Aller au contenu principal

Travaux agricoles
De nouvelles hausses de tarifs sont inéluctables

Pour absorber l’augmentation des coûts de production qu’elles subissent sur le carburant et sur le matériel notamment, les entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers, devront passer de nouvelles hausses de tarifs sur les prestations à leurs clients, l’an prochain. 

Sans augmentation des tarifs, la survie des ETA est en question.
Sans augmentation des tarifs, la survie des ETA est en cause.
© A. P.

«La flambée des coûts de production n’est pas encore terminée. La Fédération nationale des entrepreneurs des territoires (FNEDT) encourage les entreprises à réajuster leurs tarifs pour maintenir leurs investissements, fidéliser les salariés et éviter la rupture des chaînes d’approvisionnement.» Lors d’une conférence de presse le 7 décembre, à Paris, en amont du Congrès qui se tiendra les 9 et 10 mars 2023 à Aurillac, Gérard Napias, le président, a annoncé la couleur. Les entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers font face à une explosion des charges, qu’elles seront contraintes de répercuter à leurs clients et aux agriculteurs en particulier. Sinon, c’est leur survie qui est en cause.

Pour ces entreprises, l’année 2022 a été «une année horribilis». Les aléas climatiques qui se sont succédés, le gel de printemps, la canicule et la sécheresse de l’été, ont fragilisé nombre d’entreprises en rendant les récoltes incertaines et en affectant les plantations forestières. Les gigantesques incendies de l’été ont aussi mobilisé des entreprises qui, dans l’urgence, ont apporté leur soutien technique et logistique aux services de secours. À cela s’est ajouté le renchérissement du prix de l’énergie, déjà identifié fin 2021 et qui a littéralement explosé au cours de l’année à la suite de la guerre en Ukraine. «Les entreprises de travaux agricoles ont vu leur facture de carburant tripler», observe la FNEDT. Autre poste de charge qui a fortement évolué, celui des matériels dont le prix a littéralement pris l’ascenseur et pour lesquels de nouvelles hausses de 10 à 15 % sont annoncées l’an prochain, le tout couplé avec un allongement des délais de livraison, ceux-ci s’étant brutalement accélérés au début de la guerre en Ukraine. Les prix des pièces détachées ont également grimpé de 20 %, sans oublier l’augmentation des assurances et celle des salaires que la FNEDT évalue dans une fourchette comprise entre 5,8 % et 6,8 % en 2022.  Bref, le syndicat estime à 22 % l’augmentation des tarifs des prestations nécessaire pour que les entreprises conservent la même rentabilité. Or, la majorité des prestataires se sont contentés de hausses comprises entre 5 et 15 %. Elles sont insuffisantes pour maintenir les investissements, fidéliser les salariés et pérenniser leur activité, explique le président.

 

Distorsions de concurrence

C’est l’une des raisons pour lesquelles, la FNEDT est remontée au créneau pour demander le rétablissement au 1er janvier prochain de l’exonération des cotisations patronales pour les travailleurs occasionnels agricoles (TO-DE). Cette mesure, dont les entreprises avaient déjà bénéficié jusqu’en 2016, n’a pas été reconduite depuis. Et pour Philippe Largeau, premier vice-président et président de la Commission des affaires sociales, Il s’agit d’une véritable distorsion de concurrence estimée à 2 € de l’heure d’un salarié saisonnier par rapport aux exploitants agricoles. Pour eux, la TODE est en effet prorogée jusqu’en 2026. En revanche, les entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers devraient être exonérées de la taxe à l’essieu comme les exploitants agricoles pour le transport de leur propre récolte. Elles devraient également bénéficier de la suppression de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). L’article 5 du projet de loi de Finances pour 2023 prévoit la réduction de moitié de cet impôt en 2023 et sa suppression en 2024. Des mesures qui vont dans le bon sens mais restent insuffisantes pour faire face à la hausse des charges l’an prochain, y compris la hausse attendue du Smic indexé sur l’inflation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde