Aller au contenu principal

Des chèvres bien élevées !

Qualité du lait, état sanitaire et résultats économiques dépendent beaucoup de l’alimentation des chèvres.

© AAP

Venu de la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher, Benoît Foisnon n’a pas hésité à affronter la neige pour aider les éleveurs de chèvres picards à optimiser leur élevage ! Les 15 et 16 janvier, une dizaine d’éleveurs caprins se sont ainsi retrouvés en formation dans la Somme. «Il existait bien un syndicat caprin il y a vingt ans !», se rappelle Marcel Poisson, l’éleveur le plus ancien du groupe. Les autres stagiaires ont des élevages plus récents (deux à trois ans) et s’occupent de 20 à 30 chèvres, avec fabrication et vente de fromages en direct.

D’abord l’alimentation
Avec tous ces métiers (éleveur, fromager et vendeur), il est important d’avoir en tête les bases de l’élevage des chèvres. Les stagiaires ont bien retenu après ces deux jours que tout tourne autour de l’alimentation et que la chèvre mange d’abord… des fourrages ! «Il faut que ça gratte», précise Benoît Foisnon, «la chèvre doit ruminer, si vous lui donnez du chocolat (des concentrés), elle ne mangera pas de pain !».
Les fourrages et la rumination de la chèvre vont favoriser le TB, donc le goût du fromage. Le rendement fromager est lié au TP. Dans la ration, les protéines sont indispensables pour produire un volume de lait. Souvent c’est cette dernière qui fait défaut dans les rations.
Les participants échangent entre éleveurs, souvent pour la première fois, et sont prêts à modifier leur pratiques : alloter ses chèvres, passer à trois repas par jour, soigner davantage les chevrettes qui sont l’avenir de l’élevage, chercher du foin de luzerne «la roll’s des fourrages», «piquer» dans les correcteurs azotés des vaches (sans urée surtout !), peser les quantités distribuées… Quand une chèvre mange bien, elle n’est pas malade.

L’économie aussi liée à l’alimentation
Restent les aspects économiques : plus de 40% des charges de l’élevage sont liées à l’alimentation (contre 20% en bovins lait) montre une étude de l’Institut de l’élevage et des chambres d’agriculture. Dans certains élevages, produire 1 000 litres coûte 186 € et dans d’autre 259 € ! Il y donc des marges de progrès : favoriser et maximiser la consommation de fourrages, privilégier les céréales et les protéagineux autoproduits.
Un vaste chantier s’ouvre aux «chevriers» : essayer la culture de lupin qui est une bonne source de protéines, créer des partenariats avec les céréaliers, et surtout continuer à échanger. Rendez vous est pris dans six mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde