Aller au contenu principal

Dégâts aux cultures : une nouvelle équipe pour succéder à Michel Randjia

La nouvelle commission «Dégâts aux cultures» de la FDSEA s’est réunie le 20 mars, afin de constituer le nouveau bureau et faire un point d’actualité sur les dégâts de gibiers, et les dossiers syndicaux en cours.

De g. à d., le nouveau bureau de la section : Bernard Delefortrie, Hubert Caron, Denis Delattre, Michel Randjia, Etienne Godart et Philippe Demachy.
De g. à d., le nouveau bureau de la section : Bernard Delefortrie, Hubert Caron, Denis Delattre, Michel Randjia, Etienne Godart et Philippe Demachy.
© F. G.


Une trentaine de délégués de la commission «Dégâts aux cultures» se sont retrouvés pour la dernière fois autour du président, Michel Randjia, pour l’assemblée générale de la commission. L’occasion en cette année élective de réélire un nouveau bureau. C’est Denis Delattre, 57 ans et exploitant agricole à Blangy-sous-Poix, qui succède à Michel Randjia, président de la commission depuis une vingtaine d’années.
Denis Delattre sera alors accompagné de Bernard Delefortrie, vice-président, exploitant agricole à Hem-Monacu, ainsi que d’Hubert Caron (Fransures), Etienne Godart (Crécy-en-Ponthieu) et Philippe Demachy (Bailleul). Michel Randjia reste membre du bureau pour participer encore activement aux travaux. Le bureau a été constitué de façon harmonieuse afin de représenter au mieux l’ensemble du territoire de la Somme.
Michel Randjia, élu très impliqué dans la vie syndicale, aussi bien chez les preneurs qu’au sein de la commission «Dégâts aux cultures», laisse la place suite à son départ en retraite. Nous le remercions pour son implication et sa passion pour la défense des intérêts des agriculteurs.
Pour sa dernière assemblée générale, il a adressé quelques mots à la salle : «J’ai toujours aimé cette commission, car elle représente bien le département de la Somme et ses territoires. Je remercie les anciens délégués, avec qui j’ai pu échanger pendant toutes ces années, et je salue les nouveaux en leur souhaitant une bonne collaboration.»
Le président a également insisté sur le fait qu’aujourd’hui, les agriculteurs-chasseurs, avec leur double casquette, sont amplement visés par les «anti-chasse», et qu’il est primordial de renvoyer une image cohérente de la chasse et de l’agriculture, la plus juste possible. Michel Randjia remercie également Odile Dalle pour sa collaboration et son implication dans la commission pendant toutes ces années.
L’assemblée générale fut également l’occasion de faire un point sur les différents sujets du moment, à savoir : l’étude des demandes de plan de chasse grands gibiers, le prélèvement des sangliers pour l’année 2017, l’arrivée des mouflons sur la côte, les dégâts de lapins le long des voies SNCF, le dossier blaireaux, les nuisibles, l’attribution des bracelets, etc.
Denis Delattre réunira sa commission pour une prochaine réunion courant mai.

D’ici là, n’hésitez-pas à contacter Fanny Godart au 03 22 53 30 25 pour toute question relative aux dégâts de gibiers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde