Aller au contenu principal

Faits divers
Dans l'Aude, des « faucheurs » d'OGM détruisent des centaines de sacs de semences

Les militants s'en sont pris jeudi dernier à un site de stockage de la coopérative Arterris. Laquelle annonce avoir déposé plainte.

Faucheurs
Jeudi 4 mars, des faucheurs volontaires ont fait irruption dans l’usine de semences d’Arterris à Castelnaudary pour bloquer son fonctionnement et éventrer des sacs de semences de tournesol et colza.
© Arterris

Une cinquantaine de « faucheurs volontaires » d'OGM ont pénétré le 4 mars dans un site de la coopérative Arterris à Castelnaudary (Aude), éventrant plusieurs centaines de sacs de semences de colza et de tournesol qu'ils considèrent illégales, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Portant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Non aux OGM » ou « Colza et tournesol OGM, depuis des mois, gouvernement hors-la-loi », ces militants se sont ensuite assis au milieu de l'entrepôt, avant d'être évacués par une trentaine de gendarmes.

Ils estiment que ces graines de colza et de tournesol ont été obtenues par des NBT (nouvelles biotechnologies) soumises à la réglementation OGM depuis un récent arrêt du Conseil d'Etat.

Denormandie favorable aux NBT

En février 2020, les Sages avaient jugé, dans un avis paru le 7 février, que les techniques de mutagenèse dites « dirigée » et « aléatoire in vitro » étaient soumises à la réglementation OGM. Par conséquent, les variétés issues de ces techniques, notamment des tournesols et colza rendus tolérants aux herbicides, devaient être retirées du catalogue officiel des plantes si elles n'ont pas fait l'objet des procédures idoines. Le Conseil d’État avait donné neuf mois au gouvernement pour identifier ces variétés.

En janvier dernier, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie s'est positionné en faveur d'un assouplissement de la réglementation européenne relative aux NBT.

Dépôt de plainte

Suite à l'intrusion dans ses locaux, la coopérative Arterris a expliqué le 5 mars « ne pas déplorer d'incident corporel, mais des dégâts matériels conséquents liés à la destruction de marchandises ».

Pour la coopérative, cet indicent aura forcément des répercussions : « Ceci pénalisera in fine un certain nombre de clients et d’agriculteurs, a-t-elle expliqué sur son site web. Cet acte illégal et violent sur la forme, est grave et marque l’ensemble de la profession. Le groupe Arterris respecte la législation en vigueur et ne travaille pas de produits illégaux. » Une plainte a été déposée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde