Aller au contenu principal

Conseil départemental : débat d'orientations budgétaires 2019

Le 17 décembre, le Conseil départemental de la Somme était réuni en session pour son débat d’orentation budgétaire 2019.

Comme toujours, majorité et opposition sont restées retranchées dans leur rôle au cours du DOB.
Comme toujours, majorité et opposition sont restées retranchées dans leur rôle au cours du DOB.
© F. G.



Si la fin d’année pour la collectivité territoriale rime traditionnellement avec le débat d’orientation budgétaire (DOB), moins classique est, cette année, le contexte, avec le mouvement des «gilets jaunes», qui touche tous les départements de France. Pas un seul discours, de la majorité en passant par l’opposition, n’a omis de mentionner cette actualité, qui illustre, selon elles, une crise majeure de la démocratie, voire même des institutions.
La majorité, par la voix de son président, Laurent Somon, a rappelé que «le rôle du Département, aux côtés du bloc communal, et au service des habitants de la Somme, est primordial». L’opposition, notamment par la voix de Francis Lec, président du groupe Somme à gauche, s’est, elle, associée à la colère des «gilets jaunes» et veut engager un combat commun pour répondre à l’urgence sociale, à la nécessité de concilier transition écologique avec justice sociale, à l’urgence pour le développement des territoires… Avant de demander un redéploiement du budget du Département. Et d’autant que ce quatrième débat d’orientation budgétaire de la majorité départementale est «quasi identique aux trois précédents, avec une petite variation au niveau des cartes et de la présentation, mais avec la même obsession : la réduction de la dette», tacle Blandine Denis du groupe Ecolos en Somme. Ou dit autrement, par Delphine Damis-Fricourt, présidente du groupe Génération.s, un débat d’orientation budgétaire de 580 pages, soit «une montagne qui a accouché d’une souris, et encore, je cherche la souris, et je ne l’ai pas encore trouvée». Il est donc grand temps, selon Nathalie Marchand, du groupe PCF, de «casser la tirelire pour répondre à l’urgence sociale», et de «changer de cap».

A chacun son cap
Pendant que l’opposition, chacune dans son créneau, demande à la majorité départementale de corriger sa copie et de jeter aux orties son programme «Refondation» pour répondre aux attentes des Samariens, en lâchant notamment les cordons de la bourse, le président Somon rappelle que c’est justement grâce aux efforts de gestion entrepris dans la première partie de son mandat qu’il est possible désormais de dégager des marges nouvelles pour agir.
La preuve ? «Notre budget primitif de fonctionnement sera en hausse et permettra de cibler les besoins des services d’aide à domicile et de valoriser les emplois les plus précaires d’aides à domicile dans le cadre des Cepom signés avec les organismes gestionnaires de l’Apa.» L’investissement aussi sera à la hausse, soit 11 % de plus, pour atteindre environ 80 millions d’euros. Au programme des investissements : la mise en place d’un fonds de soutien à la rénovation des Ehpad, un autre à l’innovation territoriale et aux bourgs dans le cadre de la redynamisation des bourgs et du maintien des services de proximité en milieu rural. Un nouveau laboratoire routier départemental sera mis en place et de nouveaux investissements seront faits pour la modernisation et la sécurisation des collèges. Le tout, sans augmentation des taux d’imposition départementaux, ni en 2019, ni durant le reste du mandat. La messe est dite ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde