Aller au contenu principal

Coronavirus : les gestes barrières dans vos fermes

Comment limiter les contacts et les risques de contaminations ? Que faire si je suis malade ? Comment protéger mes salariés ? Ces conseils distillés aux Français se déclinent en exploitations agricoles et doivent s’appliquer dans l’ensemble des soins aux animaux, ainsi que lors des travaux des champs.

Pour se protéger et protéger les autres, se laver les mains à l’eau et au savon et bien les essuyer avec un papier jetable ou utiliser la solution hydroalcoolique.
Pour se protéger et protéger les autres, se laver les mains à l’eau et au savon et bien les essuyer avec un papier jetable ou utiliser la solution hydroalcoolique.
© D. R.

Dans une exploitation agricole, des hommes et des femmes travaillent ensemble quels que soit leurs statuts : salariés, associés (milieu confiné comme un élevage porcin, mais aussi en élevage laitier en salle de traite, dans les champs…) et peuvent contaminer les autres par des contacts entre eux, par contact avec des surfaces (comme volant de tracteur, faisceaux trayeurs…), voire par la persistance dans l’air. Il a aussi des contacts avec des intervenants extérieurs (livreurs…).

Quelles sont les préconisations ?

- Continuer la protection habituelle (La biosécurité déjà appliquée en élevage doit être poursuivie, voire renforcée).

- Limiter les contacts entre les personnes : une personne contagieuse (malade mais aussi en fin d'incubation ou dans les jours après guérison, contamine en moyenne entre deux à trois personnes)

- Éviter les contaminations indirectes (les mains et le matériel) : le virus persiste de quelques heures à quelques jours sur différents supports, et au moins plusieurs heures dans l’air.

L’exploitant a-t-il l’obligation de se tenir informé sur ce sujet ?

Oui, parce qu’il accueille des personnes extérieures à l’exploitation, parce que s’il est employeur, il doit limiter les risques sur son exploitation (pour les employeurs, dans le Document unique d’évaluation des risques, un risque nouveau est à noter "contact direct", avec des préconisations pour limiter ce risque).

Et si une personne considérée à risque élevé travaille sur l'exploitation ?

Qui sont ces personnes ?

Elle peut se rapprocher de son médecin traitant. Le service santé et sécurité au travail de la MSA (avec médecins du travail) peut aussi lui apporter des conseils. Un salarié doit échanger sur le sujet avec son employeur pour qu'il mette en place des mesures spécifiques pour limiter les risques. L'employeur a l'obligation d'assurer la sécurité de ses salariés.

Doit-il mettre en place un affichage spécifique ?

Oui. Afficher les consignes sur l’exploitation (entrée, bureau…). Et rappeler à l'ordre si nécessaire. S’il est employeur, l'exploitant doit aussi informer les salariés et expliquer l'importance d'une prévention avant tout cas : l'excrétion du virus commence avant les premiers symptômes, une personne peut dès lors contaminer plusieurs membres du collectif (en deux et trois personnes en moyenne). Cela met en péril le travail sur l'exploitation et les personnes des familles concernées (notamment les personnes à risque).

Quid du savon, papier… ?

Un employeur doit mettre à disposition du ou des salariés les équipements et consommables nécessaires : eau, savon, papier jetable (ou à défaut tissu propre, renouvelé aussi souvent que possible) ou gel hydroalcoolique. Un exploitant qui travaille avec des associés doit, par bon sens, appliquer les mêmes règles.

Que faire si une personne du collectif (associés et/ou salariés) a des symptômes ?

Les salariés atteints de fièvre, maux de tête, toux, doivent restés confinés à domicile. L’exploitant ne pourra pas toujours appliquer cette règle. En cas d'absolue nécessité (continuité du travail auprès des animaux) et de symptômes bénins qui pourraient justifier de la poursuite d'activité, l'exploitant doit porter un masque sur prescription et être d'autant plus respectueux des consignes précédentes.

 

Se tenir informé en consultant le site www.gouvernement.fr/info-coronavirus

 

Les règles à mettre en place

- Respecter les règles usuelles de biosécurité et d'hygiène

- Intervenant extérieur : accueil sur rendez-vous si indispensable ou intervenant usuel de l'exploitation autonome et respectant les règles de biosécurité. Voir ci-dessous : consignes lavage des mains, gestion documentaire.

- Collectif de travail de l'exploitation (associés, salariés) : si possible, séparer les tâches (pour limiter les risques entre personnes) : par ex : alterner les traites, être chacun dans sa salle… Pas de pause-café en commun, respecter la distance d'un mètre, voire deux mètres entre deux personnes (voir plus – distance préconisée au 17/03/2020). Utiliser le téléphone ou SMS ou des tableaux blancs extérieurs pour communiquer (y compris pour tracer la présence seul dans une salle).

- Essayer de limiter à cinq contacts par jour maximum, respecter la distance minimale préconisée, se saluer sans poignée de mains, ni embrassades, ni accolades.

- Se laver les mains à l’eau et au savon et bien les essuyer avec un papier jetable ou utiliser la solution hydroalcoolique. Si vous utilisez des gants réutilisables, pensez aussi à laver vos mains avec vos gants – Les gants peuvent être contaminés. Ce lavage ou cette désinfection hydroalcoolique est impératif à l’entrée et à la sortie de l’élevage et doit être renouvelé au moins entre chaque tâche (la recommandation est d’une fois par heure, et à chaque fois qu’on s’est mouché)

- Utilisation de son propre matériel ou à défaut le lavage des mains avant et après utilisation. Le nettoyage des surfaces (ex : volant, levier de vitesse, faisceaux trayeurs) abaissent encore le risque, pour du matériel qui sera utilisé plus de quelques minutes (risque de toucher son visage). Cabine de tracteur, salles : aérer et attendre quelques heures avant changement d’utilisateur. Attention aux masques pour les désinfections bâtiments, traitements phyto… : chacun son masque. Pour les documents qui transitent entre l’exploitation et l’extérieur : privilégier le numérique. Sinon : documents entrants : classement (ou rangement provisoire) immédiat et lavage des mains ; documents sortants : idem pour l’intervenant ou régularisation ultérieure (ex : fiche d’équarrissage).

- Tousser ou éternuer dans son coude : essentiel pour limiter la contamination par gouttelettes et éviter celle par les mains.

- Utiliser des mouchoirs à usage unique. Utiliser la poubelle de l'exploitation.


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde