Aller au contenu principal

Conserves, surgelés et confinement, un trio gagnant

Les ventes de légumes transformés ont connu un pic en 2020 qualifié de « sans précédent » par l’interprofession des légumes transformés (Unilet). Décryptage.

Conserves
Garde-manger d'un consommateur lambda pendant le confinement : des légumes en conserve et des pâtes.
© D.R.

Qu’est ce pousse les consommateurs à acheter des légumes en conserves et/ou surgelés, qui plus est en période de crise comme celle que l’on est encore de vivre ? Les réponses sont à chercher dans une enquête CSA réalisée pour Unilet : la praticité et la facilité à les conserver. Ces arguments sont en effet partagés par plus de 9 Français sur 10.

Dans le contexte inédit lié à la Covid-19 en 2020, les achats des ménages en magasins ont enregistré des croissances « records », selon l’interprofession des légumes en conserves et surgelés : +8,5 % en volume pour les surgelés et +7,7 % pour les conserves sur les 9 premiers mois 2020 par rapport à la même période en 2019.

Les périodes de confinements ont quant à elle entraîné de forts pics de consommation : +31 % pour les surgelés et +28 % pour les conserves en volume lors du confinement du printemps, et + 50 % en valeur pour les légumes cuisinés surgelés ainsi que pour les légumes en conserve la semaine amorçant le confinement de l'automne. 

Cette hausse de la consommation est-elle durable ? Tout porte à croire que oui, selon l’enquête CSA. Interrogés en décembre sur leurs intentions, 77 % des Français disaient vouloir maintenir ou augmenter leur consommation de légumes en conserve et 85 % pour les légumes surgelés.

Des usines au travail 7 jours sur 7

Du côté de l’amont, ce regain d’intérêt pour la production de légumes transformés n’a pas été sans conséquences. Il a fallu que producteurs, et surtout transformateurs et distributeurs, s’adaptent : « La filière s'est donné les moyens de réassigner rapidement ses offres dédiées à la RHD aux circuits de distribution à domicile, mais il a fallu attendre la campagne estivale pour refaire des stocks de légumes sous haute tension, qui avaient été produits avant la crise, lors de la campagne de 2019 », explique-t-on à l’interprofession. Du côté de la production, on se souviendra que la météo avait été défavorable aux cultures et aux récoltes. Les sites de transformation ont quant à eux tourné à plein régime, 24 h/24 et 7 j/ 7, pour les conserver dans les meilleures conditions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde