Aller au contenu principal

Contrat de solutions : le ministre s’engage au côté de la profession

Le 25 février, lors du Salon de l’agriculture, Didier Guillaume a signé le préambule du «Contrat de solutions, une trajectoire de progrès pour la protection des plantes» porté par quarante-trois partenaires.

Didier Guillaume (eu centre) : «Ce contrat de solutions, c’est le signe du début de quelque chose, d’une réconciliation, d’une agriculture qui avance pour devancer les attentes.»
Didier Guillaume (eu centre) : «Ce contrat de solutions, c’est le signe du début de quelque chose, d’une réconciliation, d’une agriculture qui avance pour devancer les attentes.»
© D. R.



De son annonce en novembre 2017 à la signature de son préambule le 25 février 2019 par Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’alimentation, le «Contrat de solutions, une trajectoire de progrès pour la protection des plantes», a fait bien du chemin.
«Il y a un an, nous étions vingt-cinq partenaires. Il y a six mois, nous présentions une première édition du contrat avec une trentaine de solutions. Ce soir, nous sommes quarante-trois partenaires, et nous publions une deuxième édition avec cinquante-sept solutions et il va être signé par le gouvernement. Ce contrat est à durée indéterminée et il est appelé à évoluer dans le temps», résume Eric Thirouin, président du Comité de pilotage du Contrat de solutions, le 25 février, lors de la signature du préambule du contrat par le ministre de l’Agriculture. Une signature, preuve de la reconnaissance du bien-fondé de la démarche, se félicite Eric Thirouin.
«Quarante-trois partenaires, c’est inédit, ce contrat embarque toute la profession dans une démarche proactive», renchérit Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. Avant d’apposer sa signature, aux côtés de celles d’Eric Thirouin et de Philippe Mauguin, directeur général de l’Inra.
Didier Guillaume a d’ailleurs tenu à célébrer une démarche positive d’une agriculture engagée dans la transition. «Ce contrat de solutions, c’est le signe du début de quelque chose, d’une réconciliation, d’une agriculture qui avance pour devancer les attentes», salue le ministre. Cette signature engage l’Etat, les partenaires, mais aussi l’Inra au titre de la recherche fondamentale.

Des engagements dans la durée
Concrètement, sur la durée, les quarante-trois partenaires et l’Etat s’engagent en matière d’élaboration des politiques publiques, d’identification et d’anticipation sur les alternatives aux produits, d’accompagnement des agriculteurs dans la réduction de l’utilisation des risques et des impacts des produits phyto et, enfin, en matière de communication. Les partenaires devront, par exemple, communiquer activement sur les démarches engagées, mobiliser leurs réseaux nationaux pour diffuser les solutions, être des interlocuteurs de l’Etat dans ses travaux relatifs à la protection des cultures.
Une association «Contrat de solutions» devrait être créée. Elle sera composée de plusieurs collèges dont un des producteurs au sein duquel un président devrait être élu. De son côté, l’Etat promet, par exemple, de consulter les partenaires sur les orientations en matière de protection des cultures, à adopter les nouvelles fiches du dispositif CEPP et à les promouvoir, à communiquer positivement sur l’ensemble de la dynamique engagée dans la réduction de l’utilisation, des risques et des impacts des produits phyto et, aussi, à mobiliser les budgets disponibles pour accompagner financièrement les agriculteurs et les filières agricoles dans la transition écologique.

Connaissances et innovations
Le ministre a ainsi annoncé que l’excédent de la redevance pollution diffuse devrait être orienté en ce sens, une mesure plébiscitée par Eric Thirouin et Christiane Lambert. L’implication de la recherche fondamentale étant jugée indispensable, l’Inra, par le biais de Philippe Mauguin, s’est également engagé pour accompagner le contrat de solutions. L’institut de recherche doit notamment poursuivre et amplifier son partenariat avec la recherche appliquée agricole, favoriser le transfert des connaissances et des innovations.
Sur ce point, Didier Guillaume souligne que l’APCA devra jouer aussi à jouer un rôle fondamental. Pour conclure ce moment jugé «historique», le ministre est allé à la rencontre des quarante-trois partenaires, cités un à un par Eric Thirouin. Sur le stand de l’Odyssée du végétal, où le préambule a été signé, il a ainsi pu découvrir certaines solutions présentées dans le contrat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde