Aller au contenu principal

Des disparitions de brebis inquiétantes

Au moins deux élevages de l'ouest de la Somme ont constaté en fin de semaine dernière des disparitions dans leurs troupeaux de brebis.

Les images des cadavres retrouvés par l'éleveur d'Argoules sont difficilement soutenables.
Les images des cadavres retrouvés par l'éleveur d'Argoules sont difficilement soutenables.
© Aurélien Poupart

Depuis le mois de novembre dernier, on n'avait plus entendu parler de disparitions inquiétantes de brebis dans la région Hauts-de-France... jusqu'en fin de semaine dernière. Loup ou pas ? La question reste posée.

Dans au moins deux exploitations de la Somme - l'une à Nampont-Saint-Martin et l'autre à Argoules -, plusieurs animaux ont été retrouvés morts, vraisemblablement tués par un autre animal. La première attaque a été perpétrée dans la nuit du 15 au 16 avril. Les victimes sont une brebis et ses deux agneaux.

Une seconde attaque a été signalée par l'EARL du petit chemin, sur la commune d'Argoules, à la veille du week-end. L'éleveur, Aurélien Poupart explique avoir retrouvé au matin du vendredi 17 avril plusieurs de ses animaux dévorés et blessés. « Sur un troupeau de 79 brebis en pâture, 5 ont été tuées, 15 ont été blessées, dont 7 suffisamment sérieusement pour que l'on soit obligé de les recoudre », détaille M. Poupart. Les images des cadavres qu'il a prises pour faire reconnaître les dégâts sont, de son propre aveu, « gore » et « pas belles à voir ».

Sur les cadavres des animaux retrouvés gisants, les traces de morsures sont nettes. Gendarmerie et Office français de la biodiversité (OFB) sont venus faire les constatations d'usage, sans se prononcer sur l'origine des dégâts.

Pudiquement, ceux qui acceptent d'évoquer le sujet parle d'une attaque possible « d'un grand canidé ».

L'attaque d'un « d'un grand canidé »

Pour l'éleveur d'Argoules, c'est le désarroi : « On veut savoir ce qui s'est passé, mais ce n'est pas simple », soupire-t-il. Tant qu'on n'a pas de preuves, c'est difficile de conclure quoi que ce soit ».

Face à de pareilles circonstances, la question de la responsabilité du loup revient à chaque épisode. Mais pour l'heure, rien ne permet de l'assurer. Ni photos, ni traces laissées sur un sol trop sec ou d'excréments n'ont en effet été prises ou observées ; ce qui aurait sans doute facilité les choses.

Mais dans cette affaire samarienne, comme lorsqu'à chaque fois qu'il s'agit du loup ou qu'il est suspecté, on sent bien que chacun marche sur des oeufs.

Un loup probablement identifié en Seine-Maritime

« Dans la nuit du 7 au 8 avril 2020, un grand canidé a été pris en photo, par un appareil automatique, sur la commune de Londinières, au nord du Pays de Bray, dans le département de Seine-Maritime », rapporte un communiqué de la préfecture de Seine-Maritime, le 17 avril. Les clichés de l'animal ont été transmis le 12 avril à l'Office français de la biodiversité (OFB) ; lequel a authentifié cette observation comme étant très probablement celle d'un loup gris.

Cependant, explique la préfecture de Seine-Maritime, « eu égard à la qualité des images fournies et considérant que de nombreuses races de chiens peuvent présenter un gabarit et des teintes de pelage similaires à celui d'un loup, cette expertise est à considérer avec quelques réserves ».

De fait, poursuit-elle, « à ce stade, cette observation en Seine-Maritime ne permet pas d'affirmer que le loup s'installe dans le département. La capitalisation des informations dans le temps est nécessaire pour évaluer l'évolution de la situation ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde