Aller au contenu principal

Cultures : après la moisson, sors tes couverts

L’absence de pluie combinée à des températures caniculaires depuis début juillet ont eu raison des repousses d’herbe et compromettent les rendements en maïs ensilage.

Privilégiez les associations graminées - légumineuses, ici avoine et vesce.
Privilégiez les associations graminées - légumineuses, ici avoine et vesce.
© CA 80

Les stocks importants de l’année dernière et les premières coupes de foin et d’ensilage d’herbe de ce printemps doivent permettre d’alimenter correctement les animaux cet été. Néanmoins, il faut se préparer à compenser en partie les pertes. La culture de dérobées peut être une solution, à condition qu’il pleuve rapidement et en quantité suffisante.

Se tenir prêt
Les moissons de céréales sont achevées, et ces surfaces disponibles peuvent être semées avec des dérobées. N’attendez pas la pénurie de semences fourragères, inévitable vu l’ampleur de la sécheresse dans le Nord de la France. Prévoyez vos cultures : plutôt à base de graminées et de légumineuses pour des semis début août, et plutôt à base de ray-grass italien à partir de mi-août pour une récolte à l’automne, voire au printemps prochain.

Quels fourrages, pour quels animaux ?
Les cultures dérobées peuvent être utilisées assez largement par tous les types d’animaux. Néanmoins, leur utilisation en production laitière est à raisonner en fonction des objectifs de production. Ainsi pour des élevages avec des objectifs soutenus de production, l’utilisation des dérobées en fourrage conservé doit être limitée dans la ration, et doit trouver essentiellement un intérêt dans l’apport de fibres et cellulose, pour sécuriser la digestion. En revanche, les systèmes moins intensifs sur le lait trouveront là un bon moyen de sécuriser le bilan fourrager sans pénaliser les performances. Dans tous les cas, le pâturage, lorsque cela est possible, ou l’utilisation par les génisses l’hiver, restent les valorisations adaptées.

Les valeurs sûres : RGI, trèfle incarnat, colza, avoine

Le ray-grass d’Italie
C’est la culture prioritaire, s’il pleut suffisamment, car il peut apporter la totalité de la ration de base et être offert à volonté aux animaux. Il peut aussi être à nouveau pâturé en fin d’hiver, à condition de ne pas le détruire trop tard pour ne pas hypothéquer le rendement de la culture suivante. Avec suffisamment d’humidité, les façons culturales superficielles suffisent à la levée du jeune semis. Plus on sèmera tôt, et plus on aura de chance d’avoir du rendement.
Dose de semis : 20 kg/ha. Les variétés alternatives seront très productives dès cet automne.

Le trèfle incarnat
Sur un sol humide, il lèvera en quelques jours et poussera ensuite avec peu d’eau. Il apporte davantage de PDI dans le fourrage que le RGI. Il est non météorisant, mais doit être pâturé jeune si l’on souhaite avoir des repousses : dès que le bourgeon terminal est sectionné, il ne repousse plus.
Dose de semis : 18 à 20 kg/ha.
Le trèfle d’Alexandrie, qui résiste au sec, pourra être choisi pour les semis précoces, mais il craint les gelées.

Le colza fourrager
Le colza peut lever avec de faibles pluies. Sa richesse en énergie (jusqu’à 0,9 UFL) et en azote soluble en fait un bon complément des rations fibreuses ou à base de maïs. Il ne faut pas dépasser le tiers de la ration totale et ne pas l’utiliser pour les jeunes animaux. Des variétés de colza fourrager alternatif ont une croissance très rapide permettant de disposer de 2 tonnes de MS/ha, 45 jours après le semis.
Dose de semis : 8 à 10 kg/ha.

L’avoine diploïde ou avoine brésilienne a une bonne vigueur d’installation et de développement. C’est une bonne solution pour avoir du fourrage valorisable en pâturage ou enrubannage à l’automne, mais l’avoine brésilienne est une plante gélive.
Dose de semis : 35 à 40 kg/ha.
Des associations RGI + trèfle annuel type Alexandrie (10 kg RGI + 10 kg trèfle) ou Incarnat (10 kg RGI + 12-15 kg trèfle) peuvent produire 2-3 tonnes de MS/ha d’ici le début de l’hiver.
Ces associations sont précoces, productives et présentent une bonne valeur alimentaire. On peut aussi associer l’avoine diploïde et le trèfle d’Alexandrie (ou trèfle incarnat) (25 - 12 kg/ha).

Bien réussir l’implantation
La date de semis de la dérobée est primordiale : semez rapidement après les récoltes de céréales pour profiter de l’humidité résiduelle. Apportez de l’attention au semis :
enfouir légèrement en appuyant pour un bon contact graine-sol. Le semis avec un semoir à céréales est plus précis et indispensable pour les implantations de mélanges d’espèces. Des pluies au moment du semis et de la levée sont déterminantes pour la réussite de ces intercultures estivales. La fertilisation n’est pas nécessaire. Les reliquats après récolte devraient suffire au développement de la dérobée. L’azote non absorbé par la céréale et l’azote issu de la minéralisation des matières organiques seront valorisés par le fourrage d’été.
Ces fourrages permettront d’avoir des surfaces pâturables en fin d’été en complément des prairies habituellement pâturées, ou de réaliser des stocks afin de faire la jointure jusqu’aux ensilages de maïs.

Privilégier les associations
Les semis de dérobées d’été sont très tributaires des conditions météo. Les associations d’espèces et variétés offrent une réponse plus large au contexte. Ainsi, l’incorporation de ray-grass italien dans les mélanges permet de bien profiter d’une fin d’été plus humide et plus fraîche. La réussite étant toujours aléatoire, privilégiez les mélanges les moins chers et les semences de ferme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde