permet de leur garantir a minima une retraite et une couverture en cas d’accident.
Pour rappel, la loi impose au conjoint qui participe «régulièrement» aux travaux de l’exploitation d’opter pour l’un des trois statuts suivants : conjoint collaborateur à titre principal ou secondaire, chef d’exploitation ou co-exploitant, associé exploitant et salarié. En tout cas, si vous travaillez dans l’exploitation de votre conjoint, sans statut particulier et sans rémunération, vous devez être déclarée conjointe collaboratrice, peu importe le temps consacré au travail. Vous pourriez être assimilée à du travail dissimulé. Avec ce statut, vous avez l’assurance d’être protégée, surtout en cas d’accident. Et cela vous permet d’acquérir une «petite» retraite dont le retour sur investissement est très court.

Conjoint collaborateur : secondaire ou principal
Les personnes mariées, quel que soit le régime matrimonial, celles liées par un pacte de solidarité civil ou celles vivant en concubinage peuvent prendre le statut de conjoint collaborateur. Celles ou ceux qui ont une activité salariée peuvent adhérer à ce statut de conjoint collaborateur à titre principal ou secondaire à la condition que leur conjoint soit exploitant individuel ou associé d’une société civile de type Gaec, EARL, SCEA ou SARL.
Deux statuts existent. Le premier, celui de conjoint collaborateur à titre principal qui contraint les personnes à avoir une activité à l’exploitation supérieure à 50 % et avoir éventuellement une activité salariée à l’extérieur, à condition de rester sous le seuil de 50 %. Dans ce cas, le conjoint bénéficie de l’ensemble des prestations sociales et peut acquérir une retraite forfaitaire, une retraite proportionnelle de 16 points annuel et de 66 points de retraite complémentaire. Il est peu coûteux pour l’exploitation mais offre des droits et prestations sociales assez limitées. Le montant de la cotisation oscille entre 1 400 et 2 400 €, en fonction des cotisations payées par l’exploitant.
Le deuxième, celui de conjoint collaborateur à titre secondaire, permet d’avoir une activité salariée à plein temps ou à temps partiel, qui excède 50 % du temps. Le reste du temps, il le consacre à l’activité agricole, souvent dans un cadre de palier à certains travaux de la ferme. Les prestations sont plus limitées que celles du conjoint à titre principal. Il ne peut acquérir seulement qu’une retraite proportionnelle de 16 points annuels et de 66 points de retraite complémentaire. Le coût de ce statut est de l’ordre d’un peu moins de 1 000 €.
La retraite forfaitaire est exclue, ainsi que la cotisation invalidité. Les deux statuts ont accès aux indemnités d’accident de travail et à la formation professionnelle.
Aujourd’hui, les femmes collaboratrices représentent un cinquième des conjointes. Dans ce statut de conjoint collaborateur, le conjoint ne paie que pour la retraite et l’assurance accident du travail, ce qui signifie un retour sur investissement relativement rapide. Certes, on peut choisir de devenir «exploitante agricole à part entière», mais cela engendrera un coût beaucoup plus élevé en termes de cotisations sociales en contrepartie de prestations plus importantes (retraite, …). Le statut de conjoint collaborateur permet, sans engager de frais importants, de bénéficier d’une protection sociale indispensable, utile et sécurisante, notamment en cas d’accident.

Utile capacité professionnelle
Autre aspect intéressant : ce statut permet d’obtenir la capacité professionnelle, pour ceux ou celles qui n’ont pas de diplôme agricole. Cette capacité est acquise au bout de cinq ans d’activité de conjoint collaborateur. Elle doit résulter de cinq années d’expériences durant les quinze dernières années pour une surface égale ou supérieure à 32 ha, en tant que conjoint collaborateur, salarié, associé-exploitant, exploitant ou co-exploitant. Cela peut être utile le jour ou le conjoint envisage de s’installer ou de faire une reprise de parcelles de terres en tant qu’exploitant agricole ou en cas de décès.

Formalisme
Pour opter au statut de collaborateur, il suffit de remplir un formulaire de déclaration sur le site de la MSA puis de l’envoyer à la caisse d’affiliation dont vous dépendez par lettre recommandée avec accusé de réception. L’accord de l’exploitant n’est pas nécessaire. Si les conditions sont remplies, le statut de conjoint collaborateur prend effet à la date figurant sur l’avis de réception.

Les autres statuts
D’autres statuts existent, comme celui de salarié. Pour y prétendre, le conjoint doit effectuer un travail régulier à temps complet ou à temps partiel à l’exploitation et en contrepartie recevoir une rémunération. Un contrat de travail doit être signé. Les charges sociales seront plus importantes, mais le conjoint aura une couverture sociale optimum. Il bénéficiera d’une retraite plus conséquente, d’indemnités journalières en cas d’accident, de maladie ou de maternité, au même titre qu’un salarié extérieur. Ce statut coûte plus cher à l’exploitation et celle-ci devra sortir un salaire tous les mois, assorti de charges sociales patronales.
Enfin, le statut d’exploitant, de co-exploitant, d’associé-exploitant place le conjoint au même rang que l’exploitant. Il bénéfice des mêmes avantages en tant que prestations sociales. À la différence des autres statuts, c’est le revenu professionnel qui détermine le montant des cotisations sociales avec des prestations plus conséquentes.

Baux co-preneurs

Les co-preneurs s’engagent ensemble vis-à-vis du bailleur à respecter toutes les obligations du bail : payer le fermage, exploiter le fonds raisonnablement et détenir un statut d’exploitant ou de co-exploitant. Ils bénéficient de tous les droits d’un preneur tant qu’ils exploitent ensemble les biens loués. Attention, cela peut se compliquer si l’un des co-preneurs ne participe pas à l’exploitation ou a le statut de conjoint collaborateur. Dans ce cas, la cession de bail pourra être refusée par le bailleur.
Si le bail est co-titulaire, entre deux conjoints exploitants, la loi permet au co-preneur restant de continuer à bénéficier d’un bail rural à son seul nom lorsque l’un des co-preneurs cesse de participer à l’exploitation. Pour cela, le preneur doit adresser au bailleur, dans un délai de trois mois à compter de la cessation d’activité du co-preneur, une lettre recommandée avec demande d’avis de réception. Cette lettre doit : reproduire intégralement le troisième alinéa de l’article L.411.35 du code rural, mentionner les motifs allégués pour cette demande (retraite, …) et la date de cessation d’activité du co-preneur. Si le bailleur souhaite s’opposer à la continuation du bail, il pourra saisir le tribunal paritaire, dans un délai de deux mois qui statuera sur la demande. À défaut d’opposition, le preneur ayant respecté ce formalisme sera seul titulaire du bail et évitera tous les risques évoqués ci-dessus : la perte de son droit au renouvellement et du droit de céder le bail.
Si Madame est conjointe collaboratrice, elle n’a pas l’obligation d’être co-titulaire des baux, et en raison de la loi d’avenir, il vaut mieux s’abstenir. Si elle souhaite devenir co-titulaire des baux, c’est juridiquement possible avec l’accord du propriétaire, mais elle devra demander l’autorisation d’exploiter. Elle peut le faire que sous forme sociétaire ou avec un statut de co-exploitant avec son conjoint. Et là, elle doit demander l’autorisation d’exploiter auprès, avant de signer les baux. Dans ce cas, les deux époux doivent faire chacun un dossier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde