Aller au contenu principal

Insolite
De Tailly-l’Arbre-à-Mouches à la feria d’Alès en stop

Trois jeunes filles de Tailly-l’Arbre-à-Mouches se sont lancé le défi un peu fou de rejoindre en stop la féria d’Alès, dans les Cévennes, à plus de 800 km. Elles comptent bien revenir avec des souvenirs plein la tête.

Habillées aux couleurs de la Feria d’Ales, T-shirt bleu et bandana blanc, les filles comptent convaincre les conducteurs de les embarquer.
© D. R.

Elles partiront à 6h du matin de la mairie de Tailly-l’Arbre-à-Mouches, près d’Airaines. Pouce levé, sac à dos, T-shirt bleu et bandana blanc pour respecter le dress-code de la Feria d’Alès. Ce sont leurs seules certitudes. Pour le reste, place à l’aventure. Deux sœurs, Noémie et Pauline Calippe, et leur amie d’enfance, Anaïs Sangnier ont décidé de rejoindre en stop la capitale des Cévennes, à plus de 800 km. «On avait envie d’aventure. L’idée d’un voyage en stop ce week-end de l’ascension nous amusait beaucoup. Il nous fallait un but pour fêter notre arrivée. Nous avons découvert la Feria d’Alès par hasard», rient les amies.

 

Des néophytes du pouce en l’air

L’auto-stop ? Aucune des trois ne l’a déjà pratiqué. Mais toutes croient aux bonnes âmes humaines. «Bison futé annonce un week-end de trafic routier noir. C’est bon signe pour nous. Il va y avoir du monde sur la route, donc plus de chance pour que quelqu’un nous emmène», sourit Anaïs. Quelques jours avant le départ, les débats étaient toujours en cours sur la technique à adopter. «Faut-il un panneau pour signaler notre destination ? Doit-on indiquer une direction seulement ? Ou un nom de ville ?» L’excitation, elle, est croissante. «Je suis pressée, mais pas confiante du tout», avoue Noémie.

On est attendues. Le journal local Midi Libre a même fait un article sur notre périple. 

Les trois complices ont l’obligation d’arriver à destination, puisqu’elles sont attendues. «Pauline a mis le paquet sur la communication là-bas. Le journal local, Midi Libre, a même fait un article sur notre périple. On n’a plus le choix !» Elles espèrent arriver au moins le samedi, pour avoir le temps de profiter de la fête dont les rendez-vous phares ont fait la renommée : pégoulade, concours d’abrivados, courses libres, corridas ou encore lâcher d’anoubles dans le Gardon….«C’est une culture que l’on va découvrir.» Les locaux leur ont d’ailleurs confié qu’ils comptaient sur elles pour battre de record du Paquito Cévenol le plus long. Les gens, assis au sol jambes écartées les uns derrières les autres, avaient formé une file de 410 m en 2016.

 

Super réseau JA

Les filles ont aussi hâte de rencontrer Fanny, une éleveuse de chevaux des Cévennes qui accepte de leur prêter un bout de terrain pour planter leur tente. «Elles nous a même promis une piscine !» Le contact a été trouvé grâce au réseau des jeunes agriculteurs. «J’ai parlé de notre recherche à un ami JA, qui a contacté un JA de là-bas, qui nous a mis en relation avec Fanny», explique Pauline. Le trajet en sens inverse, lui, est assuré en Blablacar. «On doit aller travailler lundi matin.» Le retour à la réalité sera peut-être un peu raide.

Alix Penichou

 

Leurs aventures sont à suivre sur leur page Facebook 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde