Aller au contenu principal

Commerce international
Des animaux et d'autres produits agricoles pris au piège dans le Canal de Suez

Alors que de nouvelles opérations de dégagement du porte-conteneurs Ever Given sont prévues ce dimanche dans le Canal de Suez, une ONG a alerté les autorités sur le sort de plusieurs milliers d'animaux bloqués sur d'autres bateaux en transit, au milieu d'une grande variété de marchandises.

Evergreen
Le porte-conteneurs Ever Given de la compagnie Evergreen Marine Corp.
© Wikipédia

Il n'y a pas que les livraisons de papier toilette ou de meubles d’un célèbre fabricant suédois qui soient actuellement entravées par la mauvaise posture du cargo Ever Given de la compagnie taiwanaise Evergreen Marine Corp depuis plusieurs jours dans le Canal de Suez. D'autres bateaux, dont certains transportant des animaux vivants, restent actuellement aussi coincés ; une situation qui a conduit l’ONG Animals International, une association de défense des animaux, à s'en émouvoir, hier.

Dans une interview au journal britannique The Guardian, Gerit Weidinger, coordinatrice en Europe de l'association Animals International affirme en effet que « si le blocage dure beaucoup plus longtemps, les animaux échoués sur les navires pourraient mourir de faim, se déshydrater et même mourir ».

Selon le journal The Guardian, on compterait en effet une vingtaine de navires transportant du bétail dans les quelque 200 bloqués actuellement dans le Canal de Suez. A leur bord, il s’agirait principalement de moutons. Le nombre d’animaux ainsi pris au piège est évalué autour de 130 000 têtes.

« Être coincé à bord signifie qu'il y a un risque [pour les animaux] de famine, de déshydratation, de blessures, d'accumulation de déchets afin qu'ils ne puissent pas se coucher et que l'équipage ne puisse pas non plus se débarrasser des cadavres d'animaux dans le canal [de Suez] », poursuit Mme Weidinger pour qui cet incident s'apparente à une « bombe à retardement » compte tenu des risques biologiques « pour les animaux, l'équipage et toute personne impliquée ».

Toujours d'après le journal The Guardian, les animaux bloqués dans le Canal de Suez proviendraient d'Espagne et de Roumanie et se dirigeaient vers plusieurs pays du Moyen-Orient. Depuis l'incident, si l'administration espagnole n'a pas confirmé cette première information, elle a revanche indiqué que tout transport d'animaux depuis l'Espagne, via le Canal de Suez restait suspendu.

Une quarantaine de vraquiers de produits agricoles sont dans la même situation tandis que d’autres navires ont préféré dérouter leurs navires et passer par le Cap de Bonne-Espérance, ce qui représente un détour de 9000 kilomètres et dix jours supplémentaires autour du continent africain.

La société en charge du sauvetage de l'Ever Given évoque quant à elle « des jours voire des semaines » pour la reprise du trafic sur le canal, qui voit passer, selon les experts, près de 10% du commerce maritime international.

Parmi eux, une quarantaine de vraquiers de produits agricoles et huit bateaux avec du bétail vivant à bord, indique le quotidien Les Echos. D’autres ont préféré dérouter leurs navires et passer par le Cap de Bonne-Espérance, ce qui représente un détour de 9000 kilomètres et dix jours supplémentaires autour du continent africain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde