Aller au contenu principal

Grandes cultures
De la Somme à l’Australie, la même interrogation autour du glyphosate

Deux experts en agronomie d’origine australienne ont fait étape en Picardie fin avril pour échanger avec des agriculteurs et l’Apad sur des solutions pouvant répondre à la limitation d’emploi de l’herbicide en grandes cultures.

Le remplacer, oui mais par quoi ? Si la question du remplacement du glyphosate comme herbicide interroge les agriculteurs français, le sujet mobilise également un certain nombre d’agronomes et de chercheurs à plusieurs milliers de kilomètres. Dans le courant de la semaine dernière, deux experts de nationalité australienne, le professeur Harm Van Rees et Anne Jackman ont posé leurs valises quelques jours dans l’Oise et la Somme à la rencontre d’agriculteurs picards engagés dans la recherche d’alternatives à l’utilisation du glyphosate. Le but du voyage ? Recueillir les méthodes de ces agriculteurs convertis à l’agriculture de conservation des sols (ou en transition) pour répondre à une menace de limitation – voire d’interdiction – de l’utilisation du glyphosate dans un contexte agronomique marqué par l’abandon du travail du sol, et l’apparition de phénomènes de résistance de certains adventices. À la manœuvre dans l’organisation de ce séjour, on retrouvait Bertrand Daunay, agriculteur à Hallivillers et soucieux de «s’inspirer de ce qui se passe ailleurs, sans toujours se regarder le nombril». Lequel est allé chercher plusieurs intervenants auprès de l’Apad Picardie pour ponctuer le séjour.

 

Un contexte australien complexe

Pour comprendre l’enjeu de ce travail d’enquête, il faut commencer par s’intéresser à la situation agronomique australienne. Là-bas, 99 % des agriculteurs pratiquent le semis direct. À en croire Harm et Anne, la conversion s’est faite en deux temps, contrainte et forcée : la première, au début des années 1980 en raison d’épisodes intenses de sécheresse ; la seconde, dans les années 2000 pour la même raison. En ne travaillant que superficiellement leurs sols et en ayant recours à un usage massif du glyphosate pour le désherbage, les agriculteurs australiens sont confrontés aujourd’hui à des phénomènes de résistance de certains adventices à l’herbicide. Sans limitation réglementaire – contrairement à ce qui est appliqué en France -, les agriculteurs australiens peuvent utiliser «entre 12 et 15 l de glyphosate par hectare et par an», rapporte Harm Van Rees. «Étant donné qu’en Australie, il n’y a pas de réglementation, nous voulions voir comment cela se passe quand il y en a une», explique l’expert. Car si l’Union européenne venait à durcir la réglementation sur le glyphosate, l’agriculture australienne craint que ce marché ne vienne à se fermer. Pour Anne Jackman, le fait que les agriculteurs français soient limités à des proportions bien plus faibles les rendraient presque héroïques, notamment par la technicité requise. Au sein du GRDC (Grains Research and Developpement Corporation) pour lequel ils travaillent, les deux agronomes cherchent donc des solutions avec les agriculteurs pour «continuer à travailler, mais avec moins de glyphosate», rapporte le professeur Van Rees. 

 

Partages d’expériences 

Depuis la Ferme du Gripel, à Ailly-sur-Noye, et bien qu’il mène un certain nombre d’expériences, Nicolas Mourier regrettait à la fin de l’échange franco-australien «de ne pas avoir beaucoup de concret à apporter». La discussion avec les Australiens aura quand même permis aussi de lever un certain nombre d’interrogations : «Le danger d’utiliser le glyphosate en petites quantités, de manière répétée, pourrait aussi créer des situations de résistance», craint ainsi l’agriculteur samarien.  Autre aspect qui compte, celui de pouvoir «jouer avec les saisons» et «d’alterner entre cultures de printemps et d’hiver, en se servant des couverts» ; ce qu’en Australie, «il n’est pas possible de faire». À défaut de réponses adaptées à la situation de leur pays, Harm Van Rees et Anne Jackman auront, quant à eux, au moins pu profiter du retour d’expériences des agriculteurs qu’ils ont rencontré, découvrir ensuite le fonctionnement d’une unité de méthanisation ou celui d’un robot de désherbage sur betteraves avec Saint Louis Sucre. Débuté en Espagne, la suite de leur crop tour (tour de plaine) devait ensuite les emmener en Allemagne, aux Pays-Bas puis au Royaume-Uni avant de retrouver les plaines australiennes.

 

Générations futures dénonce une «évaluation biaisée» de la génotoxicité du glypho

Analysant les avis divergents sur la génotoxicité du glyphosate, Générations futures a dénoncé le 3 mai une «évaluation biaisée» du côté des agences réglementaires. De nombreuses études montrent que cet herbicide provoque «des effets génotoxiques», a souligné la toxicologue Pauline Cervan, lors d’une conférence de presse. Pourtant les autorités n’en tiennent pas compte, selon elle. L’association de défense de l’environnement confronte les avis des agences, favorables à la réhomologation du produit, avec ceux du CIRC et de l’Inserm, qui «s’accordent pour dire que le glyphosate est génotoxique». Conclusion de Générations futures : «Les autorités s’appuient exclusivement sur des études provenant des industriels», alors qu’elles présentent des «failles», en ignorant les études universitaires à cause d’un «supposé manque de fiabilité». Un autre point expliquant pourquoi les agences jugent le glyphosate non génotoxique vient des critères de classification eux-mêmes, trop contraignants aux yeux de l’ONG.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Marc Fesneau
Marc Fesneau pour remplacer Julien Denormandie à l'Agriculture au gouvernement ?
Les discussions pour la constitution du premier gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne se poursuivent.
Entre l’activité de la ferme et la conduite du car, Pascal Degand a trouvé un bon équilibre.
Conducteur de bus et agriculteur, la double-activité heureuse
Chaque jour de la semaine, 250 bus Transdev-CAP (Les Courriers automobiles picards) sillonnent les routes régionales,…
De Tailly-l’Arbre-à-Mouches à la feria d’Alès en stop
Trois jeunes filles de Tailly-l’Arbre-à-Mouches se sont lancé le défi un peu fou de rejoindre en stop la féria d’Alès, dans les…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde