Aller au contenu principal

Nécrologie
Décès de Jean-Michel Lemétayer : l'agriculture française orpheline

Jean-Michel Lemétayer, ancien président de la Fnsea, s'est éteint le 31 juillet dernier.

Aussi chaleureux qu'intransigeant selon les dossiers, Jean-Michel Lemétayer aura été pour tous ceux qui l'auront connu un leader infatigable et sincère.
Aussi chaleureux qu'intransigeant selon les dossiers, Jean-Michel Lemétayer aura été pour tous ceux qui l'auront connu un leader infatigable et sincère.
© R Christine Portanelli

 

L’ancien président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (Fnsea), Jean-Michel Lemétayer, est décédé brutalement mercredi 31 juillet. Agé de 62 ans, il se rendait à La Mézière à quelques kilomètres de Rennes en vélo avec son fils quand il a été victime d’un accident cardiaque. Malgré l’intervention des secours, il n’a pu être ramené à la vie. Ses obsèques se sont déroulées à Vignoc, son village de toujours, en Ille-et-Vilaine samedi 3 août.
Jean-Michel Lemétayer est né le 2 juin 1951 à Vignoc en Ille-et-Vilaine. Il était marié et père de 3 enfants. L'ancien numéro 1 de la Fnsea ne se destinait pas à l’agriculture. Après un bac D, le futur dirigeant se retrouve dans un cabinet d’assurances où il se révèle «incapable d’être scotché à un bureau». «J’étais fait pour le commerce et l’animation. J’aime convaincre. J’aurais pu être banquier mais le syndicalisme m’a rattrapé», résume-t-il dans un livre-entretien avec Thiébault Dromard, «Confidences d’un leader paysan» (ed. Bertrand Gobin). Dans les années 70, l’homme intègre le syndicat des Jeunes Agriculteurs (JA). En 1977, il rejoint le Gaec familial qui se développe avec une production laitière, un atelier bovins-viande, et des céréales sur 105 hectares.
Il grimpe dans la hiérarchie des JA dont il devient le secrétaire général en 1984. «Il symbolise la génération de l’après-JAC, le mouvement de la Jeunesse agricole chrétienne, moins marquée idéologiquement et plus sensible au développement», peut-on lire dans le livre «Confidences d’un leader paysan». Dans le même temps, il rallie la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), branche spécialisée de la Fnsea, qu’il présidera pendant plusieurs années. Fait mémorable : il avait obtenu un accord interprofessionnel permettant de fixer le prix du lait. «Si aujourd’hui un syndicalisme de solution est possible c’est aussi grâce à lui», confie un de ses anciens collaborateurs. Puis il devient le Président de la Fnsea et en restera à sa tête pendant dix ans (2001-2010). Il était également président du Space à Rennes depuis 1995. Il aimait raconter qu’il était au côté de Jacques Chirac qui visitait le Space quand celui-ci a appris les attentats du 11 septembre. Président de la Sopexa depuis juin 2009, Vice-Président du Conseil Economique, Social et Environnemental depuis novembre 2010, Administrateur au Crédit agricole S.A. (2001-2010), membre du Conseil Economique et Social régional de Bretagne, président du Conseil d'administration de Agro-Campus Rennes (Ecole Nationale Supérieure d'Agronomie) et président du Centre culinaire de Rennes, Jean-Michel Lemétayer était vu par ceux qui l’ont côtoyé comme un homme très actif, chaleureux et qui avait «le bon sens paysan». Son dernier projet en date était la création de l’association SOLidarité des producteurs Agricoles et des filières Alimentaires (SOLAAL) qui permettra des dons de produits agricoles et alimentaires à destination des plus démunis en France. Il a été promu officier de la Légion d’Honneur en juillet 2007 et Commandeur dans l’Ordre du mérite agricole en janvier 2003.

Les réactions ont été vives et nombreuses suite au décès de Jean-Michel Lemétayer


Depuis la Fnsea...
En premier lieu, la Fnsea, à la présidence de laquelle Xavier Beulin a succédé à Jean-Michel Lemétayer, lui a rendu le premier hommage :
«Un homme de convictions, un serviteur passionné du monde agricole vient de nous quitter. Jean-Michel Lemétayer part trop tôt : nous avions encore besoin de lui, de ses analyses, de son engagement et de son amitié à nos côtés. Depuis son installation comme agriculteur en Ille et Vilaine en 1977, il s’était mis à disposition du monde agricole pour lequel il a milité dans son département puis dans sa région auxquels il est resté profondément fidèle. Toujours disponible, il a, au niveau national, assumé d’importantes responsabilités chez les Jeunes Agriculteurs, auprès des producteurs de lait et à la Fnsea. Avec ses grandes valeurs humanistes, il ne pouvait supporter que les besoins alimentaires essentiels ne soient pas satisfaits partout en Europe et s’engageait résolument aux côtés des associations caritatives.
Fort de ses convictions, il a, au niveau européen été un dirigeant respecté et écouté au sein du COPA dont il a assumé la Présidence.
Défenseur et promoteur infatigable de l’Agriculture et des paysans, c’est dans les négociations internationales qu’il portait haut la demande de respect des producteurs et affirmait l’importance des productions agricoles partout dans le monde pour assurer de justes équilibres entre alimentation, territoires et niveau de vie des paysans. Responsable et militant ancré dans le réel et l’actualité, il a su faire intégrer le secteur de la production agricole dans les filières alimentaires et dans le dialogue social, donnant ainsi une image moderne et volontaire au syndicalisme agricole. Conscient de l’importance de l’Agriculture comme secteur de production essentiel à notre pays, il s’est efforcé de créer des passerelles avec les consommateurs, avec les industriels, les commerçants, en fait avec tous nos concitoyens. Dynamique, respectueux de chacun, il s’est fait accepter de tous et, à travers lui, c’est le monde agricole qui trouvait une nouvelle dimension, une nouvelle image. 
Jean-Michel Lemétayer a ainsi posé les fondations du syndicalisme agricole du 21ème siècle et tous les paysans doivent lui en savoir gré».


à l'ensemble de la classe politique...
Le président de la République a salué le leader,
qui a «défendu une vision de l’agriculture à taille humaine contribuant à la création de richesse
et d’emplois sur les territoires».
«Infatigable promoteur de l’agriculture française, Jean-Michel Lemétayer aura contribué à la préparer aux défis de demain et de la mondialisation, tout en préservant la diversité de notre modèle et sans rien renier de son identité», a déclaré Stéphane Le Foll. Le ministre de l'Agroalimentaire Guillaume Garot a évoqué «une figure énergique
de l'agroalimentaire français», un «homme chaleureux, attachant et entreprenant, défenseur opiniâtre de l'élevage du monde agricole et des filières agroalimentaires».
Pour Arnaud Montebourg  : «La France agricole et productive vient de perdre un homme qui a lutté pour elle, un homme solide, engagé et d'envergure». «Un bâtisseur de l'avenir et un combattant infatigable pour la défense de l’agriculture française et des industries agroalimentaires».
Pour sa part, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, a tenu  «à saluer la mémoire de cet agriculteur, éleveur laitier en Ile-et-Vilaine, qui, engagé très jeune dans le syndicalisme agricole a été président de la Fnsea de 2001 à 2010. Avec sa personnalité dynamique, convaincante et chaleureuse, il a contribué au rayonnement international de l’agriculture française et participé au développement de ce secteur, conscient de son importance économique et de son rôle dans la vitalité des territoires ruraux». Le Président du Sénat, Jean-Pierre Bel, s'est lui aussi asocié aux témoignages de reconnaissance de l'engagement de Jean-Michel Lemétayer.

... en passant par toutes les familles professionnelles
Pour sa part, Guy Vasseur, Président des Chambres d’agriculture (APCA) a déploré la perte d'un ami et a salué «l'homme de convictions, qui a toujours défendu dans toutes les instances françaises et internationales une agriculture diversifiée, performante et pour tous les territoires.
Promoteur inlassable de la qualité de nos productions et de nos savoir-faire, il a fait du Space la vitrine de l’élevage français et un salon professionnel de renommée mondiale dédié aux productions animales. Humaniste convaincu, il avait créé récemment, en fédérant les professionnels, l’association SOLAAL d’aide aux plus démunis, projet qui lui tenait particulièrement à cœur».
La Fédération nationale des producteurs de lait (Fnpl), qu’il a également présidée pendant huit ans, a mis en avant «ses valeurs de tolérance, de partage et de syndicalisme responsable».
Elle a rappelé qu’en tant que «fervent défenseur de l’interprofession, il a été un infatigable promoteur de cet outil qui doit permettre aux acteurs d’une filière de défendre ensemble des intérêts communs à un secteur». Cette interprofession laitière, le Cniel, dont il a été président de 1995 à 2001, se souvient que «dans les moments difficiles, lorsque les intérêts des producteurs et des transformateurs s’opposaient, il a su rassembler des professionnels que tout divisait». L'association nationale des industries alimentaires (Ania) «rend hommage» pour «l’engagement et la ténacité de ce grand dirigeant dans les nombreux combats qu'il a menés pour défendre les intérêts du monde agricole », et la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) se souvient d’« un homme sincère, attachant, toujours plein de projets au service des autres». La Confédération paysanne, «certes pas d’accord avec les politiques qu’il prônait», salue la mémoire du «militant syndical acharné et obstiné».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde