Aller au contenu principal

Culturales : des pôles techniques pertinents

L’événement des grandes cultures organisées par Arvalis – Institut du végétal aura lieu les 15,16 et 17 juin à Bétheny, au nord de Reims, trois jours au lieu des deux traditionnels en raison des contraintes sanitaires.

Des centaines de vitrines végétales, d’experts, d’exposants font des Culturales un rendez-vous de référence pour les filières de production des grandes cultures.
Des centaines de vitrines végétales, d’experts, d’exposants font des Culturales un rendez-vous de référence pour les filières de production des grandes cultures. 
© Richard Cremonini

Les 15es Culturales auront lieu les 15, 16 et 17 juin à Bétheny sur le site Terralab, proche de Reims (Marne). Les règles sanitaires seront respectées et la jauge sera limitée à 5 000 visiteurs quotidiens. Le badge obtenu sur internet sera indispensable pour franchir les portes de l’ancienne base aérienne. Plus de 300 exposants seront présents et 15 000 visiteurs attendus. Ce grand rendez-vous de l’innovation en grandes cultures permettra aux exploitants de faire le plein d’informations pour produire des grains ou de la biomasse en conciliant performance économique, adaptation aux marchés et environnement.

Les Culturales sont organisées autour de six thématiques. Sur 20 ha, chacun des pôles est constitué d’ateliers techniques, animations et vitrines végétales au champ qui montreront toutes sortes d’innovations en phase avec les centres d’intérêt des producteurs : méthanisation ; agriculture de précision et outils numériques ; itinéraire technique ; fertilité du sol ; moins de phytos conventionnels ; agriculture biologique.

Produire pour la méthanisation

Le premier des pôles est consacré à la méthanisation. La Loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit d’atteindre 32 % d’énergies renouvelables sur l’ensemble des usages énergétiques d’ici 2032, soit presque le double de la situation actuelle. La transformation de la biomasse fait partie de ces alternatives. Activité de diversification, créatrice de valeur dans une économie circulaire ancrée dans les territoires, substituant du carbone fossile par du carbone biosourcé, productrice de biogaz et d’engrais organique (le digestat), la méthanisation agricole semble parée de toutes les vertus. Pour autant, se lancer dans ce nouveau métier ne s’improvise pas : produire des cultures énergétiques dans de nouveaux systèmes et tirer des revenus de leur transformation est une entreprise professionnelle complexe. Ce pôle a l’objectif de partager connaissances, savoir-faire et bonnes pratiques et d’aider à la formation des acteurs souhaitant s’engager dans cette nouvelle filière.

Filières agronomie et énergie

Le pôle méthanisation compte quatre ateliers. Le premier s’intitule «producteur d’engrais organique». À l’échelle de la parcelle, les cultures intermédiaires à vocation énergétique (Cive) constituent un des substrats potentiels pour la méthanisation : plusieurs Cive seront à découvrir aux Culturales ainsi qu’une «calculette» permettant aux visiteurs d’évaluer le potentiel de production dans leur propre exploitation. Outre le biogaz, on a tendance à oublier son coproduit, les digestats : quelles sont leurs compositions et leurs pouvoirs fertilisant ou amendant, comment les épandre le plus efficacement possible en évitant la volatilisation ? L’atelier présentera des digestats bruts, solides et liquides ainsi que divers matériels d’épandage.

L’atelier 3 «intégrer la filière biométhane» rappelle que producteur de biométhane ne s’improvisant pas, les notions de fonctionnement et de pilotage d’un méthaniseur, de réglementation et de démarches pour monter un projet seront abordées. Pour la première fois, les filières agronomie et énergie seront présentes côte à côte pour répondre aux agriculteurs : discussion autour d’une maquette expliquant la méthanisation agricole avec des agronomes et des énergéticiens et des producteurs méthaniseurs (AAMF, GRDF, Engie, GRTgaz, Arvalis…). Cet atelier intéressera autant les agriculteurs que les acteurs sociaux économiques des territoires (élus, collectivités, …).

L’atelier 2 a pour thème : imaginer et évaluer de nouveaux systèmes de cultures avec les Cive et le 4 la ferme bas carbone de Terrasolis.

 

Pôle 2 : agriculture de précision et outils numériques

L’agriculture est un domaine d’application privilégié des technologies de précision et du numérique. Elles ont pour objectif de contribuer à améliorer les performances économiques, techniques, environnementales des exploitations, en permettant d’être plus réactifs dans un contexte de plus en plus variable. Mais difficile de s’y retrouver parmi les offres de service et de matériels qui se multiplient. Ce pôle aidera les producteurs à repérer les plus prometteuses et à choisir les plus valables dans leur situation. Au programme des ateliers : le RTK et le binage ; de la reconnaissance des adventices à la pulvérisation de précision ; Digifermes : les nouvelles technologies dans les exploitations.

 

Pôle 3 : adapter son itinéraire technique pour valoriser sa production

Produire en quantité et de qualité est devenu une formule triviale qu’il n’est pas inutile de rappeler car c’est en bonne partie de là que se forme le revenu des agriculteurs. Une fois les choix de systèmes et de rotation pris, restent les décisions techniques et tactiques à prendre au fil de la campagne. Le choix variétal et la maîtrise de l’alimentation des cultures sont les thèmes majeurs de ce pôle technique.
La valorisation de la production dicte immanquablement la manière dont le producteur va conduire ses cultures : ainsi, il ne choisira pas la même variété et ne fertilisera pas de la même manière sa céréale selon le débouché meunier, amidonnier, biscuitier ou brassicole. La variété est également une voie d’adaptation au changement climatique.
Au programme des six ateliers : qualité des blés pour différents usages ; fertilisation : points clé et innovation ; de l’épi au demi ; orges d’hiver et de printemps : les conduites gagnantes ; le progrès génétique pour s’adapter au changement climatique ; choisir sa variété de blé.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lait : un accord «historique» avec E. Leclerc
Le 9 juin, plusieurs laiteries et OP ont signé un accord avec E. Leclerc qui induit une rémunération supplémentaire de 5 €/1 000…
McCain s’engage dans l’agriculture régénérative
L’industriel spécialisé dans la transformation de la pomme de terre a annoncé le 9 juin son intention d’accompagner les…
Présence de rhizoctone brun sur tiges de pommes de terre.
Des parcelles de pommes de terre à surveiller
Mildiou d’abord, mais aussi traces de rhizoctone brun sur la tige et viroses sont à surveiller actuellement dans les champs de…
Désherbant non conforme : plus de peur que de mal... dans la Somme
Alertés au même titre que leurs homologues d’autres régions, les betteraviers de la Somme pourraient avoir échappé aux…
Des trucs et des astuces qui changent la vie
Ils en ont, de l’imagination, les éleveurs des Hauts-de-France. Dans les exploitations, des idées ingénieuses naissent pour…
Gérard Clay et Philippe de Raynal ont évoqué mardi 2 juin les contours de la stratégie qu’ils ont commencé à mettre en œuvre pour Tereos.
Pour trouver de meilleurs résultats, Tereos affiche un nouveau cap
Le groupe coopératif sucrier et amidonnier Tereos veut rapidement tourner la page d’un exercice 2020-2021 qui voit ses chiffres s…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde