Aller au contenu principal

Derrière les masques, des fous rires quand même

L’épidémie de Covid-19 n’aura pas raison du festival «Flers sème son cirque» qui a lieu ce dimanche 30 août, avec le respect des gestes barrière.

Quand on rencontre Pierrick Capelle dans son corps de ferme ou au milieu de ses champs de racines d’endives, difficile d’imaginer qu’on a un clown en face de soi. L’association est d’autant plus incongrue qu’il est également maire de cette commune de 192 habitants, entre Péronne et la frontière avec le Pas-de-Calais. Et pourtant, c’est bien au sein de son exploitation agricole que se déroulera la huitième édition du festival «Flers sème son cirque», en partenariat avec le Cirque Jules Verne, le pôle national des arts de rue et du cirque d’Amiens. Agriculteur dans la vie de tous les jours, il est donc également l’organisateur d’un «petit festival» de cirque et d’arts de rue depuis 2012. D’abord connu sous le nom de Cirqu’ô Champs, le rendez-vous est depuis quelques éditions baptisé «Flers sème son cirque», sans que l’esprit qui l’anime ait changé. Sa philosophie ? «Amener les arts de la rue là où ne les attend pas». Les artistes à l’affiche cette année viennent quant à eux parfois de loin : Jura, Occitanie, mais aussi Italie. Enfin, si le festival se veut gratuit, c’est parce qu’il reçoit le soutien de nombreux partenaires publics.

Respect des gestes barrière

Alors que l’épidémie de Covid-19 aurait pu avoir raison de l’événement, son initiateur a tout mis en œuvre pour qu’il soit maintenu. Pierrick Capelle veut ainsi offrir «une pause enchantée dans un contexte de crise». En l’espace d’une semaine, la Ferme du plant d’endives se transforme en piste aux étoiles et se prépare pour accueillir du public. S’il est accompagné des équipes du Pôle national du cirque et des arts de rue d’Amiens, Pierrick peut aussi compter sur une équipe d’une dizaine de bénévoles. Après huit années d’expérience, il s’estime «rodé». «On est un petit festival. On peut s’adapter plus facilement, détaille-t-il. Quand on a envie, on peut faire, même dans un petit village. On est en extérieur. La distanciation sociale est facile à faire respecter. Nous mettrons du gel hydroalcoolique à disposition et même la buvette évolue en devenant un drive-buvette pour éviter les contacts...»

Des étoiles dans les yeux

Même si le festival a pris de l’ampleur depuis sa création, «l’objectif reste d’être un festival familial, où l’on privilégie les rencontres», assure son organisateur. Lundi matin, quand les artistes seront repartis, la Ferme du plant d’endives retrouvera son rythme normal et Pierrick Capelle retrouvera ses parcelles d’endives : «J’aurai eu droit à ma petite parenthèse enchantée», assurait-il à quelques jours de l’ouverture du festival ; le sourire jusqu’aux oreilles et les yeux remplis d’étoiles.

«Flers sème son cirque», dimanche 30 août, de 14h30 à 20h. Entrée gratuite.

Quand agriculture et culture se complètent

Pour organiser pareil événement, il est évident qu’il faut aimer le cirque. Ce que Pierrick Capelle apprécie dans cette aventure ? «C’est qu’il y a de tout», explique-t-il : «du jeu aérien, de la jonglerie, des clowns...» Cette année encore, c’est donc bien dans cet esprit qu’aura lieu «Flers sème son cirque». Pour l’agriculteur, cet événement est «une bouffée d’oxygène, après la moisson et juste avant la rentrée scolaire» . L’annuler aurait été un crève-cœur :«La culture, c’est la nourriture de l’âme». Clown lui-même après avoir été intronisé quelques années en arrière, mais aussi poète, Pierrick voit un certain nombre de similitudes entre le métier d’agriculteur et celui d’artiste : «Les deux nous nourrissent, même si ce n’est pas la même nourriture, elles sont complémentaires (...) De la même manière qu’on ne peut pas empêcher un agriculteur de faire sa récolte, on ne devrait pas pouvoir empêcher un artiste de faire son métier. Sa récompense, c’est lorsqu’il voit de l’émotion chez les gens pour qui il joue».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde