Aller au contenu principal

Cuma : une aide spécifique pour remplacer les prêts bonifiés

Enveloppe financière maintenue mais dispositif changé pour le soutien financier aux Cuma.

Stéphane Gérard, président de la Fédération : «Les Cuma sont un copier-coller des demandes agricoles, d’où leur évolution actuelle».
Stéphane Gérard, président de la Fédération : «Les Cuma sont un copier-coller des demandes agricoles, d’où leur évolution actuelle».
© Actuagri

Les quelques 2,5 millions d’euros dédiés au soutien financier des Cuma seront maintenus, a assuré Philippe Mauguin, le directeur de cabinet de Stéphane Le Foll, à l’assemblée générale de la Fédération nationale des Cuma qui s’est déroulée à Charenton-le-Pont, en banlieue parisienne, les 26 et 27 mai. Mais le mécanisme de soutien va changer. Les prêts bonifiés qui ont financé, depuis 1982 entre 50 % et 12 % des investissements des Cuma sont abandonnés. Les nouveaux crédits seront affectés «aux investissements immatériels et aux hangars et autres bâtiments», a précisé le représentant du ministre.
La FNCuma a bien accueilli cette annonce en insistant sur les besoins en formation et en conseil des membres des Cuma et des salariés et sur le fait que «le hangar est un élément structurant de la vie d’un groupe et très souvent, une condition préalable à la création d’emploi en Cuma». D’ailleurs la construction de hangars en zone agricole qui était régulièrement contestée sera désormais autorisée.
En revanche, la mesure de soutien exceptionnel à l’investissement annoncée, le 8 avril dernier par le Gouvernement, n’est pas éligible aux Cuma, en raison de l’opposition de Bercy, même si le ministre de l’Agriculture considère qu’il s’agit là d’une injustice à corriger et que les investissements collectifs doivent être privilégiés.

Réorganisation
La FNCuma propose pour sa part des mesures de compensation telles que des dispositifs spécifiques d’aide à l’investissement en Cuma ou un crédit d’impôt pour les adhérents.
Comme toutes les coopératives agricoles, les Cuma ne sont pas éligibles au crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi. Aussi, Stéphane Gérard, le président de la Fédération, plaide-t-il pour qu’elles bénéficient de mesures de réduction du coût du travail équivalentes, «comme un crédit d’impôt en faveur des adhérents qui feraient appel à la prestation main d’œuvre d’une Cuma avec son matériel».
En attendant, la FNCuma a lancé un vaste chantier de rénovation et de réforme de son fonctionnement, en lien avec la nouvelle carte territoriale. «Nous voulons faire en sorte qu’en 2016, un nouveau dispositif d’appui et une nouvelle organisation fédérative soient mise en place», a indiqué Stéphane Gérard.
Autre problème abordé, celui de l’embauche. Les membres des Cuma n’ont effectivement plus le temps de piloter et leur exploitation et la Cuma. Les technologies deviennent de plus en plus pointues au point que, pour Gilles Picard, directeur de la Fédération des Cuma de l'Ouest, «votre voisin agriculteur ne monte plus dans une machine pour vous dépanner pendant un quart d’heure. C’est un métier que de conduire ces engins», un métier qui fait malheureusement peu rêver.
L’embauche de salariés reste donc compliquée. Anticiper, innover, embaucher nécessitent des rentrées financières, d’où la volonté des Cuma de s’orienter vers l’apport de services, notamment dans la transformation à la ferme et les circuits courts. Finalement la Cuma ne serait plus une coopérative d’utilisation de matériel agricole. Elle s’orienterait vers le statut d’une coopérative tout court proposant des services similaires à d’autres organismes agricoles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde