Aller au contenu principal

Conjoint collaborateur : un statut indispensable

A la demande de la commission des Agricultrices de communiquer sur le statut de conjoint collaborateur, la Mutualité sociale agricole y a répondu favorablement. A cette occasion, s’est tenue une réunion, le 4 mai dernier, pour évoquer les points les plus importants au niveau social.

© AAP

Le conjoint qui travaille sur l’exploitation occasionnellement n’a pas de statut. Et, faute de cotisation, le conjoint n’est pas assuré en cas de maladie professionnelle, d’invalidité ou d’accident sur l’exploitation. Le statut de conjoint collaborateur, qui est le plus souvent exercé par les épouses, permet de garantir a minima une retraite pour ceux qui participent aux travaux de l’exploitation.
Pour rappel, la loi de 2006 impose au conjoint qui participe «régulièrement» aux travaux de l’exploitation d’opter pour l’un des quatre statuts suivants : conjoint collaborateur à titre principal ou secondaire, chef d’exploitation ou co-exploitant, associé exploitant et salarié.
En tout cas, si vous travaillez sur l’exploitation de votre conjoint, et sans statut particulier et sans rémunération, vous devriez être déclarée conjointe collaboratrice, peu importe le temps consacré au travail sur l’exploitation. Vous pourriez être assimilé à du travail dissimulé. Avec ce statut, vous avez l’assurance d’être protégé.

Au sommaire de l’article :
Conjoint collaborateur
Capacité professionnelle
Opter pour le statut
Un autre statut : celui de salarié

Protection sociale des conjointes collaboratrices à titre principal
Protection sociale des conjointes collaboratrices à titre secondaire
Protection sociale des salariées d’exploitation agricole

Retrouvez l’intégralité de l’article dans votre journal l’Action Agricole Picarde.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde