Aller au contenu principal

Social
Conjoint collaborateur ou associée exploitante ?

Il n’est pas toujours facile de choisir un statut social entre celui de conjoint collaborateur et celui d’associée exploitante.

© AAP

La profession d’agricultrice peut être exercée sous différents statuts sociaux qui conditionnent les droits aux prestations et peuvent avoir des incidences importantes. Une agricultrice mariée, qui entre dans la profession, peut choisir entre deux statuts :
- Celui de conjoint collaborateur à titre principal ou secondaire, à la condition que son mari soit exploitant individuel ou associé d’une société de type gaec, earl ou scea. Elle doit participer aux travaux de l’exploitation. Cela lui permet d’acquérir des points retraite et une retraite de base pour les conjoints collaborateurs à titre principal.
- Celui d’associée exploitante au sein d’une société.
Le choix est lié essentiellement à la recherche du statut social le mieux adapté à la personne concernée. Selon le choix, le coût sera tout à fait différent. Le conjoint collaborateur ne paiera que pour la retraite, ce qui veut dire un retour sur investissement relativement rapide. Par contre l’exploitante associée versera des cotisations sociales liées à son revenu, au taux d’environ 34 % hors Csg et Crds jusqu’au plafond de la sécurité sociale et 23 % au delà. Certes, dans ce dernier cas, le coût est plus élevé mais ce statut offre des prestations plus importantes en contrepartie des cotisations.
Le choix ne doit pas se faire en fonction du gain de trésorerie, mais selon les droits à accorder au conjoint, en particulier sur la retraite.

Qui peut être conjoint collaborateur ?
Les personnes mariées quel que soit le régime matrimonial, celles qui sont liées par un pacte de solidarité civil ou encore celles qui vivent en concubinage avec l’exploitant.
Il existe deux statuts de conjoint collaborateur :

COLLABORATEUR à TITRE PRINCIPAL
Ce statut oblige les conjoints à avoir au moins 50% de leur activité sur l’exploitation et éventuellement une activité salariée ou autre à l’extérieur pour moins de 50 %. Dans ce cas, ils peuvent acquérir une retraite forfaitaire au coût de 3,20 % du revenu professionnel de l’exploitant dans la limite du plafond de sécurité sociale, une retraite proportionnelle de 16 points annuels moyennant un coût d’environ 410 € et 66 points de retraite complémentaire moyennant une cotisation annuelle de 332 € ; le reste correspond aux cotisations Vivea (48 €), invalidité (23 €) et à l’Atexa pour environ 132 €, ce qui représente un coût total de 945 €, non compris la cotisation de retraite forfaitaire (3,20 % du revenu de l’exploitant).

COLLABORATEUR à TITRE SECONDAIRE
Ce statut est réservé aux personnes qui plus de 50% de leur activité à l’extérieur de l’exploitation. Dans ce cas, les conjoints ne peuvent acquérir qu’une retraite proportionnelle de 16 points annuels et 66 points de retraite complémentaire moyennant une cotisation annuelle d’environ 950 €, dont 742 € de cotisations vieillesse ; le reste correspond aux cotisations Vivea, invalidité et l’Atexa. La retraite forfaitaire est exclue.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde