Aller au contenu principal

Des bornes “Ecopaille” pour exprimer le ras-le-bol des campagnes

Contre les taxes et les réglementations qui s’empilent, la Fdsea et les JA de la Somme ont manifesté silencieusement le 29 novembre.

Plus d’une centaine de bornes "Ecopaille" ont été installées au bord des routes dans pratiquement tous les cantons de la Somme.
Plus d’une centaine de bornes "Ecopaille" ont été installées au bord des routes dans pratiquement tous les cantons de la Somme.
© AAP


Des ballots de paille, de la bâche, des messages forts et un ras-le-bol général. La Fdsea et les Jeunes Agriculteurs de la Somme avaient réunis tous les ingrédients pour mener avec brio leur campagne de communication en tournant à la dérision les bornes écotaxe. C’est, en effet, en utilisant la symbolique de ces bornes que les agriculteurs ont manifesté leur mécontentement vendredi 29 novembre.
Une centaine de bornes «Ecopaille» ont été installées au bord des routes de la Somme, arborant différents slogans : «Laissez les campagnes travailler», «Des réformes oui, des taxes non», «+ de taxes, + de contraintes= + de chômage»… Autant de messages que l'on peut résumer par un simple mot : «STOP» !
"Contraintes environnementales, réglementaires, taxes… ces derniers mois, les mauvaises nouvelles ont fusé. L’écotaxe, dernière annonce en date, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase", a expliqué Laurent Degenne, président de la Fdsea. "Avec les jeunes agriculteurs nous aurions pu choisir de manifester de manière plus forte, dans les rues d’Amiens par exemple. Mais nous avons préféré une méthode plus douce, la violence n’étant pas la solution à tout".

Trop de taxes, trop de contraintes
Afin d’expliquer leur mécontentement, la Fdsea et les JA ont organisé une conférence de presse à Maizicourt, dans l'exploitation laitière d'Ingrid et Antoine Septier. « On a l’impression d’être pénalisé tout le temps », a d’emblée lancé Ingrid Septier. Située dans la vallée de l’Authie, classée depuis quelques mois en zone vulnérable, son exploitation va de nouveau devoir être mise aux normes. «Notre bâtiment a été construit en 2003, avec en-dessous une fosse à lisier qui peut contenir, comme la réglementation l’imposait à l’époque, les effluents produits pendant quatre mois. Aujourd’hui avec le nouveau zonage, il faut une fosse capable de contenir les effluents pendant six mois et demi», a-t-elle expliqué. Les deux exploitants n'ont pas encore remboursé leur précédent investissement qu’ils doivent de nouveau investir…. Un cas loin d’être isolé. Et Antoine Septier de surenchérir, «nous n’aurons rien de plus en installant cette nouvelle fosse, je préférerai investir dans de vrais projets qui génèrent de l’activité». Une preuve que les contraintes environnementales qui s'accumulent cassent le dynamisme de l'agriculture.
«Nous avons besoin de signes positifs pour continuer à exercer notre métier. Ce que l'on demande aujourd'hui, c'est de nous laisser travailler !», a insisté Marc Hossart, président des Jeunes Agriculteurs de la Somme. Et il a rappelé qu' «un agriculteur crée six à sept emplois, directs et indirects». D’autres corps de métiers gravitent autour de l’agriculture. Patrick Cornille, vétérinaire à Auxi-le-Château et un salarié de Gènes Diffusion étaient venus témoigner. «En imposant toujours plus de contraintes aux agriculteurs, les marges des exploitations baissent, et les gens se découragent. Il faut au contraire leur donner les moyens de se développer, il faut les encourager», a lancé le vétérinaire.
Les responsables agricoles ont également insisté sur l'augmentation des taxes. «La profession agricole a les moyens de donner un souffle à l’économie locale, le gouvernement doit nous y aider», a conclu Laurent Degenne. A quand, un peu d’oxygène ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde