Aller au contenu principal

Covid-19 : chez Lact’Union, «on croise les doigts»

La coopérative laitière Lact’Union d’Abbeville a annoncé un complément de prix de 5 €/1 000 l à ses adhérents, car elle a tiré son épingle du jeu en 2020, malgré la crise sanitaire. Mais le contexte reste tendu en 2021. Les inquiétudes quant au prix du lait et à la propagation du virus dans le secteur planent.

À la laiterie d’Abbeville, toutes les précautions sont prises pour éviter  les contaminations au sein de l’établissement. La situation est particulièrement tendue dans le secteur. 
À la laiterie d’Abbeville, toutes les précautions sont prises pour éviter les contaminations au sein de l’établissement. La situation est particulièrement tendue dans le secteur. 
© AAP

Un prix d’acompte de 320 €/1 000 l pour les apports de lait du mois de janvier 2021, et un complément de prix de l’ordre de 5 €/1 000 l au titre des livraisons 2020. La rémunération des apports de lait bio, elle, est fixée à 480 €/1 000 l. Voilà ce qu’a annoncé la coopérative Lact’Union à ses adhérents en janvier. À cela s’ajoute une ristourne de 5 % du montant des achats «appros» sur les gammes fournitures et aliments sacs Lact’Appro. «Un éventuel complément de prix est toujours décidé en fin d’année, selon l’état de nos comptes, explique Olivier Vermès, le président. Il s’avère que nous pouvions nous permettre de verser 5 /1 000 l car l’année ne s’est finalement pas si mal passée, malgré la crise sanitaire et économique liée au Covid-19.» 

La consommation de lait UHT (upérisation à haute température) a été supérieure aux années précédentes. Une voie de commercialisation oui a permis de compenser la chute des cours des produits industriels, comme la poudre de lait et le beurre. Dès mars dernier, Lact’Union constatait aussi une baisse de commandes pour quelques unes de ses spécialités, comme les crèmes culinaires, des produits directement impactés par la fermeture de la restauration hors-foyer. «Cet épisode difficile pour les produits industriels n’est pas de bon augure pour cette année, craint Olivier Vermès. Le souci est aussi le pouvoir d’achat des ménages, qui pourrait sérieusement souffrir de la crise. Les distributeurs réclament déjà des baisses de tarif pour en tenir compte.»

 

Des filières ralenties 

Autre impact du contexte : les industriels sont frileux quant à l’idée de s’engager dans des filières plus coûteuses, comme celle du lait issu d’animaux nourris sans OGM que initié Lact’Union en octobre 2019. Pour rappel, dix-neuf millions de bouteilles sont produites à la laiterie d’Abbeville. À la clé, pour les éleveurs, une prime de 15 €/1 000 litres. «Cette filière ne se développe pas plus pour l’instant,  alors que plusieurs de nos adhérents sont en demande. Nous espérons pouvoir leur répondre favorablement prochainement.» Concernant le lait bio, la Lact’Union est en revanche toujours ouverte aux nouveaux producteurs.

«Nous devons nous serrer les coudes, croiser les doigts et rester le plus prudent possible, au sein de la laiterie comme dans chaque exploitation, pour pouvoir continuer à récolter et commercialiser notre lait»

Enfin, des inquiétudes planent toujours quant à la situation sanitaire particulièrement tendue en Picardie maritime, et particulièrement dans le secteur d’Abbeville. «Les taux d’incidence relevés au sein de la Communauté d’agglomération de la Baie de Somme et des communautés de communes du Ponthieu-Marquenterre, du Vimeu et Somme Sud-Ouest sont compris entre 325 et 716 cas pour 100 000 habitants», affirmait la préfecture dans un communiqué du 26 janvier. Au 25 janvier, 29 clusters actifs étaient toujours en cours de gestion dans l’arrondissement d’Abbeville. «Nous devons nous serrer les coudes, croiser les doigts et rester le plus prudent possible, au sein de la laiterie comme dans chaque exploitation, pour pouvoir continuer à récolter et commercialiser notre lait», réagit Olivier Vermes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde