Aller au contenu principal

Confitures
Des confitures aux mille et une saveurs

A Vismes-au-Val dans l’Ouest de la Somme, Marie-Paule et Sophie Defacque se sont investies dans la fabrication artisanale de confitures.

© AAP

A l’heure où il fait bon de prendre un petit déjeuner au coin du feu ou de manger une tartine avec les enfants au goûter, la découverte des confitures de Marie-Paule et Sophie Defacque est comme une évidence. C’est dans le hameau de Le Plouy dans la commune de Vismes-au-Val, près d’Oisemont dans l’Ouest de la Somme, que se trouve la meilleure confiturière de France 2007. Une distinction décernée tous les deux ans au festival des confitures de Salouël près d’Amiens qui a lieu chaque troisième week-end de septembre.
Les Defacque travaillent en famille sur trois structures : l’exploitation agricole, l’entreprise de travaux agricoles et publics et la vente en direct de viande bovine et de confitures. Ils emploient plusieurs salariés dont un boucher.

2 000 pots par mois
La fabrication des confitures n’est pas une nouveauté chez les Defacque. En effet, Marie Paule Defacque a décidé il y a vingt ans de se diversifier voyant ses enfants revenir sur la ferme après leurs études. La fabrication des confitures, c’est une affaire de femme ! Marie-Paule et sa belle fille Sophie qui l’a rejointe il y a une dizaine d’années, travaillent à l’ancienne, c’est-à-dire avec une bassine traditionnelle posée sur un pied de réchaud à gaz. Elles travaillent donc à chaque fois de petite quantité de fruits, entre 3 et 4 kg. Et elles confectionnent quelque 2000 pots par mois, à raison de 270 g de confiture par pot.
Les fruits sont achetés chez des producteurs locaux : des fraises, de la rhubarbe, des pommes à gelées – comme leur nom l’indique aptes naturellement à faire de la gelée. Sont aussi utilisés des produits régionaux tels que les abricots du Roussillon ou la mirabelle de Lorraine, et bien d’autres.

Tests en famille
Car la créativité de Mesdames Defacque ne s’arrête pas là. Elles mettent chaque année en pot cent variétés de confitures, les fruits étant mariés pour obtenir des saveurs subtiles ou inattendues en fonction des saisons : rhubarbe-ananas, pomme-calvados, kiwi-pomme-citron, pêche-verveine-citron, banane-chocolat, abricot-amande, sans oublier la confiture à la fraise et aux macarons d'Amiens… «Nous testons les associations de fruits en famille, si le mélange fait l’unanimité, nous lançons la production», explique Sophie Defacque.
«La confiture la plus difficile à réaliser est celle de fraises. C’est un fruit fragile, et la multitude des variétés fait que la cuisson est différente d’une fraise à l’autre. Seul un œil expert voit si la confiture n’est ni trop cuite ni pas assez», ajoute-t-elle.
Il y a vingt ans, Marie-Paule Defacque a conclu un partenariat avec un chocolatier amiénois afin de commencer à commercialiser ses confitures. Ce partenariat qui dure toujours a permis aux confitures Defacque de se faire connaître dans la région. Et on les trouve désormais dans les épiceries fines, des hôtels, sur les marchés de Dury et d’Amiens, et dans certains sites touristiques de la côte picarde.
Sur le site de l’exploitation à Visme-au-Val, suivez l’odeur du sucre et des fruits en train de mijoter, vous trouverez la boutique de vente. Notez que tous le mois de décembre, Marie-Paule et Sophie y tiennent un marché de Noël à la ferme. Une bonne idée de cadeaux gourmands !

Une des recettes de Sophie Defacque
Confiture de figues

Ingrédients :

3 kg de figues,
2 kg de sucre cristalisé,
un jus de citron.

Nettoyer les figues, les couper en petits morceaux et les mettre au sucre quelques heures. Puis mettre sur le feu jusqu'à ébullition, écumer. Continuer de mélanger régulièrement (la figue attache facilement).
Après 7 à 8 minutes d'ébullition, ajouter le jus de citron, maintenir encore une minute et mettre en pots.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde