Aller au contenu principal

Contribuer au fonds de modernisation céréaliers-éleveurs

Echo de l'assemblée générale cantonale de Villers-Bocage.

Les participants à l’assemblée de Villers-Bocage.
Les participants à l’assemblée de Villers-Bocage.
© AAP

Une quinzaine d’agriculteurs ont participé à l’assemblée générale du canton de Villers-Bocage qui s’est tenue le 21 décembre dans les locaux de la Maison familiale rurale de ce chef lieu de canton sous la présidence de Jean-Marc Dheilly, avec la participation de Luc Vermesch, membre du bureau de la Fdsea.
Dans son introduction, Jean-Marc Dheilly a brossé un rapide tour d’horizon de l’année écoulée. Ensuite Luc Vermersch a apporté son éclairage sur les principaux dossiers de l’actualité. Il a expliqué que le projet de versement forfaitaire d’une aide aux cinquante premiers hectares souhaitée par le ministre de l’Agriculture dans le cadre de la réforme de la Pac a paru séduisant. «Mais à la lecture des premières simulations publiées dans Scop info de décembre, le bulletin d’informations de Orama, cette aide sera inefficace car elle provoquera plus de déséquilibre que de rééquilibrage et au final une diminution plus importante du DPU de la ferme Somme et donc un DPU moyen plus faible que dans les scenarios de convergence totale», a réagi Luc Vermersch.
Il constate qu’il reste encore pas mal de travail syndical à mener en prévision des négociations à venir au 1er semestre 2013.
Par ailleurs, Luc Vermersch a argumenté sur l’intérêt de contribuer au fonds de modernisation céréaliers–éleveurs. En effet, on a constaté une perte de production en France de l’ordre de 17% dans le secteur de la volaille et de 14 % dans celui de la production porcine en dix ans.
Dans le même temps, tendance inverse en Allemagne avec une progression de 37 % en porcs et de 69 % en volailles. Pour ces deux productions, le coût alimentaire représente 60 à 70 % du coût de revient.
«Nous sommes compétitifs en France sur le coût alimentaire, c’est ailleurs que nous subissons les écarts avec nos concurrents, notamment dans les coûts d’abattage/transformation consécutifs au sous-investissement chronique de ces dix dernières années», a-t-il souligné.
Le fonds de modernisation se justifie par les 10 Mt de céréales consommées par l’élevage français et par ses besoins pour investir, améliorer ses performances économiques et résister dans un contexte de concurrence de plus en plus dure même avec les voisins européens.
«Pour le secteur céréalier, c’est l’occasion de profiter de la bonne conjoncture actuelle pour investir moins de 1% de son chiffre d’affaires en R&D tourné vers l’un de ses principaux client : l’élevage», a-t-il conclu.
Avant de consacrer la dernière partie de l’assemblée au programme défendu par la liste Fdsea/JA pour les élections à la chambre d’agriculture, Luc Vermersch a souligné «le gros travail fourni par la Fdsea, moins visible que des manifs mais bien réel, sur les dossiers tels que le projet d’extension de la zone vulnérable le long de l’Authie qu’elle combat, le bassin d’alimentation de captage et la problématique environnementale en général illustrée par le 5ème programme d’action en zone vulnérable et ses nouvelles contraintes auquel elle s’oppose, en phase avec la Fnsea.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde