Aller au contenu principal

CSNE : le Département plante déjà pour compenser

Située sur le futur tracé du Canal Seine-Nord Europe (CSNE), la commune de Cléry-sur-Somme a été le théâtre d’une vaste opération de plantation d’arbres début mars. 

Les quelque 900 arbres plantés à Cléry-sur-Somme sont une petite partie des mesures de compensation prévues  dans le cadre de la construction du Canal Seine Nord dans l’est de la Somme. 
Les quelque 900 arbres plantés à Cléry-sur-Somme sont une petite partie des mesures de compensation prévues dans le cadre de la construction du Canal Seine Nord dans l’est de la Somme. 
© Conseil départemental de la Somme

C’est ce que l’on peut appeler de l’anticipation. Pour compenser l’impact sur la biodiversité du futur Canal Seine-Nord Europe, le Département de la Somme a accompagné la plantation de quelque 900 arbres sur le territoire de la commune de Cléry-sur-Somme. L’opération s’est déroulée le 8 mars dernier et s’inscrit dans le cadre de mesures de compensation environnementale. Si cette commune de l’est de la Somme a été retenue pour ce chantier, c’est bien parce qu’elle sera «traversée par le Canal Seine-Nord Europe et qu’un pont-canal d’une longueur de 1,3 kilomètre pour franchir la Somme y sera construit», explique le Conseil départemental. 

 

900 arbres plantés 

Un tel chantier ne se fait pas d’un claquement de doigts et il aura ainsi fallu quelques jours pour préparer les sols, repiquer les plants et poser les manchons de protection sur une zone d’un peu plus d’un hectare. Près de 900 plants ont ainsi été installés, principalement des aulnes glutineux mais aussi des chênes pédonculés, des bouleaux pubescents ou encore des ormes lisses. Ces plants, qui atteindront en moyenne 20 mètres de haut à maturité et pourront mesurer 5 mètres dès 2026 pour certaines espèces, viendront enrichir les zones de boisement à proximité des étangs de Cléry-sur-Somme. «Ces plantations d’arbres s’ajoutent au projet de restauration écologique des 85 hectares acquis par la Société du Canal Seine-Nord Europe sur le site des étangs de Cléry-sur-Somme, mené en cohérence et en complémentarité avec le programme «espaces naturels sensibles» du Département», détaille la collectivité. 

 

D’autres plantations à venir 

Plus largement, cette opération de boisement s’intègre dans un programme d’aménagements compensatoires de 700 hectares prévus le long du futur canal et aux abords. Tandis que d’autres chantiers sont à l’étude : «de nombreux boisements, mais aussi la plantation de haies et la restauration de zones humides ou de prairies sèches verront ainsi le jour dès cette année et au fil de la construction du canal jusqu’en 2028», assurait le Département lors de la réalisation du chantier à Cléry-sur-Somme.

 

La chambre d’agriculture vigilante sur la compensation

Le Conseil départemental de la Somme n’est pas le seul que la compensation écologique du futur Canal Seine-Nord Europe intéresse, loin s’en faut. La Chambre départementale d’agriculture se montre elle aussi vigilante. Lors de sa session du 16 mars, la chambre consulaire a, en effet, adopté une motion «relative à la maîtrise des emprises nécessaires à la mise en œuvre des mesures de compensation écologique dans le cadre de la construction du Canal Seine-Nord Europe». Concrètement, de quoi s’agit-il ?
Si la profession agricole rappelle dès que l’occasion se présente son intérêt pour ce projet et loue ses bénéfices pour le territoire, elle insiste également sur la mise en œuvre effective de la séquence «Éviter, réduire et compenser» (ERC) qui doit permettre de limiter l’impact sur le foncier agricole de la réalisation d’un projet comme le CSNE… ou tout au moins de le compenser d’autres manières. Dans la motion adoptée il y a quelques jours, la chambre d’agriculture demande ainsi à la Société du Canal Seine-Nord Europe de veiller à ce que les compensations soient «équivalents aux pertes de biodiversité», «de privilégier l’évitement et la réduction de l’impact de l’ouvrage sur le milieu impacté» ou encore «de réduire l’empreinte des compensations écologiques sur le foncier agricole». En ce qui concerne cet objectif, la chambre d’agriculture propose, par exemple, «de mobiliser prioritairement les espaces rudéraux tels que les anciens dépôts du canal du Nord ou des friches, les délaissés, les dépôts de terre non destinés à l’activité agricole et les autres terrains non exploités ou en facilitant l’aménagement ou la restauration de milieux écologiques dégradés ou appauvris pour réaliser les compensations écologiques». Lorsque le tracé du Canal Seine-Nord Europe devra «emprunter» des terres cultivées, l’organisation consulaire plaide pour «des solutions conventionnelles pérennes et attractives» et appelle la Société du Canal Seine-Nord Europe à privilégier le conventionnement plutôt que l’acquisition foncière. Enfin, la Chambre d’agriculture de la Somme profite de cette motion pour souligner le rôle qu’elle tient à jouer dans ce projet et insiste pour cela sur sa volonté d’être associée «à la définition de la nature, des modalités et de la localisation des mesures compensatoires». 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde