Aller au contenu principal

Dégâts de blaireaux : signalez vos besoins !

Le piégeage du blaireau est autorisé, mais s’arrêtera le 15 septembre prochain. D’ici là, il faut faire connaître les zones de dégâts où une régulation est nécessaire.

La présence en de multiples endroits de blaireaux morts le long des routes témoigne de la prolifération de l’espèce. 
La présence en de multiples endroits de blaireaux morts le long des routes témoigne de la prolifération de l’espèce. 
© © D. R.


Le piégeage du blaireau est autorisé, mais s’arrêtera le 15 septembre prochain. D’ici là, il faut faire connaître les zones de dégâts où une régulation est nécessaire.
Le 12 juin dernier, le préfet de la Somme a signé l’arrêté autorisant la régulation du blaireau par colletage dans le département de la Somme à compter du 22 juin jusqu’au 15 septembre 2018. A cet effet, les lieutenants de louveterie du département de la Somme sont autorisés à organiser, commander et diriger des battues et des chasses administratives au blaireau.
La période des moissons permet de repérer (et parfois découvrir) des zones de dégâts dans le territoire. En présence de dégâts de blaireaux dans votre parcellaire, vous devez le signaler à la société de chasse ou au détenteur du droit de chasse de la zone où se situe la blaireautière.
Si vous ne connaissez pas les personnes, vous pouvez également prendre contact avec le lieutenant de louveterie de votre circonscription (cf. liste ci-dessous), qui vous mettra en relation avec le piégeur agréé de votre secteur. En effet, les piégeurs agréés, sous la responsabilité du lieutenant de louveterie, sont autorisés à utiliser le collet arrêtoir pour la régulation du blaireau.
Les prélèvements sont actuellement en cours mais, après le 15 septembre, il sera trop tard pour penser à réguler ! Après une année sans régulation, la population de blaireaux est en explosion dans le département, tout comme les dégâts qu’ils occasionnent sur la route ou aux récoltes.

Pour tout renseignement con-cernant la régulation du blaireau, n’hésitez pas à contacter Fanny Godart, au 03 22 53 30 25

REACTION Denis Delattre : président de la commission «Dégâts aux cultures»

«Profitez de la fenêtre
de régulation»

Le sujet de la régulation du blaireau a fait l’objet d’un accord entre la profession et les chasseurs. La FDSEA s’est investie fortement, en moyens matériels, humains et financiers pour permettre une vraie maîtrise de cette population avec la Fédération des chasseurs, les lieutenants de louveterie, et les piégeurs agréés dans le département. L’arrêté de régulation s’achève dans huit semaines, et c’est maintenant, en observant le parcellaire pendant la moisson, qu’il faut identifier les zones les plus sensibles pour limiter les dégâts futurs. Que ce soit pour l’accidentologie, pour la prolifération des maladies et pour la protection des cultures, chacun doit s’activer pour réguler cette espèce en pleine prolifération.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde