Aller au contenu principal

De l’éleveur au gestionnaire d’entreprise

Visites d’exploitations laitières anglaises : «ça fait réfléchir !»

400 ha en un seul bloc, avec des pâtures de 7 ha et des chemins d’accès en travers en béton.
400 ha en un seul bloc, avec des pâtures de 7 ha et des chemins d’accès en travers en béton.
© AAP


La filière laitière anglaise a subi de nombreuses transformations depuis plusieurs années, et connaît un nouveau challenge avec le Brexit. A l’occasion d’un voyage d’étude en Angleterre dans le cadre du projet EuroDairy, un groupe d’éleveurs des Hauts-de-France a pu échanger avec des éleveurs anglais sur leurs stratégies. Ces visites ont parfois été surprenantes, le positionnement étant complètement différent. Ici, les éleveurs sont avant tout des gérants d’entreprise !
La production laitière en Angleterre est assez stable depuis quarante, voire cinquante ans. Par contre, le nombre et la taille des élevages ont fortement évolué. En 1984, le pays comptait 50 000 points de collecte avec 62 VL en moyenne. Aujourd’hui, ce sont 12 500 points de collecte qui sont recensés avec en moyenne 140 VL. La répartition territoriale a elle aussi évolué, avec un transfert des exploitations laitières vers l’ouest, les conditions étant plus favorables à la pousse de l’herbe.
Les débouchés sont la seconde particularité de la filière anglaise. 50 % du lait est consommé sous forme de lait frais (non UHT). Les éleveurs contractualisent directement avec les grandes chaînes de supermarché et doivent ainsi répondre à certaines exigences.

Au sommaire de l’article :
Stratégie de gestion des risques
Ce qui a marqué les éleveurs de la région

Retrouvez l’intégralité de l’article dans votre journal l’Action Agricole Picarde.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde