Aller au contenu principal

Coop fécule : une revalorisation de 8 euros du prix de base a été obtenue

La coopérative féculière de Vecquemont a tenu sa première assemblée générale.

© AAP

Près de 300 participants étaient présents à l’assemblée générale de la coopérative féculière de Vecquemont qui s’est tenue le 5 décembre à Bernaville sous la présidence de Bernard Warlop. Pour la première fois, les adhérents avaient à statuer sur les comptes résultant de l’activité de collecte et d’approvisionnement contrairement à l’assemblée de décembre 2011 qui ne relevait que de l’activité approvisionnement.
Parmi les faits marquants de l’exercice clos au 31 juillet 2012, la jeune coopérative a du faire face en février 2012 à un contrôle fiscal suite aux demandes de remboursement de TVA qui ont mis en évidence un manque de trésorerie. C’est la raison pour laquelle les administrateurs ont décidé de ne pas verser les 3 € de complément de prix sur les excédents de contrats, à titre exceptionnel cette année. Bernard Warlop a rappelé que les rendements record de la récolte dernière permettaient cette retenue.
Pour la campagne en cours, le rendement moyen de la coopérative devrait être légèrement inférieur à celui de 2011 mais meilleur que la moyenne des cinq dernières années grâce à une excellente richesse féculière de l’ordre de 21,5%. Face aux difficultés d’arrachage de début et de fin de campagne, des souplesses pour la tare ont été obtenues de Roquette.

Filière en mutation
Comme annoncé et expliqué depuis plusieurs années, la filière féculière européenne est en pleine mutation suite à l’intégration de l’aide couplée à la fécule dans les DPU. «L’organisation en coopérative a contribué à conserver cette aide fécule dans la filière», a souligné Patrick Trillon, président de l’Unpt. Au final, l’aide «agriculteur» sera d’environ 21,5 euros par tonne contractée à 17% en 2011. Même intégrée au DPU, celle-ci constitue une recette non négligeable pour les féculiers.
Cependant, au cours de l’assemblée, plusieurs coopérateurs ont indiqué que cet acquis ne devait plus rentrer dans le calcul des prix de la pomme de terre fécule. «Les attentes des coopérateurs liées à la conjoncture avec des prix de blé élevés, des difficultés de récolte… sont légitimes», a estimé pour sa part Antoine Hauchart, vice-président.

Bâtir sur le long terme
D’ores et déjà, le calcul de la prime d’intéressement, décevante en 2011, a été revu pour 2012. Pour 2013, comme expliqué en détail dans un récent courrier adressé à tous les adhérents, la coopérative a obtenu de l’industriel une revalorisation du prix de base de 8 €. C’est une première étape vers la compensation totale en 2014 sur laquelle Roquette s’est déjà engagé oralement vis-à-vis des responsables de la coopérative. «Cela étant, les discussions continuent. Nous avons à cœur de défendre les intérêts des producteurs ! Nous bâtissons sur le long terme et nous sommes convaincus des besoins de l’industriel», a expliqué Bernard Warlop.
«Il faut toutefois tenir compte du contexte concurrentiel dans lequel évolue l’industriel en Europe. Pouvons-nous, sous prétexte de conjoncture plus intéressante en ce moment pour d’autres cultures, prendre le risque de voir disparaître la féculerie Roquette faute d’approvisionnement ?» s’est interrogé Bernard Warlop pour conclure.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde