Aller au contenu principal

Crise du porc :270 M€ d'aides d'urgence débloquées

Pour accompagner les éleveurs de porcs qui traversent une crise grave, le gouvernement a dévoilé un plan d’urgence avec des aides à la trésorerie et des exonérations de charges. Il veut aussi encourager une bonne application de la loi Egalim 2.

© Pixabay

 

 

Au lendemain de manifestations en Bretagne, le gouvernement débloque trois dispositifs d'aides d'urgence totalisant 270 M€ afin de soutenir les élevages de porcs, en proie à une crise «inédite», a annoncé le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie le 31 janvier, à l'issue d'une réunion avec la filière. "Au moins 30 % des éleveurs français risquent de disparaître d’ici 2023", s'est-il alarmé.

Une enveloppe de 75 M€ d'aides à la trésorerie fera l'objet de premiers versements d'ici «deux à trois semaines». Son montant maximal sera de 15 000 € par exploitation «avec transparence pour les Gaec», a précisé le ministre. Pourront y prétendre les élevages dont la ligne de trésorerie à court terme est «utilisée au moins à 80 %» et qui ont «engagé une démarche de PGE» (prêts garantis par l'État, ndlr) qu'elle ait aboutie ou non.

Un deuxième volet de 175 M€ d'aides à la trésorerie en lien avec la crise sanitaire sera versé «courant avril, début mai», après notification à Bruxelles. D'ici le 15 février, le ministère et la filière en définiront les critères d'accès, avec l'objectif que ce dispositif serve aussi à «mettre de la pression dans le tube face à ceux qui ne jouent pas le jeu de la loi Egalim 2», d'après M. Denormandie.

Troisième volet : 20 M€ d'exonérations de charges MSA.

Enfin, "un engagement de contractualisation dans le cadre d’Egalim2, d’un montant maximum de 175 millions d’euros, qui viendra compléter la compensation des pertes des exploitations porcines, selon des critères et des modalités qui devront être précisés en concertation avec les professionnels".

Entre la flambée de l'alimentation animale et un prix morose, la crise actuelle est «probablement l'une des plus graves traversées par le secteur porcin depuis de nombreuses années», selon le ministre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde