Aller au contenu principal

Dangreville met le châssis en composite sur les routes

La société samarienne Dangreville a été nominée dans la catégorie «de la récolte au stockage» lors des Sima Innovation Awards pour le châssis en composite monobloc parmi les onze innovations retenues dans cette catégorie.

Pour réussir la conception de son châssis en composite, le constructeur est parti «d’une feuille blanche». À la clé, de la robustesse et un gain de poids.
Pour réussir la conception de son châssis en composite, le constructeur est parti «d’une feuille blanche». À la clé, de la robustesse et un gain de poids.
© Dangreville

Décrocher un prix dans le concours des innovations organisé par le Sima, ce n’est pas pour cette fois, mais l’essentiel pour la société Dangreville est atteint. Avoir su placer l’un de ses modèles parmi les nominés de la catégorie «de la récolte au stockage» suffit. La semaine dernière, l’entreprise évoquait en effet la «fierté pour toute l’équipe Dangreville», ainsi «qu’une reconnaissance du travail d’innovation accompli par l’entreprise». L’innovation dont il est question est un châssis monobloc en composite, ce qui sous-entend qu’il est conçu «sans recours à l’acier, ni aucune boulonnerie», détaille le constructeur. Son nom ? Le châssis Optimum 100 MC. 

 

Une première en Europe 

Chez Dangreville, on explique qu’il s’agit d’une «prouesse technologique». Pour arriver à ce résultat, le constructeur est parti «d’une feuille blanche». Le défi consistait à concilier gain de poids, tout en préservant la robustesse dans le temps. Cette innovation doit, en effet, permettre de préserver la structure des sols, limiter les tassements, réduire le poids à vide, gagner de la charge utile sur la route, réduire la consommation de carburant et, donc, augmenter la productivité. Grâce à ce châssis monobloc en composite, le gain de poids estimé est de 2 tonnes entre un modèle de benne trois essieux «classique» et celui équipé du nouveau châssis. En 2019, Dangreville s’intéressait déjà au matériau composite en développant un modèle de châssis mixte, associant des poutrelles en composite à des éléments métalliques. «Historiquement utilisé dans l’aéronautique et le naval, le composite offre de belles perspectives pour le machinisme agricole», détaille-t-on chez Dangreville où une nouvelle étape a donc été franchie. Et de souligner qu’il s’agit «d’une première en Europe aux niveaux agricole et routier».

 

Un artisan dans la cour des grands

Le châssis de remorque sélectionné par les organisateurs du Sima pour figurer dans la liste des innovations pouvant prétendre à un Sima Innovation Awards a été conçu par le propre bureau d’études de la société Dangreville. «Nous sommes constructeur de matériels avec un bureau d’étude sur place», témoignait non sans une certaine fierté il y a quelques mois Sylvain Carpentier, le directeur général du groupe Dangreville. Avec son frère Emmanuel, il a succédé en 2012 à ses parents. Le groupe Dangreville, dont le siège est à Caulières (80), c’est aujourd’hui trois sociétés : Dangreville, Deguillaume et Danel. Ses principaux marchés sont la France, la Belgique et… la Russie. Une centaine de salariés y sont employés, dont 40 pour la seule entité Dangreville. Le groupe Dangreville, c’est encore trois types de matériels : des bennes agricoles, des épandeurs et des tonnes à lisier, des bennes et porte-engins pour les travaux publics (TP) et du travail à façon en métallurgie.
À Caulières, l’entreprise occupe actuellement un hectare de bâtiments couverts pour la conception de ses machines, mais dispose en réalité de bien plus : «Nous sommes installés sur 4 hectares en tout, ce qui laisse des perspectives de développement, assure Sylvain Carpentier. Si le marché venait à s’ouvrir, nous pourrions augmenter les cadences sans problème.» Dans le fonctionnement quotidien, l’entreprise Dangreville explique accorder une place centrale au facteur humain. En témoigne l’organisation de ses ateliers : «Nous n’avons pas de chaîne de production, même si nous utilisons des robots, ce sont nos techniciens qui assemblent les pièces qu’ils vont chercher eux-mêmes.» À la clé, Dangreville garantit la fabrication de modèles «fait main», et l’image de matériels fiables et robustes. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vigilance canicule : des restrictions pour la moisson
Le département de la Somme est placé en vigilance canicule orange depuis 12h ce jour. Les activités agricoles sont soumises à des…
Les machines Massey Ferguson seront disponibles dans de nouvelles bases des Établissements Forestier-Leblond  et Artois Motoculture à l’Est de la Somme, ainsi que dans l’Aisne et dans l’Oise.
De nouveaux concessionnaires Massey-Ferguson à l’Est de la Somme
Les Établissements Forestier-Leblond et Artois Motoculture, distributeurs Massey-Ferguson, installés respectivement en Seine-…
Quand la plaine s’embrase…
Les fortes chaleurs, la sécheresse et le vent sont le trio infernal de la moisson, augmentant les risques d’incendie dans les…
114 ha partis en fumée dans la Somme
Avec 41°C atteints ce 19 juillet, plusieurs feux de chaume et de récolte se sont déclarés dans la Somme. A 19h, 114 ha avaient…
Le lin attend la pluie pour rouir
Débutés le 20 juin, les arrachages de lin sont désormais terminés. Mais le temps sec ne fait pas avancer le rouissage. À la…
Pour les agriculteurs, le nouveau Système de suivi des surfaces en temps réel implique de s’approprier l’application mobile Telepac Géophotos.
À la découverte du Système de suivi des surfaces en temps réel
Le Système de suivi des surfaces agricoles en temps réel sera en place pour les contrôles des déclarations Pac dès 2023. La…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde