Aller au contenu principal

Débarrassez-vous de vos PPNU !

Les organisations professionnelles agricoles organisent en novembre une nouvelle collecte de PPNU (produits phytosanitaires inutilisables).

© Aap

Afin de permettre aux agriculteurs d’éliminer leurs PPNU, les distributeurs, Adivalor et les chambres d’Agriculture organisent une nouvelle collecte régionale en novembre prochain.

Où et quand déposer ses PPNU ?
Les distributeurs picards mettent à disposition de nombreux sites afin d'accueillir les détenteurs de PPNU. Les dates, les sites et les types de collecte sont précisés dans le tableau ci-dessous.

Quels produits apporter ?
Tous les produits de protection de la plante en culture, non utilisables, à usage professionnel (interdit, dégradé, emploi impossible) peuvent être apportés.
Sont exclus, les engrais et oligoéléments, les produits mélangés, dilués, produits dans un emballage autre que leur emballage d'origine, les produits phytosanitaires à usage des ménages, les biocides (désinfectants, dératisants, désinsectisants), les produits oenologiques, les produits lessiviels, les produits vétérinaires, les huiles de vidange... A noter qu'avant la collecte, il est conseillé de faire un inventaire complet de ses produits phytosanitaires. Pour cela, il est possible de se reporter à la liste des produits interdits d'utilisation sur http://e-phy.agriculture.gouv.fr

Comment préparer ses PPNU ?
Les produits doivent être conservés dans leurs emballages d'origine et identifiés comme «PPNU à détruire». Pour des raisons de sécurité, les produits, même les fonds de bidons ne doivent jamais être transvasés ou mélangés. Les PPNU en mauvais état ou souillés doivent être suremballés dans un sac transparent disponible chez votre distributeur.
Lors de la manipulation des PPNU, il est nécessaire de se protéger en portant des équipements appropriés (gants, combinaisons, lunettes, …).

Comment va se dérouler la collecte ?
Les agents de collecte trieront et pèseront les produits apportés qui seront séparés en deux catégories. Les PPNU avec le pictogramme Adivalor (cf logo cicontre) seront repris gratuite ment (prise en charge par le fabricant et votre distributeur). Quant aux autres, ils seront facturés. Le coût pour l'agriculteur est fixé à 4 € HT/kg de PPNU sans pictogramme avec un minimum de facturation de 10 € HT. La facture délivrée devra être acquittée le jour même. Dans tous les cas, une attestation de dépôt vous sera remise lors de votre apport. Elle est à conserver précieusement car elle pourra vous être demandée en cas de contrôle par les services de l’Etat.

Que deviennent les PPNU ?
Après la collecte, les PPNU sont transportés vers des centres de traitements spécialisés dans l'élimination des déchets dangereux. Les produits sont alors triés et la plupart d'entre eux sont incinérés à plus de 1100°C. L'énergie issue de la combustion est utilisée pour générer de l'électricité. Les fumées issues de la combustion sont traitées afin de limiter leur nocivité.

Que dit la loi ?
Depuis le Grenelle II (article 39), l’agriculteur dispose désormais d’une année après la date limite d’utilisation pour rapporter ces produits lors d’une collecte. Les PPNU sont reconnus comme étant des déchets dangereux (article R541-8 du code de l'environnement). Depuis le 5 juillet 2006, la détention de PPNU constitue une infraction répréhensible par la loi (article 253-1 de la loi d'orientation agricole). C'est pourquoi, ils doivent être traités dans des installations spécialisées dans le traitement des déchets toxiques et les agriculteurs doivent garder les justificatifs de leur élimination réglementaire qui peuvent être demandés par les services de l’Etat.

I9X8HVA9_1.pdf (24.1 Ko)
Légende
Points de collecte Picardie
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde