Aller au contenu principal

Elevage
Prairies cherchent vaches dans les marais de la Maye

Près de Rue, le Conservatoire du littoral et le Syndicat mixte baie de Somme Grand Littoral picard cherchent un éleveur bovin pour l’entretien extensif de parcelles en herbe.

En 2022, des travaux de restauration pour le compte du Conservatoire du littoral. Ces travaux ont consisté à restaurer  des milieux ouverts de type «pré-bois» et à restaurer le fonctionnement hydraulique et l’hydrologie naturelle du marais.
En 2022, des travaux de restauration pour le compte du Conservatoire du littoral. Ces travaux ont consisté à restaurer des milieux ouverts de type «pré-bois» et à restaurer le fonctionnement hydraulique et l’hydrologie naturelle du marais.
© Syndicat mixte baie de Somme Grand littoral picard

À l’ouest de la Somme, dans les marais de la Maye, le site des Prés de l’étang fait partie d'un vaste réseau de marais tourbeux alcalins, bien représentés dans la Somme, mais devenus rares à l'échelle régionale et nationale.  Avec le manque d'exploitation, la dynamique naturelle a peu à peu conduit au reboisement naturel de ces milieux, participant ainsi à l'assèchement progressif du marais et à la disparition de sa végétation caractéristique. 

En 2022, le Syndicat mixte baie de Somme Grand littoral picard a mené des travaux de restauration pour le compte du Conservatoire du littoral. Ces travaux ont consisté à restaurer des milieux ouverts de type «pré-bois» et à restaurer le fonctionnement hydraulique et l’hydrologie naturelle du marais.

Le résultat attendu est de retrouver une diversité d’habitats pour plusieurs espèces faunistiques et floristiques. Mais ces travaux visant aussi le rétablissement de la vocation pastorale de certaines parcelles, le Syndicat mixte baie de Somme Grand littoral picard a lancé donc un appel à manifestation d'intérêt (AMI) pour du pâturage bovin sur ce site.

 

22 hectares à pâturer 

Les parcelles concernées par l’AMI forment un ensemble clôturé d’environ 22 ha et une parcelle non clôturée de 3 ha qui présentent en majorité des milieux prairiaux récemment réouverts, quelques fourrés de saules et bouleaux et deux espaces de vergers anciens qui ont été conservés. Dans la description des lieux fournie aux candidats, on note également que des points d’eau sont accessibles pour les animaux, mais leur utilisation comme leur entretien sont strictement encadrés.

S’agissant du domaine propre du Conservatoire du littoral géré par le Syndicat mixte baie de Somme Grand littoral picard, une convention d’occupation temporaire à usage agricole (COTUA) pour la mise en pâturage des bovins liera l’éleveur au SMBS-GLP et au Conservatoire du littoral pour une durée pouvant aller jusqu’à neuf ans. 

Le site ayant fait l’objet en 2022 d’un projet de reconquête paysagère de milieux ouverts (déboisement de 6 ha, création de mares, fauches de restauration), les années 1 et 2 feront l’objet d’une convention expérimentale avec une redevance ajustée. En ce qui concerne 2023, autant ne pas rêver : «La date d’entrée sur les parcelles de pâturage sera à ajuster en fonction de l’avancée des travaux, et n’interviendra probablement que pour un pâturage d’automne», prévient le syndicat mixte. La parcelle de fauche, en revanche, et puisqu’elle n’est pas impactée par l’avancée des travaux, pourra être fauchée dès 2023. 

 

Clauses techniques et exigences environnementales 

L’exploitant exploitera les biens en agriculteur soucieux d’une gestion durable, en respectant le patrimoine naturel et paysager des biens, notamment par la mise en œuvre des Bonnes conditions agricoles et environnementales issues de la conditionnalité liée à la Politique agricole commune (Pac), sans commettre ni souffrir qu’il y soit fait des dégradations. Le pâturage extensif par des bovins devrait être réalisé entre le 15 avril et le 15 novembre en fonction de la portance des sols et des conditions phénologiques avec une charge de 0,8 à 1,2 UGB/ha lissée sur l’année, hors période expérimentale, qui conditionnera l’adaptation future de ce chargement. S’ajoutent à ces obligations tout un tas d’autres contraintes, listées dans le dossier de candidature. Par ailleurs, l’exploitant s’engagera à fournir annuellement au Conservatoire du littoral et au gestionnaire tout cahier de suivi de ses pratiques (décompte des animaux, suivi des dates d’entrée et sortie dans les parcelles, suivi des traitements et prophylaxies, interventions mécaniques, etc.) afin de permettre au SMBS-GLP de suivre le respect et les effets liés au cahier des charges. 

 

Comment candidater ? 

Les candidatures sont à envoyer avant le 31 mai prochain au Syndicat mixte baie de Somme (krystelducamp@baiedesomme.fr). Une visite du site sera possible sur demande du candidat et sur rendez-vous avec un représentant du Conservatoire du littoral ou du Syndicat mixte baie de Somme Grand Littoral Picard. Pour tous renseignements techniques et administratifs, les candidats peuvent contacter Krystel Ducamp, chargée de mission agro-environnement du syndicat au 07 76 04 49 90 (ou krystelducamp@baiedesomme.fr) ainsi que  Yvan Jacquemin, chargée de mission territoriale au Conservatoire du Littoral (06 84 05 19 61 ou y.jacquemin@conservatoire-du-littoral.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde