Aller au contenu principal

Crise dans l'agroalimentaire : Inaporc rétablit la vérité

L'interprofession porcine s'insurge contre les propos tendancieux incriminant la filière.

Inaporc (l'interprofession porcine) s'insurge dans un communiqué du 8 novembre contre "un discours pernicieux" tenu par des politiques et repris par des médias, tendant à faire porter aux professionnels de la filière porcine la responsabilité de la grave crise que traverse l’agroalimentaire en Bretagne. «Un abattoir breton ferme car les cochons partent en Allemagne !» a-t-on pu lire et entendre. C’est faux, explique Inaporc : "l’exportation de porcs en vif français existe depuis les années 2000 mais dans des proportions nettement plus faibles que ce qui a été martelé. Cette exportation notamment vers la Belgique concerne essentiellement les régions du Nord de la France. Cette filière régionale a su exploiter cette demande belge pour palier au déficit croissant en outils d’abattage. Les exportations d’animaux vivants en dehors du Nord de la France représentent moins de 1 % de la production nationale".
Inaporc rappelle ensuite que "la baisse de la production, les distorsions de concurrence insurmontables (dumping social en Allemagne), les réglementations de plus en plus contraignantes, les taxes et impôts sans cesse en augmentation, les discours anti-viande et anti-élevage sont les vraies raisons de la perte d’emplois dans l’agro-alimentaire français". Les professionnels de la filière porcine demandent donc aux responsables politiques de "prendre des décisions courageuses : suppression de l'écotaxe, allégement des charges sociales dans l'agro-alimentaire, une réelle simplification administrative, et l'obtention à Bruxelles d'un étiquetage de l’origine des viandes porcines vendues à l’état frais et entrant dans la fabrication des produits transformés".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde