Aller au contenu principal

Couvert permanent/blé : bien maitriser la conduite

Arvalis - Institut du végétal s’est penché sur deux modes de conduite de couverts implantés dans la culture précédent un blé tendre d’hiver.

Rendement exprimé en pourcentage de celui obtenu pour le témoin (blé sans couvert permanent), à dose d’azote apporté identique. Synthèse d’essais de 2009 à 2017.
Rendement exprimé en pourcentage de celui obtenu pour le témoin (blé sans couvert permanent), à dose d’azote apporté identique. Synthèse d’essais de 2009 à 2017.
© D. R.

Les couverts permanents sont communément définis comme des plantes de service pérennes dont le cycle de développement chevauche celui d’une culture commerciale, l’interculture qui suit et le début de la culture suivante. Cette longue période de croissance permet de valoriser au maximum leur intérêt agronomique : structuration du sol, lutte contre l’érosion, stimulation de l’activité biologique, séquestration de carbone, fixation symbiotique d’azote dans le cas de légumineuses, limitation de la croissance des adventices…

En revanche, l’un des inconvénients de ce type de couvert est d’être potentiellement compétitif de la culture de vente vis-à-vis de la lumière, des nutriments ou de l’eau du sol. C’est pour mieux comprendre ces mécanismes qu’Arvalis - Institut du végétal a mis en place depuis 2009 des essais sur blé tendre d’hiver répartis dans toute la France.

Les comparaisons avec et sans couvert permanent ont eu lieu en ayant une conduite culturale la plus proche possible entre les deux modalités. Les doses d’azote étaient, par exemple, toujours les mêmes. Elles correspondaient soit aux doses calculées selon la méthode du bilan («X») et sans prise en compte de la présence d’un couvert, soit à des doses légèrement plus basses (type «X-40»).

Rendement du blé

Sur l’ensemble des sites, les plantes compagnes ont été implantées de quelques mois à plus d’un an (en association avec le précédent) avant le semis du blé. Les espèces sont des légumineuses, principalement du trèfle blanc et de la luzerne. Le cas le plus fréquent a été de semer ces couverts en même temps que le colza qui précédait le blé.

Deux types de gestion du couvert ont été réalisés. Soit ils ont été détruits dans le blé, d’octobre à mai, volontairement ou non, soit ils ont été maintenus vivants pendant tout le cycle de la culture. Leur croissance a cependant toujours été régulée chimiquement afin d’essayer de limiter la compétition vis-à-vis du blé.

La synthèse des résultats montre que, toutes situations confondues, la présence d’un couvert n’affecte pas le rendement du blé (100 % des témoins), mais une tendance à l’amélioration s’observe pour les couverts détruits dans le blé
(105 %) et à la réduction avec les couverts vivants (97 %). Il subsiste cependant une forte variabilité des impacts (cf. tableau 1) : ± 25 % (si on exclut un cas à - 55 % de rendement). Cette variabilité s’explique en partie par la diversité des situations étudiées et la cinétique de croissance du couvert dans le blé.

De fortes pertes de rendement

(31 % en moyenne et jusqu’à 55 %), observées pour quelques couverts gardés dans le blé, ont été associées à une trop forte croissance du couvert au printemps, avec des biomasses atteignant une à deux tonnes de matière sèche à l’hectare, à la floraison du blé. L’indice de nutrition azotée (INN) du blé à la floraison était également réduit avec ces couverts (cf. figure 1). A l’opposé, des gains de rendement (jusqu’à 25 %) ont pu être notés dans d’autres situations, avec des couverts tués dans le blé ou gardés vivants, mais correctement régulés au printemps par des herbicides sélectifs homologués sur blé. L’INN du blé à la floraison était alors plutôt amélioré avec ces couverts (cf. figure 1).

Les meilleurs gains de rendement procurés par les couverts (cf. tableau 1) correspondent à des situations où la biomasse de ces derniers faisait entre 2 à 5,5 t MS/ha en automne ou hiver, mais était très faible au printemps (couverts bien régulés ou tués).

Quels impacts ?

Au niveau des composantes de rendement, la levée et le nombre d’épis au m² de la céréale sont légèrement inférieurs en présence d’une plante de couverture, mais sont compensés par une hausse de la fertilité des épis et du poids de mille grains (PMG). Dans ces essais, le rendement est particulièrement corrélé au nombre de grains au mètre carré.

L’impact des couverts sur la teneur en protéines du blé est, quant à lui, neutre en moyenne (102 % des témoins, avec une variabilité d’environ ± 13 %).

Les couverts agissent significativement sur l’indice de nutrition azotée (INN) du blé au stade floraison (cf. figure 1), en provoquant une variation de l’INN de ± 0,25. Cet indice représente la satisfaction des besoins en azote du blé, l’optimum se situant à 0,9 ou 1 (les INN sont en général compris entre 0,2 et 1,3).

Les blés dans ces essais n’étaient pas «saturés» en azote, ce qui peut expliquer qu’un écart d’INN soit assez bien lié à un effet sur le rendement. Il est intéressant de noter que les couverts ont affecté dans certains essais le rendement du blé et sa nutrition azotée, bien qu’il s’agisse de couverts de légumineuses. Il s’agissait de situations où les couverts ont été insuffisamment régulés avec un niveau de biomasse de 1 à 2 t/ha de matière sèche au stade floraison du blé. Ces couverts, trop peu régulés, ont exercé une compétition sur le blé au printemps, à une période où ce dernier a de gros besoins en ressources, particulièrement en azote. Le couvert a probablement profité des apports d’azote minéral effectués, au détriment du blé. Lorsque le couvert est correctement régulé au printemps (moins de 1 t MS/ha), le rendement moyen est de 101 à 105 % des témoins selon le développement des couverts en automne alors qu’il est de 102 à 108 % si le couvert est tué dans le blé (tableau 1).

Pas d’économie d’azote systématique

Des courbes de réponse à l’azote ont été réalisées dans cinq essais, dont un essai avec de l’orge de printemps. Elles permettent d’évaluer la dose d’azote optimale (la plus petite dose d’azote nécessaire pour atteindre le rendement optimal).

L’effet positif des couverts sur le potentiel de rendement des cultures va souvent de pair avec un meilleur indice de nutrition azotée du blé à la floraison. Cependant, sur les quinze comparaisons réalisées, seules trois montrent un décalage de la dose d’azote optimale entre une céréale seule et une céréale sur couvert permanent, mort ou vivant : une montre une baisse de la dose d’azote optimale sur le couvert et deux, une augmentation.

En revanche, le rendement obtenu au niveau du plateau (optimum) est significativement différent dans huit cas sur quinze : dans la moitié des cas, ce rendement a été augmenté mais, dans l’autre moitié, il a été réduit. Ces résultats confirment la diversité des réponses du rendement du blé à la présence d’un couvert permanent, à dose d’azote identique. Il semble difficile de prédire à l’avance dans quelle mesure le potentiel du blé sera modifié.

On s’attendrait à observer fréquemment une réduction des doses d’azote optimales en présence d’un couvert permanent de légumineuses, en lien avec de plus fortes fournitures d’azote par le sol, d’autant que leur présence est souvent concomitante d’un meilleur indice de nutrition azotée du blé à la floraison. Ce n’est toutefois pas le cas.

Avec les données actuelles, rien ne démontre la pertinence de réduire les apports d’azote en présence d’un couvert permanent sur blé, tant les interactions entre le couvert, le sol et la culture sont variables. Un diagnostic de l’état de nutrition azotée de la culture pendant sa montaison reste le seul moyen utilisable à l’heure actuelle pour déterminer la juste quantité d’azote à apporter.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde