Aller au contenu principal

Des clips vidéo déjantés pour combattre l’agribashing

Déjantée, marrante, top, géniale… les commentaires ne manquent pas pour la vidéo de Bruno Cardot, agriculteur à Moÿ-de-l’Aisne, «Ma France, ma campagne», une parodie de la chanson de Manau, «La tribu de Dana». Ce n’est pas la première… ni la dernière.

Fervent défenseur de l’agriculture et de ses pratiques, Bruno Cardot ne manque pas d’imagination pour contrecarrer l’agribashing. Et ce, depuis déjà quelques années. «J’ai créé un premier compte sur Facebook il y a environ six ans, un sur Tweeter il y a quatre ans et dernièrement, sur TikTok. Au départ, je voulais simplement m’informer car c’est rapide et plus neutre que les chaînes TV ou certaines presses écrites», explique-t-il. «J’allais chercher des infos sur le matériel à titre professionnel. J’ai alors réalisé une première vidéo sur les outils que l’on nous enlève avec les réglementations. Je l’ai fait comme ça, en improvisant et en y glissant de l’humour. Et ça a cartonné», se rappelle celui qui s’est ensuite inscrit sur FranceAgritwittos, une association qui communique positivement sur l’agriculture, pour échanger avec ses collègues de tout le territoire. 
En 2019, alors qu’il découvre un vol de 200 kg de pommes de terre dans son champ, il dénonce ces vols en postant une vidéo «coup de gueule» tournée sur l’instant, en ironisant sur le fait qu’il s’agissait de pommes de terre de fécule impropres à la consommation. «C’est de la fécule, ça bouche le trou du c...». Avec Dudule la fécule, il entre dans les annales des réseaux sociaux. Car oui, pour l’agriculteur, rien ne vaut l’humour, la satyre et l’autodérision, surtout pour répondre aux attaques infondées. «En choquant, mais en restant toujours poli, on marque les esprits, on fait passer des messages et on rétablit la vérité», assure celui qui arrive à toucher tous les publics, jeunes et moins jeunes.

«On est en plein combat»
Bruno Cardot est en plein combat. Un combat contre l’agribashing. «Il faut le dénoncer, le hurler.» C’est chose faite, comme par exemple, sa première parodie en juin 2020, de la chanson Antisocial, de Trust, renommée «Antifarmer, tu perds ton sang-froid». Sa dernière trouvaille, «Ma France, ma campagne» sur l’air de La Tribu de Dana, chanté par le groupe Manau. «Les paroles me viennent, je trouve les rimes, j’adapte les syllabes et je les associe au rythme d’une chanson qui correspond.» 
Son secret ? Sa passion pour la musique. «Je suis batteur donc j’aime le rock. En revanche, je ne suis pas chanteur.» Mais qu’importe. «Pour Trust, j’ai crié pour casser ma voix et obtenir le résultat escompté.» Pour Manau, c’est différent, c’est du rap. Bruno a transposé les paroles de La Tribu de Dana qui racontent l’épopée d’un guerrier celte, à son combat contre les détracteurs de l’agriculture. Il a laissé même 20 à 25 % du texte qui correspondait bien à son message. 
Pour réaliser ce clip, Bruno Cardot fait appel à un copain, Sébastien Delval, agriculteur dans le Nord. Le duo s’affuble de perruques, de bijoux et autres tenues vestimentaires pour le côté décalé.  «Nous ne faisons qu’une prise avec trois scènes filmées avec un smartphone par Justine, ma fille, qui m’aide à réaliser ensuite le montage de la vidéo.» Résultat : le buzz assuré. Il a déjà dépassé 23 800 vues sur Tweeter, 228 000 sur Facebook et 33 500 sur TikTok rien que pour son dernier clip, Ma France Ma Campagne, posté fin décembre. Son dernier délire, ces derniers jours : une parodie de l’américain Jake Angeli, «l’homme-bison».

Tous les agriculteurs peuvent être acteurs
Pour Bruno Cardot, qui est adhérent à l’Union des syndicats agricoles de l’Aisne et président de l’arrondissement de Saint-Quentin, tous les agriculteurs peuvent et doivent s’impliquer dans la défense du métier. «Avec les moyens de communication actuels, on peut se faire entendre. Une vidéo, un message, un rendez-vous, un dîner en famille, une ferme ouverte…, il existe de nombreuses manières d’expliquer notre métier. Si 400 000 paysans se mobilisaient contre nos détracteurs qui pourrissent notre vie en divulguant des infos fausses et injustes, nous pourrions les pousser dans leur retranchement et l’incohérence de leurs propos causera leur tort.» Son combat, il veut le gagner mais pas tout seul. Pour lui, aucun doute, «l’union fait la force».

Bruno Cardot, branché communication

Au-delà des réseaux sociaux, Bruno Cardot aime le contact humain. Il est ambassadeur pour Passion Céréales avec Monchamp.fr, une plateforme d’échanges ouverte aux agriculteurs et aux élèves des classes de CM1 à la 6e. «Je travaille avec une classe du collège Le Gramat, Paris 15e. Grâce à une application, les enfants posent des questions et je réponds. C’est une belle opportunité pour faire comprendre, découvrir notre métier et leur transmettre notre passion», assure Bruno Cardot qui aimerait que les agriculteurs s’investissent toujours plus dans ce genre d’initiatives. 
Bruno Cardot en est conscient : se faire connaître et reconnaître prend du temps. Aujourd’hui, grâce à FranceAgriTwittos, certains agriculteurs sont invités sur les plateaux TV et peuvent parler de l’agriculture, rétablir la vérité et contrecarrer les idées fausses. «C’est une victoire. Le combat n’est pas fini, mais certains «escrologiens» ont déjà reculé. Il faut continuer, notamment en utilisant les réseaux sociaux», dit-il, remerciant au passage tous les agriculteurs qui twittent, mais aussi les scientifiques, certains journalistes, qui ont rejoint la communauté de FranceAgritwittos et qui ont pris fait et cause pour défendre l’agriculture française, l’une des plus saines et des plus durables au monde.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde