Aller au contenu principal

Négociations commerciales
De nouvelles mobilisations prévues aujourd’hui

Dans la Somme, FDSEA et Jeunes Agriculteurs engagent ce matin de nouvelles actions dans plusieurs enseignes de grande distribution du département pour demander une plus juste application de la loi Egalim.

D’Abbeville à Péronne, en passant par Amiens, une visite d’agriculteurs est prévue dans trois enseignes de grande distribution, ce mercredi 3 mars.
© FDSEA80

On parle depuis quelques jours de la fin des négociations commerciales, et pourtant, la partie est loin d’être terminée. En effet, si la date du 1er mars a bel et bien sonné la fin des négociations commerciales avec les marques nationales, il reste encore à discuter des conditions tarifaires des marques de distributeurs (MDD) ; ces dernières représenteraient « un peu plus de 30% des parts de marchés, tous rayons confondus, ce qui est un tiers non négligeable », explique-t-on du côté de la FDSEA de la Somme. 

Considérant que la Loi Egalim n’est pas respectée, FDSEA et Jeunes Agriculteurs se donnent rendez-vous ce matin dans trois enseignes de grande distribution du département – Intermarché Abbeville, Auchan Amiens sud et à Intermarché Péronne – « pour continuer de sensibiliser les consommateurs et maintenir la pression sur les grandes surfaces », indiquaient hier en fin de journée les deux organisations syndicales.

Que demandent-elles ? « Seulement quelques centimes », explique-t-on à la FDSEA 80. « Nous ne parlons pas en millions mais bien de 4 centimes supplémentaire pour un litre de lait, 1 centime sur un pot de yaourt, 1 centime sur un œuf ou encore 10 centimes sur 100 grammes de viande qui permettraient aux agriculteurs de couvrir leurs coûts de production et de vivre plus sereinement », poursuit l’organisation syndicale.  

Si aucune avancée n’est obtenue, la profession agricole s’attend à une année tendue pour les trésoreries : « Avec la hausse des prix des matières premières, l’année s’annonce plus que compliquée et nous savons tous que c’est l’agriculteur qui payera l’addition une fois de plus », estime la FDSEA 80. Et cette dernière de craindre pour la pérennité d’un certain nombre d’exploitations en France : « Que ferons-nous quand il n’y aura plus d’agriculteurs en France ? Que ferons-nous quand on n’arrivera plus à produire du lait ou de la farine ? La souveraineté alimentaire ne sera plus qu’un mot… » 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde