Aller au contenu principal

Coronavirus : des déplacements possibles sous conditions

Depuis mardi 17 mars, les déplacements de personnes sont contraints en raison de l'épidémie de coronavirus. L'activité agricole peut néanmoins s'exercer sans contrainte spécifique de déplacement pour les matériels et les personnes qui les mettent en oeuvre.  

L'activité agricole peut s'exercer sans contrainte spécifique de déplacement pour les matériels et les personnes qui les mettent en oeuvre.
L'activité agricole peut s'exercer sans contrainte spécifique de déplacement pour les matériels et les personnes qui les mettent en oeuvre.
© Pixabay

Suite à la déclaration du président de la République, Emmanuel Macron, lundi 16 mars, renforçant les mesures de lutte contre la propagation du virus COVID-19, le ministère de l'Intérieur Christophe Castaner a précisé dans les heures qui ont suivi les mesures dérogatoires permettant à certains publics de continuer à circuler.

Une attestation à porter sur soi

Depuis mardi midi, chaque personne se déplaçant est susceptible d'être contrôlée par les forces de l'ordre et de fournir un document justifiant leur déplacement. Ce document peut être, soit une attestation d'employeur, soit un « document attestant sur l'honneur le motif » du déplacement. Ce dernier est téléchargeable sur le site du ministère de l'Intérieur. Il pourra également être rédigé à la main, sur papier libre. « Il appartiendra à chacun de le remplir pour préciser la nature de son déplacement, sa destination et ses raisons », a expliqué le ministre de l'Intérieur.

Quels déplacements autorisés ?

Les exceptions aux restrictions de circulation concernent les déplacements entre le domicile et le travail, lorsque ces déplacements sont « indispensables pour des activités ne pouvant être interrompues, ni organisées sous forme de télétravail », précise le ministère. Il reste également possible de se déplacer pour « faire des courses ou pour les besoins de première nécessité, pour motifs de santé, pour les déplacements au motif familial impérieux, pour les personnes vulnérables, pour venir en aide à un proche dépendant ou pour des parents séparés pour aller chercher ou déposer les enfants ».

Des dérogations spécifiques à l'activité agricole

Face aux craintes d'agriculteurs de ne plus être autorisés à soigner leurs animaux, à les nourrir ou à réaliser leurs travaux dans les champs et être approvisionnés en fournitures, la FNSEA s'est fait le relais de ces préoccupations auprès des pouvoirs publics. Ce mardi matin, on apprenait avec un certain soulagement que le secteur agricole pourrait échapper à des contraintes strictes. Ainsi, s'est félicité sa présidente Christiane Lambert, « les activités agricoles pourront continuer pour fournir l'alimentation de nos concitoyens ».

Dans une publication adressée à son réseau, la FNSEA assurait avoir obtenu « l'assurance du ministre de l'Agriculture que l'activité agricole pouvait s'exercer sans contrainte spécifique de déplacement pour les matériels et les personnes qui les mettent en oeuvre ».

Autrement dit, aucune attestation n'est requise pour la conduite de tracteurs, automoteurs et télescopiques. Elle est revanche nécessaire pour justifier du déplacement entre le domicile et le lieu de travail des chefs d'exploitation et leurs salariés, ainsi que pour leurs déplacements en dehors de l'exploitation.

* documents à télécharger également sur le site de la FDSEA 80

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde