Aller au contenu principal

Défense de l’élevage : les éleveurs à nouveau dans la rue

Plus de deux cents éleveurs ont manifesté le 12 avril à Amiens pour défendre l'avenir de l'élevage.

© AAP

Les éleveurs de la Somme se sont une fois de plus mobilisés vendredi dernier 12 avril. C'était cette fois dans le cadre de la journée nationale d'action pour l'élevage lancée par la Fnsea et les JA, au moment où le bras de fer entre la filière laitière et les distributeurs atteint un point crucial (voir en page I). Ils étaient donc plus de deux cents accompagnés d'une dizaine de tracteurs à se rassembler à partir de 12h sur la place du Cirque à Amiens à l'appel de la Fdsea et des JA 80. Des animaux représentatifs des filières en difficulté : veaux, porc, volailles, avaient été emmenés. Pour l'occasion un barbecue était organisé sur la place tandis qu'une délégation emmenée par Laurent Degenne, président de la Fdsea, et Marc Hossart, président des JA, était reçue à la préfecture pour y présenter les doléances des éleveurs.

Un combat à dimension économique
"Notre combat n'est pas seulement agricole, il concerne l'économie de tout un territoire", lançait Françoise Crété, secrétaire générale de la Fdsea. Une façon d'alerte le public sur les retombées négatives qu'aurait le déclin, voire la disparition de l'élevage sur l'économie du département si rien n'est fait pour que les éleveurs reçoivent une juste rémunération de leur travail.
Des propos repris par Laurent Degenne, à la sortie de la préfecture. "Nous en avons assez d'être toujours soumis à la politique du moins disant (sous entendu sur les prix). On finira ainsi par tuer les producteurs et l'on ira chercher à l'étranger notre alimentation avec toutes les dérives que l'on peut supposer. Alors que nous avons chez nous une traçabilité complète".
Les revendications des producteurs portent sur trois axes a poursuivi Laurent Degenne :
- la loi d'avenir de l'agriculture : il faut mettre à plat les règles de mise en marché et redonner un pouvoir aux organisations de producteurs;
- la loi de modernisation de l'économie : les relations avec la distribution doivent être rééquilibrées ;
- la future PAC : il faut un système d'aides qui permettent aux exploitations de se moderniser, de se développer, bref d'être rentables et compétitives, à l'instar de ce qui a pu être réalisé dans la région avec le fonds sucre.
Marc Hossart et Dominique Dengreville, président de l'Uplp, ont insisté pour leur part sur la nécessaire revalorisation du prix du lait, et ce dès maintenant.
Le préfet, Jean-François Cordet, qui n'avait pu rencontrer la délégation à la préfecture, étant retenu par la visite d'une ministre, est néanmoins venu rejoindre les manifestants. "Je crois à l'agriculture dans le développement local. Nous devons trouver des solutions en commun", a t-il déclaré, assurant les éleveurs de son soutien.

Paillage chez Géant
La grande distribution étant dans la ligne de mire des manifestants, ces derniers se sont ensuite rendus à l'hypermarché Géant de Dury. Ils ont exprimé leur mécontentement en paillant la galerie marchande du magasin et en stickant dans les linéaires les produits issus de l'élevage : "Prix subis, ça suffit!" Les manifestant ont fait un barbecue dans le magasin avec de la viande d'Argentine et d'Allemagne qui se trouvait dans les rayons. Le directeur adjoint du magasin a assuré les manifestants qu'il ferait remonter leurs revendications auprès de sa hiérarchie. "Nous avons déjà obtenu des avancées de la part des distributeurs qui dans les négociations commerciales de début d'année exigeaient des baisses de prix. Ils proposent depuis quelques hausses, a déclaré Dominique Dengreville. Maintenant, cela doit se traduire sans délai sur nos prix d'achat!".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde