Aller au contenu principal

Des chèvres bien élevées !

Qualité du lait, état sanitaire et résultats économiques dépendent beaucoup de l’alimentation des chèvres.

© AAP

Venu de la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher, Benoît Foisnon n’a pas hésité à affronter la neige pour aider les éleveurs de chèvres picards à optimiser leur élevage ! Les 15 et 16 janvier, une dizaine d’éleveurs caprins se sont ainsi retrouvés en formation dans la Somme. «Il existait bien un syndicat caprin il y a vingt ans !», se rappelle Marcel Poisson, l’éleveur le plus ancien du groupe. Les autres stagiaires ont des élevages plus récents (deux à trois ans) et s’occupent de 20 à 30 chèvres, avec fabrication et vente de fromages en direct.

D’abord l’alimentation
Avec tous ces métiers (éleveur, fromager et vendeur), il est important d’avoir en tête les bases de l’élevage des chèvres. Les stagiaires ont bien retenu après ces deux jours que tout tourne autour de l’alimentation et que la chèvre mange d’abord… des fourrages ! «Il faut que ça gratte», précise Benoît Foisnon, «la chèvre doit ruminer, si vous lui donnez du chocolat (des concentrés), elle ne mangera pas de pain !».
Les fourrages et la rumination de la chèvre vont favoriser le TB, donc le goût du fromage. Le rendement fromager est lié au TP. Dans la ration, les protéines sont indispensables pour produire un volume de lait. Souvent c’est cette dernière qui fait défaut dans les rations.
Les participants échangent entre éleveurs, souvent pour la première fois, et sont prêts à modifier leur pratiques : alloter ses chèvres, passer à trois repas par jour, soigner davantage les chevrettes qui sont l’avenir de l’élevage, chercher du foin de luzerne «la roll’s des fourrages», «piquer» dans les correcteurs azotés des vaches (sans urée surtout !), peser les quantités distribuées… Quand une chèvre mange bien, elle n’est pas malade.

L’économie aussi liée à l’alimentation
Restent les aspects économiques : plus de 40% des charges de l’élevage sont liées à l’alimentation (contre 20% en bovins lait) montre une étude de l’Institut de l’élevage et des chambres d’agriculture. Dans certains élevages, produire 1 000 litres coûte 186 € et dans d’autre 259 € ! Il y donc des marges de progrès : favoriser et maximiser la consommation de fourrages, privilégier les céréales et les protéagineux autoproduits.
Un vaste chantier s’ouvre aux «chevriers» : essayer la culture de lupin qui est une bonne source de protéines, créer des partenariats avec les céréaliers, et surtout continuer à échanger. Rendez vous est pris dans six mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde